Bé­lan­ger à la res­cousse

Le Droit - - LES 67’S - JEAN-FRAN­ÇOIS PLANTE jf­[email protected]­droit.com

Les ca­nons of­fen­sifs ne manquent pas aux 67’s d’Ottawa en ce dé­but de sai­son dans la LHO.

Les trou­piers d’An­dré Tou­ri­gny ont mar­qué en moyenne 4,25 buts par match. Ce qui manque à l’en­traî­neur-chef, ce sont des ef­fec­tifs com­plets en at­taque.

Meilleur franc-ti­reur du club, Graeme Clarke est bles­sé à long terme. Ca­me­ron Tol­nai, pre­mier choix du club en 2018, a ra­té les quatre der­niers matches. Dylan Ro­bin­son est aus­si bles­sé et Jack Beck par­ti­cipe au Dé­fi mon­dial des moins de 17 ans.

Par me­sure d’ur­gence, le dé­fen­seur de 17 ans Alec Bé­lan­ger a été mu­té à l’at­taque pen­dant le der­nier voyage de trois matches en trois jours des 67’s. Les ré­sul­tats ont été as­sez concluants.

Il a ré­col­té six points en trois matches en évo­luant à la droite de Mitchell Hoel­scher et de Jack Quinn dans un deuxième trio.

« Je suis un dé­fen­seur avant tout. C’est à cette po­si­tion que je vou­drais être re­pê­ché dans la LNH, mais pour être hon­nête, j’ai par­ta­gé mon temps entre l’at­taque et la dé­fense pen­dant tout mon ho­ckey mi­neur jus­qu’au ni­veau mid­get. Je suis à l’aise comme at­ta­quant », a dit ce­lui qui a su­bi­te­ment haus­sé sa pro­duc­tion à neuf points en 16 matches de­puis sa mu­ta­tion.

Les 67’s sont chan­ceux dans leur mal­chance. Ils avaient gar­dé le mi­ni­mum de 12 at­ta­quants pour en­tre­prendre la sai­son, mais ils avaient un sur­plus de dé­fen­seurs. La bri­gade dé­fen­sive était com­po­sée de neuf membres, mais Hud­son Wil­son (20 ans) a été échan­gé il y a deux se­maines. Pour les 67’s, il sem­blait évident que Bé­lan­ger était l’homme de la si­tua­tion pour ve­nir à la res­cousse d’une at­taque dé­gar­nie.

« Le cou­rant passe très bien avec les entraîneur­s. Ils sont ve­nus me de­man­der si je pou­vais les ai­der. J’ai dit oui. Je suis à Ottawa pour jouer au ho­ckey. Je veux ga­gner pour les 67’s. Je dé­teste perdre. S’il faut me dé­pla­cer à l’at­taque pour ai­der, je vais le faire. Nous avons ga­gné nos trois matches du der­nier week-end. La chi­mie s’est ins­tal­lée sur notre trio. Je suis content », a ex­pli­qué Bé­lan­ger.

Choix de deuxième ronde en 2018, Bé­lan­ger traî­nait dé­jà la ré­pu­ta­tion d’un dé­fen­seur à ca­rac­tère of­fen­sif. À 15 ans, il avait amas­sé 16 buts et 46 points en 34 matches avec les Colts de Bar­rie mid­get AAA.

« Sur pa­pier, je suis un dé­fen­seur, mais j’ai tou­jours tra­vaillé mes ha­bi­le­tés of­fen­sives quand j’étais jeune. J’adore me por­ter à l’at­taque. »

Même s’il a ai­mé son ex­pé­rience le week-end der­nier, Bé­lan­ger s’at­tend à re­tour­ner à sa po­si­tion na­tu­relle au mo­ment op­por­tun.

« Je ne sais pas com­bien de temps ils au­ront be­soin de moi à l’at­taque. Ça pren­dra le temps qu’il fau­dra. J’ai­me­rais mieux re­tour­ner à la dé­fen­sive éven­tuel­le­ment, mais il fau­dra voir ce qui se­ra le mieux pour ai­der l’équipe. S’il faut que je reste en at­taque, je vais le faire. Au moins, j’ai conser­vé mon poste comme dé­fen­seur pen­dant les avan­tages nu­mé­riques. »

À court terme, son nom risque d’ap­pa­raître plus sou­vent dans les som­maires de matches.

—PA­TRICK WOODBURY, LE DROIT

Avec les nom­breux ab­sents chez les 67’s d’Ottawa, le dé­fen­seur Alec Bé­lan­ger a don­né un coup de pouce à l’at­taque le week-end der­nier. Le Fran­co-On­ta­rien de 17 ans a amas­sé six points en trois matches.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.