Avec sa moyenne de 4,40, Quick n’est pas content

Le Droit - - LE CANADIEN - SYL­VAIN ST-LAURENT, LE DROIT

Jo­na­than Quick a uti­li­sé le mot «bou­le­chite». Il a lâ­ché quelques ju­rons. Les pires de la langue an­glaise. Ceux qui com­mencent par la lettre «F». Le gar­dien des Kings était de très mau­vaise hu­meur, au terme du match de mar­di. La nuit lui a per­mis de se cal­mer. Un peu. Au terme de l’en­traî­ne­ment de mer­cre­di, quand les jour­na­listes l’ont abor­dé, il s’est conten­té de gro­gner quelques ré­ponses.

Il ne re­grette pas sa saute d’hu­meur. Il a ex­plo­sé parce qu’il de­meure convain­cu que les Kings ont tout ce qu’il faut pour connaître une autre bonne sai­son.

«En dé­pit de notre fiche, nous conti­nuons de croire en nous, a-t-il dé­cla­ré. Nous croyons en notre po­ten­tiel et nous al­lons conti­nuer de tra­vailler fort. Vous avez pu voir, tout comme moi, que nous ve­nons de connaître une bonne séance d’en­traî­ne­ment. Nous sa­vons qu’un bon test nous at­tend, de­main, contre Ottawa. Nous se­rons prêts.» Quick est pro­ba­ble­ment le joueur d’ex­pé­rience qui souffre le plus, en ce dif­fi­cile dé­but de sai­son des Kings. Anze Ko­pi­tar pro­duit à un rythme de presque un point par match. Drew Dough­ty, Dus­tin Brown,

Ilya Ko­val­chuk, Ty­ler Tof­fo­li et Jeff Carter oc­cupent les éche­lons 2 à 6 du clas­se­ment des mar­queurs de l’équipe. À son bout de la pa­ti­noire, Quick pré­sente une moyenne de buts al­loués digne d’un mau­vais gar­dien des an­nées 1980. Il al­loue 4,40 buts par match.

Il a ob­te­nu seule­ment deux vic­toires en neuf sor­ties. «Nous sommes quand même contents qu’il ait li­vré le fond de sa pen­sée, dit Dough­ty. Quand Qui­ckie parle, tout le monde écoute.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.