Des énon­cés qui di­vergent

Le Droit - - OPINIONS - pju­[email protected]­droit.com

Le Qué­bec et l’On­ta­rio ont dé­po­sé leurs énon­cés éco­no­miques, et ils ne peuvent être plus dis­tan­cés l’un de l’autre. Le Qué­bec nage dans les sur­plus fi­nan­ciers, tan­dis que l’On­ta­rio pa­tauge en­core dans les dé­fi­cits. Les sur­plus du Qué­bec sont si im­por­tants qu’il leur fau­dra une réelle crise éco­no­mique pour re­tom­ber dans l’encre rouge, ce que per­sonne ne sou­haite. De son cô­té, l’On­ta­rio est si pro­fon­dé­ment en­gouf­fré dans un dé­fi­cit qu’il fau­dra plu­sieurs an­nées d’aus­té­ri­té avant de s’en sor­tir.

Les énon­cés éco­no­miques s’avèrent une nou­velle réa­li­té dans le monde de la fi­nance. Ce­la a com­men­cé lors de la crise bud­gé­taire de 2008 lorsque l’ur­gence d’agir était de mise et que per­sonne ne pou­vait at­tendre les bud­gets ré­gu­liers, en mars ou avril. Puis, des gou­ver­ne­ments nou­vel­le­ment élus à l’au­tomne se sont mis à y an­non­cer deux ou trois me­sures plus pres­santes, en ligne avec leurs pro­messes élec­to­rales. Ce­la n’est ni le cas de la Coa­li­tion ave­nir Qué­bec, ni du Par­ti pro­gres­sis­te­con­ser­va­teur de l’On­ta­rio. Ils sont fer­me­ment en selle, 12 ou 18 mois après leur élec­tion, et rien n’urge... autre que le dé­sir de faire plai­sir à leurs élec­teurs. Ce qu’ils font avec em­pres­se­ment.

Au Qué­bec, le gou­ver­ne­ment de la CAQ s’est li­mi­té à trois ini­tia­tives ma­jeures : la bo­ni­fi­ca­tion de l’al­lo­ca­tion fa­mille, le ta­rif unique pour les gar­de­ries sub­ven­tion­nées et les sta­tion­ne­ments des hô­pi­taux.

L’al­lo­ca­tion est la plus im­por­tante car elle re­pré­sente une hausse de re­ve­nus de 779 $ par en­fant pour quelque 680 000 fa­milles du Qué­bec. L’al­lo­ca­tion pas­se­ra de 1735 $ à 2515 $ par en­fant. Le ta­rif unique pour les gar­de­ries ra­mè­ne­ra le coût par en­fant à 8,25 $ par jour par en­fant, alors qu’il était haus­sé jus­qu’à 21 $ pour les fa­milles à haut re­ve­nu. En­fin, les ta­rifs de sta­tion­ne­ment se­ront pla­fon­nés entre 7 et 10 $ par jour, se­lon les ré­gions.

Ces trois élé­ments étaient cru­ciaux pour la CAQ, qui les avait mar­te­lés à l’au­tomne 2018. Ils re­pré­sen­te­ront 857 mil­lions $ de nou­velles dé­penses... alors que le sur­plus bud­gé­taire du Qué­bec se­ra de 1,4 mil­liard $ — en réa­li­té, l’ex­cé­dent des re­ve­nus se­ra donc de 2,3 mil­liards $. Ce­la est une heu­reuse sur­prise pour le mi­nistre des Fi­nances, Éric Gi­rard, qui avait an­non­cé un bud­get équi­li­bré cette an­née, sans dé­fi­cit, sans sur­plus.

(Pour l’an pas­sé, il a été per­mis de consta­ter un sur­plus bud­gé­taire de 4,8 mil­liards $, alors qu’on avait an­non­cé 4,4 mil­liards $ pré­cé­dem­ment.)

Mais il fau­dra faire at­ten­tion. Un ra­len­tis­se­ment éco­no­mique se­rait en marche et le Qué­bec, qui pré­voit une crois­sance so­lide à 2,4 %, ne pour­ra comp­ter là-des­sus in­dé­fi­ni­ment.

En On­ta­rio, la si­tua­tion est à l’in­verse. Le dé­fi­cit est en­core de 9 mil­liards $, en hausse par rap­port aux 7,4 mil­liards $ de l’an pas­sé. Mais le gou­ver­ne­ment de Doug Ford a sem­blé ap­prendre de ses er­reurs pas­sées. L’an­née der­nière, il avait as­som­mé la com­mu­nau­té fran­co­phone en an­ni­hi­lant le Com­mis­sa­riat aux ser­vices en fran­çais et en re­met­tant dans l’ave­nir la créa­tion de l’Uni­ver­si­té de l’On­ta­rio fran­çais. Cette der­nière est ré­glée, avec l’in­fu­sion de 63 mil­lions $ du fé­dé­ral, aux­quels se­ront ajou­tés 63 mil­lions de Queen’s Park dans quatre ans. Cette an­née donc, au­cune cou­pure. Même qu’il en ajou­te­ra 1,3 mil­liard $ pour les villes, en san­té et pour l’au­tisme.

Doug Ford comp­te­ra sur la crois­sance éco­no­mique pour ré­gler son dé­fi­cit. Il a sem­blé com­prendre le mes­sage pen­dant sa longue pause es­ti­vale, qui a cor­res­pon­du — et plus en­core ! — à la cam­pagne élec­to­rale fé­dé­rale. Il a un nou­veau ton, plus conci­liant. Sou­hai­tons que ça dure. Et au Qué­bec aus­si, sou­hai­tons que ça dure !

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.