Pré­si­den­tielle amé­ri­caine : Mi­chael Bloom­berg en­vi­sage de se lan­cer

Le Droit - - ACTUALITÉS -

NEW YORK — Ira, ira pas? À trois mois des pre­mières pri­maires pour la pré­si­den­tielle 2020, le mil­liar­daire Mi­chael Bloom­berg n’ex­clut plus de bri­guer l’in­ves­ti­ture dé­mo­crate, in­quiet de voir Joe Bi­den rat­tra­pé par les can­di­dats pour­fen­deurs de Wall Street, Ber­nie San­ders et Eli­za­beth War­ren.

En mars, ce­lui qui fut maire de New York 12 ans du­rant avait pour­tant an­non­cé of­fi­ciel­le­ment qu’il ne se pré­sen­te­rait pas, au vu de la ving­taine de dé­mo­crates dé­jà en lice, et pour ne pas sa­per les chances de l’ex-vice-pré­sident Joe Bi­den, un can­di­dat cen­triste comme lui.

Mais se­lon des sources proches de l’homme d’af­faires, ci­tées no­tam­ment par le New York Times et CNN, il ras­semble dé­sor­mais les si­gna­tures né­ces­saires au dé­pôt de sa can­di­da­ture dans l’État de l’Ala­ba­ma (sud), qui re­quiert des can­di­dats qu’ils s’en­re­gistrent au plus tard ce ven­dre­di.

«Il pense que Bi­den est faible et que San­ders et War­ren ne peuvent pas ga­gner», a in­di­qué une source proche de M. Bloom­berg, ci­tée par le New York Post.

Mi­chael Bloom­berg, 77 ans, qui a fait for­tune à Wall Street et s’est re­ven­di­qué in­dé­pen­dant et ré­pu­bli­cain par le pas­sé, n’a ja­mais ca­ché son op­po­si­tion aux me­sures prô­nées par Mme War­ren et M. San­ders.

Les deux sé­na­teurs font cam­pagne très à gauche, dé­non­çant no­tam­ment un sys­tème «cor­rom­pu» par Wall Street, les mil­liar­daires et les grandes en­tre­prises.

Ces der­nières se­maines, alors que Joe Bi­den per­dait du ter­rain face à Eli­za­beth War­ren et Ber­nie San­ders dans les son­dages, des proches du mil­liar­daire avaient dé­jà lais­sé en­tendre qu’il ré­flé­chis­sait à nou­veau à la pos­si­bi­li­té de re­joindre la course.

Mi­chael Bloom­berg, clas­sé 9e homme le plus riche du monde par le ma­ga­zine Forbes avec une for­tune éva­luée à 55,5 mil­liards $, est néan­moins connu pour ter­gi­ver­ser sur ce genre de dé­ci­sions.

Il avait dé­jà en­vi­sa­gé de se pré­sen­ter comme in­dé­pen­dant lors de la pré­si­den­tielle 2016, avant d’aban­don­ner de peur de di­vi­ser les dé­mo­crates face à Do­nald Trump.

Il n’a d’ailleurs pas of­fi­ciel­le­ment confir­mé les in­for­ma­tions concer­nant son en­re­gis­tre­ment dans l’Ala­ba­ma.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.