L’aé­ro­port Pear­son a man­qué à ses obli­ga­tions

Le Droit - - ACTUALITÉS - LIA LÉ­VESQUE

L’aé­ro­port Pear­son de To­ron­to a man­qué à ses obli­ga­tions en­vers des pas­sa­gers fran­co­phones, vient de sta­tuer le Com­mis­saire aux langues of­fi­cielles.

Dans son rap­port fi­nal, ob­te­nu par La Presse ca­na­dienne, le com­mis­saire Ray­mond Thé­berge re­con­naît comme fon­dées huit plaintes qu’il avait re­çues con­cer­nant une ab­sence de ser­vice en fran­çais à l’aé­ro­port Pear­son de To­ron­to.

Ces huit plaintes sont re­liées à des évé­ne­ments qui ont eu lieu entre juillet 2017 et mars 2018 à l’aé­ro­port. Elles concernent des RSO ou «re­pré­sen­tants du sou­tien opé­ra­tion­nel», qui sont man­da­tés par l’aé­ro­port Pear­son pour di­ri­ger les voya­geurs, va­li­der la do­cu­men­ta­tion de voyage, confir­mer les droits d’en­trée ou de sor­tie des voya­geurs des dif­fé­rentes zones et, au be­soin, les ai­der à se ser­vir des bornes de contrôle fron­ta­lier.

Il y a 189 de ces res­pon­sables qui tra­vaillent à Pear­son. De ce nombre 15 sont bi­lingues, se­lon la di­rec­tion de l’aé­ro­port.

PLAINTES

Dans un cas, le pas­sa­ger avait de­man­dé de l’aide à un res­pon­sable pour uti­li­ser une borne de contrôle fron­ta­lier, parce qu’il y avait bour­rage de pa­pier qui l’em­pê­chait d’in­sé­rer sa dé­cla­ra­tion de voyage. Il avait po­sé des ques­tions en fran­çais, mais s’était fait ré­pondre en an­glais seule­ment.

Dans un autre cas, un pas­sa­ger qui avait vu une af­fiche in­di­quant que les ba­gages de­vaient être ré­cu­pé­rés avant de quit­ter la zone et qui s’était adres­sé po­li­ment en fran­çais à un em­ployé char­gé de di­ri­ger les voya­geurs avait été con­fron­té à un res­pon­sable «vi­si­ble­ment ir­ri­té par sa ques­tion en fran­çais» et qui a «fu­rieu­se­ment ré­pon­du en an­glais» de cir­cu­ler, re­late-t-on dans le rap­port.

Un autre plai­gnant a af­fir­mé avoir de­man­dé à deux res­pon­sables d’ob­te­nir du ser­vice en fran­çais sur le che­min à suivre, et ce, quatre fois. Un des deux res­pon­sables a es­sayé de trou­ver un autre res­pon­sable bi­lingue pen­dant une mi­nute, puis a avi­sé le pas­sa­ger que per­sonne n’était dis­po­nible.

Dans un autre cas, le plai­gnant, qui parle à peine l’an­glais, s’était adres­sé à un RSO pour lui de­man­der où il de­vait al­ler et, comme ré­ponse, s’était fait poin­ter une di­rec­tion.

VER­SION DE PEAR­SON

La di­rec­tion de l’aé­ro­port Pear­son s’était dé­fen­due en af­fir­mant qu’au mo­ment de l’em­bauche, les RSO de­vaient être en me­sure de ré­pondre ai­sé­ment aux ques­tions de base en fran­çais et en an­glais, puis­qu’il s’agit de leur «fonc­tion de tra­vail prin­ci­pale qui consiste à four­nir des di­rec­tions aux pas­sa­gers».

«MAN­QUÉ À SES OBLI­GA­TIONS»

Dans son rap­port fi­nal, le com­mis­saire aux langues of­fi­cielles, M. Thé­berge, rap­pelle qu’en ver­tu de la loi, l’aé­ro­port Pear­son a l’obli­ga­tion de four­nir un ser­vice au pu­blic voya­geur dans les deux langues of­fi­cielles, puisque le nombre to­tal de pas­sa­gers em­bar­qués et dé­bar­qués s’élève à au moins un mil­lion par an.

L’aé­ro­port Pear­son «a man­qué à ses obli­ga­tions d’of­frir un ser­vice dans les deux langues of­fi­cielles au pu­blic voya­geur, comme l’exige la loi», écrit-il.

Il note, pour une des plaintes, que le fait de poin­ter une di­rec­tion à un pas­sa­ger qui de­mande des ren­sei­gne­ments ne consti­tue «pas un ser­vice de qua­li­té égale».

Pour les autres cas, il conclut que les plai­gnants «n’ont pas re­çu l’offre ac­tive de ser­vice bi­lingue ni le ser­vice en fran­çais au­quel ils avaient droit». D’ailleurs, l’aé­ro­port n’avait même pas four­ni d’in­for­ma­tion pour ex­pli­quer ou ré­fu­ter les al­lé­ga­tions des plai­gnants, sou­ligne le com­mis­saire.

RE­COM­MAN­DA­TIONS

Le com­mis­saire donne 18 mois à l’aé­ro­port Pear­son pour «four­nir une for­ma­tion de base en fran­çais à tous les re­pré­sen­tants du sou­tien opé­ra­tion­nel ac­tuel­le­ment à l’em­ploi pour qu’ils puissent tous li­vrer une offre ac­tive ain­si qu’une pres­ta­tion de ser­vice bi­lingue en tout temps lors­qu’ils di­rigent des voya­geurs».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.