LA VIE QUI VA

Le Droit - - MUSIQUE - ISA­BEL AUTHIER isa­[email protected]­voix­de­lest.ca

Il s’en est pas­sé des choses dans la vie d’Alex Nevs­ky de­puis Nos

El­do­ra­dos, lan­cé en 2016. Trois ans, deux coups de foudre, plu­sieurs voyages, des concerts et beau­coup de té­lé­vi­sion plus tard, l’ar­tiste nous re­vient avec son nou­vel al­bum Che­min sau­vage.

Il se­rait tou­te­fois ha­sar­deux de se fier uni­que­ment au pre­mier ex­trait que le chan­teur a ren­du pu­blic en sep­tembre der­nier, Mes yeux, dont le clip avait des airs de fin du monde, mal­gré la mé­lo­die ré­so­lu­ment en­traî­nante.

« J’ai vou­lu faire un al­bum hy­per lu­mi­neux sur le­quel on peut bou­ger et dan­ser. Je ne vou­lais sur­tout pas re­faire du Alex Nevs­ky comme les trois pré­cé­dents. J’avais tel­le­ment peur de me ré­pé­ter, d’être plate et de re­tom­ber dans les mêmes pat­terns », dit-il.

Pour évi­ter ce­la, il s’est mis sur le té­lé­phone et a fait ap­pel à ses amis du mi­lieu. Pas moins de neuf des 11 pièces de l’al­bum ont ain­si fait l’ob­jet de col­la­bo­ra­tions. En stu­dio, on se se­rait cru à l’en­re­gis­tre­ment d’un al­bum hip-hop, bien loin de sa fa­çon ha­bi­tuelle de tra­vailler, fait re­mar­quer l’au­teur-com­po­si­teu­rin­ter­prète. « L’idée, c’était d’ame­ner tout le monde au­tour de la table avec les meilleures idées, de prendre le

riff d’une per­sonne, de tra­vailler les mé­lo­dies et de ba­lan­cer les idées. Pour que tout ne re­pose pas que sur moi. »

Le ré­sul­tat de­meure clai­re­ment du Alex Nevs­ky, mais au­tre­ment. On peut no­tam­ment l’en­tendre en duo avec la Bro­mon­toise Clau­dia Bou­vette, So­phia Bel, Ben­ny Adams et

Ala­clair En­semble. Les au­di­teurs re­mar­que­ront par ailleurs sur

Che­min sau­vage une sur­ges­cence de l’an­glais, que le chan­teur as­sume plei­ne­ment.

NOU­VELLE VIE

« On di­rait qu’avec cet al­bum, une nou­velle vie com­mence. En ar­rê­tant La Voix, en pro­fi­tant plus de ma fa­mille, j’ai l’im­pres­sion de me choi­sir, di­sons. C’est un ca­deau que je me fais », lance-t-il en fai­sant ré­fé­rence à tout ce qui s’est pas­sé der­niè­re­ment.

Car si sa ren­contre avec Va­nes­sa

Pi­lon et la nais­sance de sa fille — ses deux coups de foudre men­tion­nés pré­cé­dem­ment... — ont tein­té de rose son his­toire ré­cente, tout n’a pas tou­jours été fa­cile pour Alex Nevs­ky.

Il avoue avoir été « es­souf­flé » l’an der­nier. « Du­rant les au­di­tions à l’aveugle de La Voix, j’étais en mo­no­nu­cléose. Puis j’ai fait une autre in­fec­tion avec les mêmes ef­fets.

J’étais ex­trê­me­ment fa­ti­gué. C’était très dif­fi­cile. Cette an­née, je me fais un ca­deau. C’est une autre vie. »

Grâce à la pe­tite Claire, il af­firme voir les choses dif­fé­rem­ment. « Main­te­nant, je sens que mon égo n’a plus au­tant be­soin de briller fort. J’ai aus­si chan­gé de mode de vie. »

Alex et sa dul­ci­née ont choi­si de s’éta­blir à Rou­ge­mont, où le temps semble pas­ser plus len­te­ment. « Là-bas, c’est ma mai­son de vie. On ca­pote. On est au mi­lieu d’un ver­ger au pied de la mon­tagne, je me suis ache­té un 4 roues. Je n’au­rais ja­mais ima­gi­né ache­ter ça ! Ni faire mon cidre ; on a fait 800 bou­teilles pour le plai­sir. Je me suis pro­cu­ré des ju­melles et un pe­tit guide pour ob­ser­ver les oi­seaux... On goûte à la vie de cam­pagne. Ça change un peu de Mon­tréal. »

Sur son rôle de pa­pa, Alex Nevs­ky n’a au­cune re­te­nue. « Je pense que ma fille m’aime et qu’elle est bien avec moi ! Ce sont les plus beaux jours de ma vie. Com­plè­te­ment. De­puis le pre­mier jour, le lien entre elle et moi est très fort. »

« Tout ça me rend pro­fon­dé­ment heu­reux. Je l’ai dit ce ma­tin à ma blonde en bu­vant mon ca­fé. Rien ne me rend plus heu­reux qu’elle et ma fille. Au­cun M-Te­lus ou gros truc de car­rière ne peut s’ap­pro­cher de ça. »

On com­prend que lors­qu’il pren­dra la route avec son nou­veau ma­té­riel en jan­vier 2020, ce se­ra à son rythme.

ÉNER­GIQUE

On pour­rait croire que cet Alex « as­sa­gi », dont l’exis­tence semble se­reine comme ja­mais, au­rait ac­cou­ché d’un al­bum tran­quille. C’est plu­tôt le contraire.

« Mal­gré le calme de ma vie, j’ai fait un al­bum très éner­gique dans l’idée de le trans­po­ser sur scène et d’avoir du plai­sir, sans temps mort. J’avais en­vie de faire les choses dif­fé­rem­ment. »

Pour bien des rai­sons — dont la grande soi­rée Carte blanche (avec ses in­vi­tés Ala­clair En­semble, Sa­rah­mée, Clau­dia Bou­vette, Ka­rim Ouel­let et plu­sieurs autres) qu’il a pré­sen­tée jeu­di pour sou­li­gner l’an­ni­ver­saire du M-Te­lus, le chan­teur ori­gi­naire de Gran­by a choi­si de ne pas or­ga­ni­ser de lan­ce­ment of­fi­ciel de Che­min Sau­vage, of­fert par­tout de­puis ven­dre­di.

Un titre qui vient d’où ? Alex Nev­ky ad­met qu’après deux mois de co­gi­ta­tion, il n’a pas eu l’épi­pha­nie qu’il es­pé­rait pour in­ti­tu­ler ce nou­vel opus. « J’ai donc choi­si de l’ap­pe­ler

Che­min sau­vage parce que c’est la chan­son de l’al­bum qui re­pré­sen­tait le mieux ma vie en ce mo­ment. »

Écrite en col­la­bo­ra­tion avec la Bro­mon­toise Clau­dia Bou­vette, qui chante aus­si avec lui, Che­min

sau­vage est une pièce d’amour à l’in­ten­tion de celle qui le « fait rê­ver de­bout ».

On vous le donne en mille.

— ROYAL GIL­BERT, LA VOIX DE L’EST

Ne vous fiez pas à la pho­to. «J’ai vou­lu faire un al­bum hy­per lu­mi­neux sur le­quel on peut bou­ger et dan­ser. Je ne vou­lais sur­tout pas re­faire du Alex Nevs­ky comme les trois pré­cé­dents », dit le chan­teur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.