HIS­TOIRE ET PLEIN AIR EN AR­DÈCHE

Le Droit - - VOYAGES - KARYNE DUPLESSIS-PI­CHÉ, LA PRESSE pont­darc-ar­deche.fr www.ca­noyak.fr www.grot­te­chau­vet2ar­deche.com www.or­gnac.com www.vi­gne­rons-ar­de­chois.com www.dolce-via.com/fr

Pen­dant les va­cances es­ti­vales, l’Ar­dèche est prise d’as­saut par les tou­ristes. Cette ré­gion au dé­cor sai­sis­sant est si­tuée sur la rive droite du Rhône. Tan­dis que l’au­tomne s’ins­talle dans le Mi­di de la France, c’est le mo­ment idéal pour dé­cou­vrir cet en­droit qui fait rê­ver... de­puis la pré­his­toire.

EN KAYAK SOUS LE PONT D’ARC

L’Ar­dèche est une ré­gion, mais c’est aus­si une ri­vière qui tra­verse des gorges de cal­caire splen­dides. Ce cours d’eau est à la fois sau­vage, ha­bi­té par les rares cas­tors de l’Hexa­gone, mais aus­si très tou­ris­tique. L’arche na­tu­relle, qui s’im­pose à l’en­trée des gorges, at­tire les foules. Ce pont de roche for­mé il y a 500 000 ans est unique, car il re­lie les deux rives. Le meilleur moyen pour en sai­sir toute sa beau­té se trouve sur l’eau. Pour ce faire, de nom­breuses en­tre­prises pro­posent des des­centes ac­com­pa­gnées de la ri­vière et la lo­ca­tion de kayaks. Les Fran­çais vous le di­ront : l’en­droit de­vient une vé­ri­table au­to­route pen­dant les va­cances. Mais la ba­lade en vaut la peine. Pour évi­ter la conges­tion, on pri­vi­lé­gie un dé­part tôt le ma­tin, sur­tout pour le par­cours fa­cile de deux heures. Bon à sa­voir : les en­fants de moins de 7 ans doivent être ac­com­pa­gnés sur la ri­vière par un guide au­to­ri­sé. La sai­son de kayak se ter­mine à la fin d’oc­tobre, mais le pont d’Arc s’ob­serve éga­le­ment de­puis une route creu­sée dans la fa­laise.

LE TRÉ­SOR DE LA GROTTE DE CHAU­VET

Par­tout en Ar­dèche, on trouve des preuves que la ré­gion est ha­bi­tée de­puis des mil­liers d’an­nées. On y voit des abris pré­his­to­riques, des dol­mens, mais sur­tout, on peut ad­mi­rer une re­pro­duc­tion de pein­tures da­tant d’au moins 30 000 ans. Ce sont les plus an­ciennes dé­cou­vertes à ce jour. Les oeuvres d’une grande beau­té et com­plexi­té re­pré­sentent sur­tout des ani­maux, dont plu­sieurs sont main­te­nant dis­pa­rus d’Eu­rope. Les pein­tures ont été dé­cou­vertes en 1994 dans une grotte qui se trouve à proxi­mi­té du pont d’Arc. Dès lors, l’en­droit a été fer­mé au pu­blic afin de le pro­té­ger. «Les spé­léo­logues ont tout de suite com­pris la ri­chesse des lieux», ré­sume le guide Em­ma­nuel Saint-Bon­net, de la Grotte de Chau­vet. Les au­to­ri­tés fran­çaises ont construit une re­pro­duc­tion gran­deur na­ture à quelques ki­lo­mètres du lieu ori­gi­nal. La vi­site se dé­roule pen­dant une heure avec un guide. On trouve éga­le­ment sur le site plu­sieurs ex­po­si­tions sur la pré­his­toire.

L’IN­CROYABLE AVEN D’OR­GNAC

Il n’y a pas que les pay­sages de l’Ar­dèche qui sont épous­tou­flants. Son sous-sol aus­si. Lors du re­trait de la mer il y a des mil­lions d’an­nées, l’eau a for­mé de nom­breuses ga­le­ries sou­ter­raines dans le cal­caire. Plu­sieurs de ses gouffres sont ou­verts au pu­blic. Le plus connu est l’aven d’Or­gnac. Après une des­cente de 700 marches, on dé­bouche dans une salle im­mense rem­plie de sta­lag­mites, de sta­lac­tites et de dra­pe­ries de pierre. La vi­site en met plein la vue. Fait rare : on y trouve des hé­lic­tites, des for­ma­tions à l’ho­ri­zon­tale qui mettent plu­sieurs siècles à se construire en dé­fiant la gra­vi­té.

DÉ­COU­VRIR LES VINS D’AR­DÈCHE

Sans sur­prise, comme ailleurs en France, la vigne fait par­tie du pay­sage ar­dé­chois. Les vins de la ré­gion sont en­core peu connus, car les vi­gnobles ont mis du temps à se re­mettre de la crise du phyl­loxé­ra. Ils sont néan­moins de plus en plus ci­tés par les ex­perts pour leurs bons rap­ports qua­li­té-prix. Des vi­gne­rons ont en­tre­pris de re­va­lo­ri­ser ce ter­roir. Dans leur sol va­rié, com­po­sé de ba­salte, de grès, de ga­lets et de cal­caire, ils cultivent plu­sieurs cé­pages, dont le ga­may et la sy­rah. Ils pos­sèdent même une va­rié­té lo­cale in­édite : le cha­tus. Ce rai­sin rouge donne un vin co­lo­ré qui rap­pelle le mal­bec par la ro­bus­tesse de ses tan­nins. La cave co­opé­ra­tive a créé un centre de dé­cou­vertes ap­pe­lé Néo­vi­num à Ruoms. L’en­droit est idéal pour en ap­prendre plus sur le vin et pour goû­ter à dif­fé­rentes cu­vées.

BA­LADES SUR DEUX ROUES

Pour prendre de l’air, l’Ar­dèche se vi­site à vé­lo. Plu­sieurs lignes de che­min de fer ont été conver­ties en pistes cy­clables. La Via Ar­dèche re­lie Vogüe et Gros­pierres. Le par­cours, long de 23 km, est plat, mais son dé­cor n’est pas en­nuyeux. À Vogüe, un des plus beaux vil­lages de France, on en­jambe l’Ar­dèche sur un pont ma­jes­tueux. La vue per­met d’ad­mi­rer le vil­lage et son châ­teau dont le don­jon re­monte au XIIe siècle. Pour les plus longues ex­pé­di­tions, la Dolce Via s’étend sur 90 km dans le nord-est de la ré­gion.

— PHO­TOS LA PRESSE, KA­RINE DUPLESSIS-PI­CHÉ

Le pont d’Arc, for­mé il y a 500 000 ans, est unique car il re­lie les deux rives de la ri­vière Ar­dèche.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.