Le Fran­co Fes­ti­val fait sa marque!

C’est du 26 au 28 juillet der­niers que s’est te­nue, à Cal­ga­ry, la deuxième édi­tion du Fran­co Fes­ti­val.

Le Franco - - MALGRÉ UN CHANGEMENT DE DATE - Iré­née Ru­te­ma

Mal­gré la jeu­nesse de cette fête fran­co­phone, l’édi­tion 2012, qui s’est dé­rou­lée sur une pé­riode de trois jours, a été un suc­cès re­ten­tis­sant. Ce fes­ti­val, dont la pre­mière édi­tion avait eu lieu au dé­but sep­tembre en 2011, est or­ga­ni­sé par le Por­tail de l’im­mi­grant en Al­ber­ta (PIA), dans l’op­tique de cé­lé­brer la di­ver­si­té cultu­relle de la fran­co­pho­nie.

Soi­rée de lan­ce­ment cou­rue

Afin de pré­sen­ter la pro­gram­ma­tion de cet évè­ne­ment, les or­ga­ni­sa­teurs ont te­nu une soi­rée de lan­ce­ment of­fi­ciel. Elle s’est dé­rou­lée dans la salle de bal de l’hô­tel Arts en pré­sence de nom­breux di­gni­taires et de plu­sieurs membres de la com­mu­nau­té fran­co­phone de la mé­tro­pole al­ber­taine. « Le fes­ti­val mul­ti­cul­tu­rel fran­co­phone de Cal­ga­ry a comme ob­jec­tif de pro­mou­voir au­près des Cal­ga­réens, les ri­chesses cultu­relles de notre fran­co­pho­nie, de cé­lé­brer la di­ver­si­té du pa­tri­moine cultu­rel de notre com­mu­nau­té et d’ac­croitre la vi­si­bi­li­té de la fran­co­pho­nie de Cal­ga­ry », a dé­cla­ré la co­or­don­na­trice du PIA, Eve­lyne Ke­ma­jou. « Ce qui me frappe dans cette ville, c’est que les fran­co­phones sont nom­breux et très di­ver­si- fiés. Je vou­lais sou­li­gner aus­si que l’Afrique est l’avenir de la fran­co­pho­nie », a pour sa part sou­te­nu le Consul de France à Cal­ga­ry, Jean-Charles Bou. Ce der­nier a dit es­pé­rer que, dans les an­nées à ve­nir, un vo­let cé­lé­brant la lit­té­ra­ture afri­caine soit in­clus dans la pro­gram­ma­tion du Fran­co Fes­ti­val. La dé­pu­tée conser­va­trice pro­vin­ciale re­pré­sen­tant la cir­cons­crip­tion de Cal­ga­ry-NordOuest, San­dra Jan­sen, était aus­si pré­sente à cette soi­rée. « Le gou­ver­ne­ment de l’Al­ber­ta est fier de sup­por­ter le Fran­co Fes­ti­val. La com­mu­nau­té fran­co­phone est très im­por­tante pour notre pro­vince et les fran­co­phones ont joué un rôle pri­mor­dial dans la cons­truc­tion de l’Al­ber­ta. Cé­lé­brer la culture fran­co­phone fait par­tie de notre iden­ti­té ca­na­dienne », a-t-elle men­tion­né. No­tons que du­rant cette ré­cep­tion, les in­vi­tés ont pu ap­pré­cier les pres­ta­tions de deux groupes de danse : Mi­nya Bel­ly Dance et Afro­danse.

Deux jour­nées fes­tives

La suite du Fran­co Fes­ti­val avait comme thème la cé­lé­bra­tion des rythmes fran­co­phones. La soi­rée du 27 juillet a été meu­blée par la gas­tro­no­mie fran­co­phone. De fait, les fes­ti­va­liers ont pu y sa­vou­rer, entre autres, les mets fran­çais, haï­tiens, ca­me­rou­nais et li­ba­nais. L’évè­ne­ment s’est pour­sui­vi par un dé­fi­lé de mode qui met­tait en vedette les te­nues afri­caines et un spec­tacle de la troupe Rhythm Me­thod, qui a fait voya­ger les convives au coeur de la mu­sique de l’Afrique de l’Ouest fran­co­phone.

Une jour­née rem­plie

Ce­pen­dant, la cé­lé­bra­tion phare de ce fes­ti­val a été la jour­née du 28 juillet, qui s’est dé­rou­lée à Eau Claire Mar­ket. Cet em­pla­ce­ment est idéal pour tout évè­ne­ment, car il se trouve en plein coeur du cen­treville. Plu­sieurs ar­tistes fran­co­phones y ont dé­fi­lé, dont la cho­rale La Voix des Ro­cheuses, Mi­reille Mo­quin ain­si que Joh­nie et les Pa­rias. Il im­porte de sou­li­gner que cette jour­née était aus­si fa­mi­liale, car il y avait un coin de jeux pour les en­fants. Les jeunes ont pu jouer dans les jeux gon­flables et cer­tains se sont faits ma­quillés. Par ailleurs, les nom­breux fes­ti­va­liers ont pu y voya­ger cu­li­nai­re­ment, car il y avait plu­sieurs can­tines mo­biles qui ser­vaient la cui­sine mé­di­ter- ra­néenne, créole et mexi­caine sans ou­blier les fa­meux sand­wichs à la viande fu­mée ( Mon­tréal smo­ked meat) qui font par­tie de l’iden­ti­té cu­li­naire de la ville de Mon­tréal. Le Fran­co Fes­ti­val a ra­vi plu­sieurs par­ti­ci­pants, ain­si que les nom­breux bé­né­voles. « J’aime faire du bé­né­vo­lat. Com­pa­ra­ti­ve­ment à Ed­mon­ton, je trouve qu’on a moins de fran­co­phones à Cal­ga­ry. Ça me donne une op­por­tu­ni­té de ren­con­trer d’autres per­sonnes qui par­tagent la langue fran­çaise et de cé­lé­brer, notre riche culture », a confié Mé­la­nie Ar­mand. À peine l’édi­tion 2012 ter­mi­née, les or­ga­ni­sa­teurs du fes­ti­val pensent dé­jà à l’an pro­chain. « On est vrai­ment sa­tis­faits du fes­ti­val. On a eu beau­coup de vi­si­teurs », a in­di­qué Eve­lyne Ke­ma­jou. Cette der­nière a conclu en di­sant que le fes­ti­val re­vien­dra l’an­née pro­chaine et qu’il se­ra en­core éclec­tique et ryth­mé par la ri­chesse cultu­relle di­ver­si­fiée de la fran­co­pho­nie.

Zin­ha Mua­bi et Lo­la Adeye­mo, bé­né­voles du Fran­co Fes­ti­val, en­tourent la Fran­co- Al­ber­taine Mi­reille Mo­quin.

Deux membres de la for­ma­tion Rhythm Me­thod.

Pho­tos : Iré­née Ru­te­ma

Bal Brach de CBC et Ely­sée Ngangue ont ani­mé la soi­rée Rythmes fran­co­phones.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.