Jouer au hockey en fran­çais…en Al­ber­ta

Le fran­çais a ré­son­né entre les murs du Ser­vus Centre de Saint-Al­bert alors qu’une tren­taine de jeunes ont par­ti­ci­pé à la cli­nique de hockey fran­co­phone, les 14 et 15 juillet der­niers, or­ga­ni­sée par l’As­so­cia­tion ca­na­dienne-fran­çaise de l’Al­ber­ta (ACFA)

Le Franco - - MALGRÉ UN CHANGEMENT DE DATE - Ly­sane Sé­né­cal Mas­tro­pao­lo

En­trai­neurs de re­nom

L’agente de dé­ve­lop­pe­ment de l’ACFA ré­gio­nale de Cen­tral­ta, Ca­thy Pellerin est plus que sa­tis­faite de cette pre­mière édi­tion. Un pro­jet sur le­quel elle a tra­vaillé au cours des neuf der­niers mois. « C’est comme un vrai bé­bé! C’est la pre­mière fois que l’on or­ga­nise un évè­ne­ment spor­tif et au­jourd’hui, il y a plu­sieurs nou­veaux vi­sages », avance Mme Pellerin. Le par­te­na­riat avec la FSFA a per­mis aux fran­co­phones de 5 à 14 ans de par­tout en pro­vince de par­ti­ci­per au camp. « Nous avons eu des jeunes de Red Deer et même de Cal­ga­ry », laisse-t-elle sa­voir. Pour Da­nielle Tar­dif-Cyr, de Le­gal, il s’agit d’une op­por­tu­ni­té ex­cep­tion­nelle pour ses en­fants de faire des ac­ti­vi­tés en fran­çais. « Dans un en­vi­ron­ne­ment mi­no­ri­taire, l’école est fran­co­phone, mais il n’existe pas beau­coup d’ac­ti­vi­tés en fran­çais. C’est ex­cellent d’uti­li­ser notre langue en pra­ti­quant des sports. Il faut sup­por­ter ces ini­tia­tives », sou­tient cette der­nière. Le gar­dien de but des Ducks d’Ana­heim, Jeff Drouin-Des­lau­riers, et l’an­cien mé­daillé d’or en patinage ar­tis­tique en couple aux Jeux olym­piques de Salt Lake Ci­ty, en 2002, Da­vid Pel­le­tier (qui pra­tique au­jourd’hui le po­wer ska­ting) étaient sur la glace pour en­trai­ner les jeunes. « J’es­pé­rais avoir au moins un gros nom », avoue Ca­thy Pellerin. Si Jeff Drouin-Des­lau­riers ne sa­vait pas trop à quoi s’at­tendre, il se dit heu­reux de pro­mou­voir le hockey en fran­çais, sur­tout en Al­ber­ta. « C’est bien pour les jeunes fran­co­phones et c’est bon pour mon fran­çais aus­si. Le hockey est un mi­lieu an­glo­phone, même au Qué­bec, alors on es­saie de tra­duire le plus pos­sible », af­firme-t-il. Jean Gau­vreau d’Ed­mon­ton est sa­tis­fait que ses en­fants ap­prennent aux cô­tés de telles fi­gures spor­tives. « De mon­trer des gens im­por­tants qui parlent fran­çais, ça donne une vi­sion aux jeunes », sou­ligne le père de fa­mille. Jeff Drouin-Des­lau­riers ad­met être plus ou moins conscient de l’in­fluence qu’il peut avoir sur les jeunes. « C’est sûr que Da­vid et moi on se fait plus re­mar­quer, mais je ne le vois pas vrai­ment. Je suis là pour ai­der les jeunes à ap­prendre et l’im­por­tant, c’est qu’ils aient du plai­sir à tra­vers ça», as­sure le gar­dien de but pro­fes­sion­nel. M. Gau­vreau a ap­pré­cié le programme va­rié qu’of­frait le camp. Un programme qui com­prend dif­fé­rentes ac­ti­vi­tés, pré­pa­ré par l’en­trai­neur-chef de l’équipe de hockey mas­cu­line du Nor­thern Al­ber­ta Ins­ti­tute of Tech­no­lo­gy, Serge La­joie. « C’est ex­cellent d’ex­po­ser les en­fants à dif­fé­rents sports. Ce­la leur per­met d’es­sayer de nou­velles choses et de dé­ve­lop- per leur in­té­rêt », men­tionne Jean Gau­vreau. En tout, une di­zaine d’en­trai­neurs et six bé­né­voles ont par­ti­ci­pé au camp. « Les en­fants ont tou­jours été en­ca­drés. Les pa­rents pou­vaient ve­nir por­ter leur en­fant pour la jour­née et re­ve­nir le cher­cher le soir », pré­cise Ca­thy Pellerin.

Pe­tite par­ti­ci­pa­tion

Si

les or­ga­ni­sa­teurs avaient pré­vu un maxi­mum de 90 ins­crip­tions, ce n’est qu’une tren­taine de jeunes qui ont ré­pon­du à l’ap­pel. Un nombre qui n’alarme pas l’agente de dé­ve­lop­pe­ment de la ré­gio­nale. « À voir la sa­tis­fac­tion sur les vi­sages, je suis cer­taine que nous pour­rions en avoir plus si nous re­com­men­çons l’ac­ti­vi­té. » Pour Jeff Drouin-Des­lau­riers, ce­la lui lais­sait plus de temps avec cha­cun des jeunes. « Le ra­tio en­trai­neur ver­sus joueurs m’a per­mis de m’adap­ter à leur be­soin. C’est un bon en­trai­ne­ment pour un gar­dien », as­su­ret-il. Ca­thy Pellerin compte sur le bouche à oreille pour re­cru­ter plus de jeunes l’an pro­chain. Quelques pas­sants fran­co­phones se sont d’ailleurs in­for­més sur place et ont dé­mon­tré l’in­té­rêt d’ins­crire leur en­fant si le camp était re­con­duit pour une deuxième an­née. « C’est im­por­tant de mon­trer que l’on peut pra­ti­quer notre sport dans notre langue », se ré­jouit-elle.

Les pe­tits groupes ont per­mis aux en­trai­neurs, comme Ma­non La­marre et Jeff Drouin- Des­lau­riers,de consa­crer plus de temps à chaque jeune.

Pho­tos : Ly­sane Sé­né­cal Mas­tro­pao­lo

Un jeune se pré­pare à lan­cer le fris­bee après quelques ex­pli­ca­tions d’une bé­né­vole. Dif­fé­rents sports étaient au me­nu de la cli­nique de hockey afin de dé­ve­lop­per les ha­bi­le­tés des jeunes de dif­fé­rentes fa­çons.

L’agente de dé­ve­lop­pe­ment à l’ACFA ré­gio­nale de Cen­tral­ta, Ca­thy Pellerin,peut fa­ci­le­ment voir cet évè­ne­ment re­ve­nir l’an pro­chain.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.