Une pièce bouche bée

Le Franco - - PETITES ANNONCES -

sans qu’il y ait de dia­logues », pour­suit-elle. Comme le pré­cise Joëlle Pré­fon­taine, la dif­fé­rence entre une pièce phy­sique et une pièce clas­sique avec texte, c’est l’uti­li­sa­tion de son corps pour ra­con­ter une his­toire. Se­lon elle, il peut par­fois être dif­fi­cile d’émou­voir et de gar­der l’au­di­toire cap­ti­vé dans une pièce dé­pour­vue de pa­roles. Ce­ci dit, si les ac­teurs sont hon­nêtes avec l’émo­tion à trans­mettre, les gens pour­ront se re­trou­ver à tra­vers les per­son­nages. « Lors­qu’il n’y a pas de texte, on com­pense avec un peu tout. Nous avons com­po­sé une trame so­nore pour chaque pièce, ça aide à don­ner du contexte et à créer de l’émo­tion. La clé, c’est de tra­vailler avec un vo­ca­bu­laire de mou­ve­ment », dit-elle en pré­ci­sant qu’ils se sont aus­si ser­vis de l’éclai­rage pour éta­blir des lieux.

Blanc de mé­moire pos­sible?

Joëlle Pré­fon­taine es­père tou­jours qu’elle n’au­ra pas de blanc de mé­moire une fois sur scène. Aus­si cu­rieux que ce­la puisse pa­raitre, il est pos­sible d’ou­blier une ligne… même dans une pièce sans texte! « On es­père que ça n’ar­rive ja­mais. Ça m’est dé­jà ar­ri­vé d’ou­blier, mais c’est pour cette rai­son que nous nous pré­pa­rons long­temps avant de dé­voi­ler le pro­duit fi­nal au grand pu­blic », ex­plique la Fran­co-Al­ber­taine.

Mort de trouille

La tri­lo­gie vise à ex­plo­rer la mort sous toutes ses fa­cettes. Il y a trois pièces pour ho­no­rer cha­cun des thèmes : l’en­fer, les limbes et le pa­ra­dis. Ce que les au­teurs ont vou­lu, c’est de don­ner leur pers­pec­tive du monde réel et ima­gi­naire. Dans un pre­mier temps, l’en­fer illustre l’ac­cep­tion de la vio­lence. « Les jeunes passent leur temps à jouer à des jeux vi­déos où ils tuent pleins de monde. D’une cer­taine fa­çon ça peut de­ve­nir quelque chose de nor­mal dans la so­cié­té », dé­plore Joëlle Pré­fon­taine. La deuxième par­tie met en scène une femme qui se re­trouve dans les limbes sans trop sa­voir comment et qui re­vi­vra sa vie en­tière grâce au fan­tôme de son ma­ri. La der­nière pièce re­pré­sente le pa­ra­dis où un bé­bé gran­dit dans un monde ca­pi­ta­liste et de­vient un homme. Sans le vou­loir, il fi­nit par se sui­ci­der et ob­te­nir un em­ploi au ciel.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.