Nou­velle gé­né­ra­tion de jeunes par­le­men­taires de l’Ouest

Le Franco - - ÉDITORIAL - Philippe de Mon­ti­gny

Du 8 au 11 no­vembre 2012, un taux re­cord de 57 jeunes âgés de 16 à 23 ans se sont ren­dus à Win­ni­peg pour prendre la place des dé­pu­tés au palais lé­gis­la­tif lors de la 22e édi­tion du Par­le­ment fran­co-ca­na­dien du Nord et de l’Ouest (PFCNO). Dons d’or­ganes, créa­tion d’une pro­vince nor­dique, pa­ren­ta­li­té chez les jeunes, ex­po­si­tion à la té­lé­vi­sion

et po­li­tique en­vi­ron­ne­men­tale ont fi­gu­ré par­mi les su­jets chauds de la si­mu­la­tion par­le­men­taire.

Quit­ter la tem­pête de neige à Ed­mon­ton et dans le nord de l’Al­ber­ta n’a pas été un choix trop dif­fi­cile pour les 13 jeunes fran­co-al­ber­tains qui se sont ren­dus dans la ca­pi­tale ma­ni­to­baine pour la 22e lé­gis­la­ture du PFCNO. Là, ils ont été ac­cueillis par un cli­mat beau­coup plus clément, ain­si que la cha­leu­reuse équipe du Con­seil jeu­nesse pro­vin­cial du Ma­ni­to­ba.

En une an­née, la dé­lé­ga­tion al­ber­taine a plus que dou­blé en nombre de dé­pu­tés, tout comme le taux de par­ti­ci­pa­tion au PFCNO en gé­né­ral. Entre 2011 et 2012, la lé­gis­la­ture est pas­sée de 28 dé­pu­tés à 57, voyant le be­soin de re­fu­ser quelques ins­crip­tions. « Avec les ac­ti­vi­tés ori­gi­nales et di­ver­tis­santes qui sont or­ga­ni­sées par le ca­bi­net et les dé­bats qui ex­plorent en pro­fon­deur les en­jeux so­ciaux, ce­ci crée une com­bi­nai­son ir­ré­sis­tible qui at­tire des par­ti­ci­pants comme moi-même à par­ti­ci­per au PFCNO an­née après an­née », avoue le dé­pu­té fran­sas­kois, Émile For­tier, qui en est à sa troi­sième par­ti­ci­pa­tion.

Pour Leslie Bois­son­neault de Ri­vière-La-Paix, c’est sur­tout la pré­sence de ses amis et l’ex­cel­lente ré­pu­ta­tion de Fran­co­pho­nie jeu­nesse de l’Al­ber­ta qui l’ont pous­sée à s’ins­crire pour la pre­mière fois. « Ayant dé­jà fait des sor­ties comme le Par­le­ment jeu­nesse de l’Al­ber­ta et le GoAGA, je sais que les ac­ti­vi­tés jeu­nesse sont tou­jours des jours in­croyables où les jeunes fran­co­phones ont la chance de se ras­sem­bler dans un en­vi­ron­ne­ment uni­que­ment en fran­çais », af­firme la nou­velle re­crue.

Une réus­site par­ti­cu­liè­re­ment re­mar­quable a été le re­cru­te­ment de neuf dé­pu­tés du Yu­kon et des Ter­ri­toires du NordOuest. Ori­gi­naire de Whi­te­horse, la chef de l’op­po­si­tion Alex Bou­chard a sou­li­gné le tra­vail ex­cep­tion­nel des co­or­don­na­teurs de dé­lé­ga­tions ter­ri­to­riales. « On avait fi­na­le­ment une vraie pré­sence au PFCNO. Ça fait tel­le­ment du bien de l’en­le­ver de mes épaules », af­firme la Yu­ko­naise, qui était sou­vent la seule par­ti­ci­pante du Nord dans le pas­sé.

Pro­jets de loi contro­ver­sés, dé­bats mé­dia­ti­sés

C’est as­sis aux pu­pitres des dé­pu­tés pro­vin­ciaux du Ma­ni­to­ba que les par­ti­ci­pants du PFCNO n’ont adop­té qu’un seul pro­jet de loi, ce­lui concer­nant la po­li­tique en­vi­ron­ne­men­tale du Ca­na­da. Les autres pro­jets de loi ont échoué le test lors de la mise aux voix.

Ce re­jet sur­pre­nant des lois pro­po­sées par le gou­ver­ne­ment s’ex­plique pos­si­ble­ment par l’ajout d’un nou­veau poste au ca­bi­net, soit ce­lui du chef de l’op­po­si­tion. Son rôle au PFCNO était de choi­sir les cri­tiques of­fi­cielles des pro­jets de loi et d’en­cou­ra­ger les dé­pu­tés à re­con­naitre et ré­vé­ler les la­cunes et les échap­pa­toires des nou­velles règles pro­po­sées par les mi­nistres. Le gou­ver­ne­ment se trou­vait éga­le­ment sous la loupe d’un duo de re­por­ters du Ré­veil, le jour­nal étu­diant de l’Uni­ver­si­té de Saint-Boniface. Les jour­na­listes Ben Ma­ré­ga et Alexandre Ques­nel étaient pré­sents toute la fin de se­maine pour as­su­rer la couverture médiatique de l’évè­ne­ment. Leur but était de faire com­prendre aux dé­pu­tés l’im­por­tance des mé­dias dans l’exer­cice par­le­men­taire.

Nou­veau­té : les co­mi­tés par­le­men­taires

Pour la pre­mière fois dans l’his­toire du PFCNO, le ca­bi­net a in­té­gré des co­mi­tés par­le­men­taires aux si­mu­la­tions. Les dé­pu­tés ont pu se ren­con­trer en co­mi­tés spé­cia­li­sés afin d’étu­dier dif­fé­rents ar­ticles du pro­jet de loi om­ni­bus pro­po­sé par le mi­nistre de l’En­vi­ron­ne­ment.

Ori­gi­naire de Sas­ka­toon, le dé­pu­té Émile For­tier a eu l’oc­ca­sion de pré­si­der le co­mi­té per­ma­nent de l’agri­cul­ture et de l’agroa­li­men­taire. « À mon avis, c’était aus­si une autre forme de dé­bat – moins for­melle, mais en­core fonc­tion­nelle – ce qui a don­né aux par­ti­ci­pants une dif­fé­rente pers­pec­tive de ce que font vrai­ment les po­li­ti­ciens », af­firme le pré­sident de co­mi­té.

M. For­tier et ses ana­logues dans d’autres co­mi­tés ont cha­cun pré­sen­té trois té­moins qui ex­po­saient comment le pro­jet de loi al­lait les af­fec­ter. Bien qu’il ait ado­ré la dy­na­mique édu­ca­tive, il avoue tou­te­fois avoir un peu de dif­fi­cul­té à gé­rer la par­ti­sa­ne­rie qui ré­gnait au sein des membres du groupe. Sa­muel Ga­gnon, Fran­co-Al­ber­tain de Sher­wood Park, avait quant à lui par­ti­ci­pé au co­mi­té per­ma­nent des af­faires étran­gères et ad­met avoir ap­pré­cié que les co­mi­tés soient te­nus lors de la si­mu­la­tion en par­tis po­li­tiques.

« Ce­la nous a per­mis de voir comment dif­fé­rentes idéo­lo­gies ana­ly­saient une même in­for­ma­tion », ex­plique-t-il. En ef­fet, l’exer­cice en co­mi­tés avait pour but d’ap­pro­fon­dir les ré­flexions des dé­pu­tés puis­qu’ils pou­vaient s’ins­pi­rer de té­moi­gnages fic­tifs, mais réa­listes pour in­fluen­cer le dé­bat of­fi­ciel en chambre.

PFCNO 2012, coup de foudre pour plu­sieurs!

Pen­dant le sé­jour à Win­ni­peg, plu­sieurs po­li­ti­ciens – dont la sé­na­trice Ma­ria Cha­put, la dé­pu­tée fé­dé­rale Shel­ly Glo­ver et le pre­mier mi­nistre du Ma­ni­to­ba, Greg Se­lin­ger – ont pris du temps de leurs ho­raires char­gés pour ve­nir ren­con­trer et échan­ger avec les jeunes dé­pu­tés.

Pour clô­tu­rer l’évè­ne­ment, une élec­tion a per­mis aux par­ti­ci­pants de choi­sir les in­di­vi­dus qui siè­ge­ront au ca­bi­net, le co­mi­té or­ga­ni­sa­teur du PFCNO. 14 can­di­dats ont po­sé leur can­di­da­ture et les dé­pu­tés ont élu Alex Bou­chard (Yu­kon) en tant que pre­mière mi­nistre, Éric Dou­cet (AB) comme pré­sident, Philippe de Mon­ti­gny (AB) comme chef de l’op­po­si­tion, Yann La­coste (C.-B.) comme vice-pre­mier mi­nistre ain­si que Ying Xue Xiang (C.-B.) comme lea­der de la Chambre.

La pre­mière mi­nistre nou­vel­le­ment élue ex­plique que la po­pu­la­ri­té gran­dis­sante du PFCNO s’ex­plique sur­tout par les liens so­lides qui se créent pen­dant la fin de se­maine.

« C’est du monde qui nous res­semble, des per­sonnes qui ont une pas­sion pour la fran­co­pho­nie, af­firme la pre­mière mi­nistre Bou­chard. Le nou­veau ca­bi­net a dé­jà hâte de re­voir tous ces jeunes et d’en ac­cueillir des nou­veaux. »

No­tons que l’édi­tion 2013 du PFCNO se tien­dra à la ca­pi­tale al­ber­taine.

Pho­tos : courtoisie

Les par­ti­ci­pants du PFCNO 2012 avec Greg Se­lin­ger, pre­mier mi­nistre du Ma­ni­to­ba.

La dé­lé­ga­tion al­ber­taine : ( pre­mière ran­gée, du haut en bas) Paul Kop­jar, Ha­ze­leen Arel­la­no, Leslie Bois­son­neault, So­phie Ber­ge­ron, Hei­di May­rand, Ma­rieÈve Bas­tien; (deuxième ran­gée) Philippe de Mon­ti­gny, Sa­muel Ga­gnon, Tho­mas Po­mer­leau, Éric Dou­cet,...

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.