MOT DE LA PRÉ­SI­DENTE

Le Franco - - L’ÉVEIL - - Si­mone M. A. De­mers

« Ce­lui qui dé­place une mon­tagne com­mence

en ra­mas­sant les pe­tites pierres. »

Nos his­toires de vie ré­vèlent notre pers­pec­tive du monde dans le­quel nous vi­vons. Ces his­toires sont per­son­nelles et émo­tives; on s’en rap­pelle long­temps après avoir ou­blié les sta­tis­tiques et les points saillants d’une re­cherche. Les sta­tis­tiques peuvent être ré­fu­tées ou dis­pu­tées, mais non pas nos his­toires parce qu’elles ra­content la pers­pec­tive du vé­cu de chaque per­sonne. Le temps, les res­sources, la so­li­da­ri­té et la vo­lon­té de prendre des risques comptent énor­mé­ment dans la réa­li­sa­tion de nos as­pi­ra­tions. À la mi-oc­tobre, une cin­quan­taine d’aî­nés de Calgary, d’Ed­mon­ton, de Red Deer et de Mo­rin­ville ont par­ta­gé leurs rêves de mieux-être et ont son­gé aux pos­si­bi­li­tés d’im­pli­ca­tion com­mu­nau­taire pour contrer les bar­rières au lo­ge­ment, au trans­port, à l’em­ploi et au bé­né­vo­lat, à la san­té et à l’épa­nouis­se­ment per­son­nel. Dé­jà il y a un groupe d’Ed­mon­ton qui s’est ren­con­tré pour conti­nuer la conver­sa­tion à pro­pos du vo­let de l’épa­nouis­se­ment. Ils ont con­si­dé­ré leur but, leurs avan­tages, les risques et les pos­si­bi­li­tés de par­te­na­riats pour faire avan­cer leur vi­sion. La FAFA est heu­reuse d’ac­com­pa­gner ces gens dans leurs dé­marches pour ob­te­nir un centre pour les aî­nés dans la ville ca­pi­tale. Nous at­ten­dons les bonnes nou­velles des autres clubs et les as­su­rons qu’ils peuvent comp­ter sur notre ap­pui. Ce qui est es­sen­tiel à cette so­li­da­ri­té est le fait de prendre le temps de se par­ler face à face et non par cour­riel, iPod ou twit­ter. C’est tout un dé­fi d’en­cou­ra­ger la com­mu­ni­ca­tion per­son­nelle entre les gé­né­ra­tions. En ef­fet, c’est même rare de trou­ver des fa­milles qui chantent en­semble comme dans le temps de ma jeu­nesse. Voi­là pour­quoi j’adore l’émis­sion de té­lé­vi­sion Un air de fa­mille qui met en ve­dette des fa­milles pas­sion­nées par la chan­son en com­mun. Les gens s’amusent bien et sont de bonne hu­meur. Je vous sou­haite de tels mo­ments en ce temps de cé­lé­bra­tion et je sou­haite aus­si qu’après les fes­ti­vi­tés vous soyez prêts à vous im­pli­quer dans votre com­mu­nau­té avec toutes les gé­né­ra­tions. Pour le Nou­vel An, je vous sou­haite de faire vi­brer les at­tri­buts du Ch­rist his­to­rique, cos­mique et mys­tique dans votre vie. À l’exemple du mys­tique Pe­ter Deu­nov, je t’in­vite à Pla­cer la bonté comme base de ta vie, la jus­tice comme me­sure, la sa­gesse comme li­mite, l’amour comme dé­lec­ta­tion et la vé­ri­té comme lu­mière. La Fé­dé­ra­tion des aî­nés et des aî­nées fran­co­phones du Ca­na­da sou­tient les pro­vinces et les ter­ri­toires dans la ré­cla­ma­tion de ser­vices en fran­çais en mi­lieux mi­no­ri­taires pour la nou­velle Feuille de route fé­dé­rale. Nous re­mer­cions le Ré­seau san­té Al­ber­ta d’avoir fa­ci­li­té la par­ti­ci­pa­tion de la FAFA au Ren­dez-vous san­té en fran­çais à Ot­ta­wa. Nous avons pu consta­ter la concer­ta­tion na­tio­nale pour l’offre de la gamme de ser­vices de san­té et de ser­vices so­ciaux en fran­çais. Le Ren­dez-vous nous en­cou­rage à de­ve­nir une force mo­bi­li­sa­trice au­près des po­li­ti­ciens pour les convaincre que la com­mu­ni­ca­tion dans la langue ma­ter­nelle équi­vaut à une baisse des coûts en san­té. Ra­con­tons nos his­toires avant de leur pré­sen­ter les sta­tis­tiques!

« Ce­lui qui dé­place une mon­tagne com­mence

en ra­mas­sant les pe­tites pierres. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.