Jean­nine De Mois­sac (Ed­mon­ton)

Le Franco - - L’ÉVEIL - - Yan­nick Frey­chet

De na­ture plu­tôt dis­crète, Jean­nine de Mois­sac hé­site à pré­sen­ter les nom­breuses réus­sites qui ont ja­lon­né son en­ga­ge­ment com­mu­nau­taire, vieux de plu­sieurs dé­cen­nies. Pour­tant, je de­vine fa­ci­le­ment la place es­sen­tielle qu’oc­cupe le bé­né­vo­lat dans sa vie, ain­si que la dif­fé­rence qu’elle a pu faire dans sa com­mu­nau­té. De­puis son ar­ri­vée à Ed­mon­ton, il y a un peu plus de vingt ans, Jean­nine a été très ac­tive au sein de sa pa­roisse, ain­si que de plu­sieurs as­so­cia­tions fran­co­phones. Elle a no­tam­ment of­fert son temps au Conseil de l’édu­ca­tion de la foi ca­tho­lique chez les fran­co­phones de l’Al­ber­ta (CEFFA), ain­si qu’à la Fé­dé­ra­tion des aî­nés fran­co-al­ber­tains (FAFA), du temps où Yvette Tel­lier était pré­si­dente. De cette pre­mière ex­pé­rience avec la FAFA, Jean­nine re­tient que l’or­ga­nisme pro­vin­cial sem­blait dé­jà avoir con­si­dé­ré un chan­ge­ment de cap : tout en conti­nuant d’in­ves­tir dans le dé­ve­lop­pe­ment d’ac­ti­vi­tés cultu­relles et so­ciales, les ad­mi­nis­tra­teurs sou­hai­taient ex­plo­rer de nou­veaux dos­siers, tels que la san­té, les droits des per­sonnes âgées ou en­core les be­soins

des plus jeunes sé­niors. Six ans plus tard, le col­loque « S’im­pli­quer pour mieux vivre », qui in­vi­ta les 50+ fran­co­phones de l’Al­ber­ta à ré­flé­chir aux dé­fis qui se dressent dans les do­maines du lo­ge­ment, des transports, de la san­té, de l’em­ploi ou en­core de l’épa­nouis­se­ment per­son­nel, consti­tua donc une ré­vé­la­tion pour Jean­nine : la FAFA est pas­sée d’une dé­marche de pres­ta­taire de ser­vices à celle d’un ins­pi­ra­teur de so­lu­tions. Par­mi les 75 dé­fis qui furent pré­sen­tés à l’oc­ca­sion du col­loque, un a sur­tout re­te­nu l’at­ten­tion de Jean­nine : « C’est très dom­mage que, dans les grandes villes, il n’y ait pas de lo­caux dé­diés aux aî­nés fran­co­phones et à leurs ac­ti­vi­tés cultu­relles et so­ciales. Nous sommes dis­sé­mi­nés par­tout à tra­vers la com­mu­nau­té. Le risque c’est que, si l’on n’agit pas suf­fi­sam­ment vite, tous les jeunes sé­niors aillent voir du cô­té an­glo­phone ». Por­tée par l’éner­gie po­si­tive du col­loque, Jean­nine s’est donc jointe à un co­mi­té dont le man­dat se­ra de trou­ver une place pour les ac­ti­vi­tés cultu­relles et so­ciales des aî­nés fran­co­phones de la ré­gion d’Ed­mon­ton. En l’es­pace de deux mois, ce co­mi­té très ac­tif, sur le­quel siègent éga­le­ment Ger­maine Le­ho­dey, Diane Noël, France Le­vas­seur-Oui­met, Claire Dal­laire et Hé­lène La­voie, a réa­li­sé une étude de l’en­vi­ron­ne­ment, pro­po­sé un plan d’ac­tion et vi­si­té près d’une di­zaine de places! « Nous es­pé­rons de tout coeur que la com­mu­nau­té fran­co­phone d’Ed­mon­ton gar­de­ra les oreilles et les yeux ou­verts afin de dé­cou­vrir un en­droit qui ré­pon­drait aux be­soins ar­tis­tiques, spor­tifs et so­ciaux de leurs ai­nés du pré­sent et du fu­tur. » Nous sommes main­te­nant pré­ve­nus : l’ave­nir de la com­mu­nau­té fran­co-al­ber­taine ne se des­si­ne­ra pas sans ses dy­na­miques 50+!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.