Soeur Ga­brielle Tel­lier

Le 19 juin, Ga­brielle Tel­lier, ur­su­line de Jé­sus, fê­tait ses cent ans.

Le Franco - - CULTURE / CENTENAIRE - - Pho­to et texte de Da­niel Eu­gene Cour­noyer

Ga­brielle est la fille ca­dette d’Il­daige Tel­lier et de Cla­ra Mol­leur, ar­ri­vés à Mo­rin­ville en 1922 en pro­ve­nance d’Al­ba­ny dans l’état de New York. Elle est née le 19 juin 1913 dans la ré­si­dence voi­sine du pres­by­tère de la pa­roisse St. Jean-Bap­tiste de Mo­rin­ville. Cette mai­son existe en­core. Elle est la seule de sa fa­mille née au Ca­na­da. Ses quatre soeurs et son frère sont nés aux ÉtatsU­nis. Elle est aus­si la pe­tite-fille de Dieu­don­né Tel­lier, pion­ner de Mo­rin­ville, ar­ri­vé avec le pre­mier contin­gent de l’Ab­bé J.B. Morin, prêtre co­lo­ni­sa­teur (1891). Elle n’a pas eu le bon­heur de voir vieillir ses pa­rents. À l’âge de trois ans, son père dé­cède et à l’âge de douze ans, c’est le dé­cès de sa mère. Ce fut donc la tâche de ses trois soeurs ai­nées, Aline, An­nette et Leah, de pour­voir à son bie­nêtre. De la pre­mière an­née à la sixième, elle fré­quen­ta le Couvent Notre-Dame de Mo­rin­ville sous la tu­telle des Filles de Jé­sus. Lorsque sa soeur An­nette de­vint ins­ti­tu­trice avec les Écoles Sé­pa­rées d’Ed­mon­ton, elle l’em­me­na avec elle à Ed­mon­ton. Toutes deux pen­sion­naient au Couvent des Ur­su­lines de Jé­sus, si­tué dans la pa­roisse St An­toine, au sud d’Ed­mon­ton. De là, Ga­brielle fré­quen­ta l’école Mont-Car­mel et l’école St. Ma­ry, haute école pour les filles ca­tho­liques si­tuée sur la 103e Rue au centre-ville. C’est au mi­lieu de sa 12e an­née qu’elle dé­cide d’en­trer au No­vi­ciat des Ur­su­lines de Jé­sus, à leur Mai­son-Mère à Cha­vagnes en Vendée dans le sud de la France. Deux ans plus tard, de re­tour au Ca­na­da, elle ter­mine sa dou­zième an­née sui­vie d’une an­née à l’école Nor­male de Cam­rose. En 1934, elle com­mence sa car­rière d’ins­ti­tu­trice à l’école St. Ed­mond de Cal­der. Elle en­seigne la pre­mière et la deuxième an­née aux pe­tits fran­co­phones du quar­tier. À l’époque, Cal­der était peu­plé de fa­milles fran­co­phones. En 1974, elle prend sa re­traite d’ins­ti­tu­trice, après 40 ans d’enseignement – 19 ans à St Ed­mond, 5 ans à Mont-Car­mel, 15 ans à la Haute École de Heiss­ler et deux ans à Mon­tréal. De 1974 à 1988, elle fait du mi­nis­tère dans dif­fé­rentes pa­roisses d’Ed­mon­ton. À sa re­traite à l’âge de 75 ans, elle di­sait : « Pour les an­nées qui me res­tent, je suis heu­reuse d’avoir du temps pour prier, du temps pour ré­flé­chir, du temps pour lire. Je re­mer­cie le Bon Dieu de m’avoir don­né beau­coup de bon­heur dans ma vie re­li­gieuse, beau­coup de sa­tis­fac­tion dans ma car­rière d’ins­ti­tu­trice et une bonne san­té. » Soeur Ga­brielle ré­side pré­sen­te­ment au Centre Pro­vi­dence, choyée par toutes les re­li­gieuses en ré­si­dence. Dans sa vieillesse, elle ne parle pas beau­coup, mais elle a tou­jours un sou­rire éblouis­sant pour ceux qui la vi­sitent.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.