La cra­vate bleue

La pièce du jeune co­mé­dien, chan­teur, com­po­si­teur et pro­duc­teur qué­bé­cois Jean-Fran­çois Plante-Tan est la pre­mière oeuvre fran­co­phone à être pré­sen­tée au fes­ti­val Fringe de Cal­ga­ry et la seule pro­gram­ma­tion en fran­çais du fes­ti­val du même nom, à Ed­mon­ton.

Le Franco - - THÉÂTRE - Em­ma Ai­linn Hau­te­coeur

Il s’agit d’une co­mé­die mu­si­cale où l’ac­ces­soire ve­dette re­pré­sente le pa­ra­doxe du tra­vail : le choix inexo­rable qu’ont à faire les jeunes entre un tra­vail épa­nouis­sant, mais qui laisse peu de temps libre, ou un tra­vail de fonc­tion­naire qui sert à fi­nan­cer ses pas­sions. « Mon ins­pi­ra­tion pour cette pièce ça a vrai­ment été ce di­lemme entre réa­li­ser ses rêves ou conti­nuer à rê­ver notre vie », ex­prime l’au­teur au­to­pro­duit. « On peut des­ser­rer la cra­vate et se lais­ser le temps de souf­fler, de ré­flé­chir sur sa dé­ci­sion, mais, une fois qu’on a mis la cra­vate, il faut as­su­mer son choix », éla­bore ce­lui qui a fait le choix, de­puis qu’il a 23 ans, de vivre plei­ne­ment sa vie d’ar­tiste avec tous les sa­cri­fices, mais aus­si toutes les joies. La cra­vate bleue est sa pre­mière créa­tion de co­mé­die mu­si­cale. « J’adore la musique, la danse, la scène, Broad­way, tout ce qui est grand », dit Jean-Fran­çois Plan­teTan. Il s’est ins­pi­ré de ses idoles, Jack John­son, John Meyer, Bru­no Mars, James Blunt et Martin Matte, qui se sont comme lui, dé­diés à fond à leur art, mais ont connu un suc­cès in­ter­na­tio­nal plus tar­dif. « Je me donne cinq ans pour per­cer et après je vais des­ser­rer ma cra­vate pour prendre un peu de re­cul et voir où je m’en vais », pla­ni­fie-t-il. Il se dit être un am­bas­sa­deur du fran­çais et, con­trai­re­ment à d’autres ar­tistes, s’était bien in­for­mé sur la por­tée de la fran­co­pho­nie dans l’Ouest. « Mes amis me conseillaient de pré­sen­ter la co­mé­die en an­glais en Al­ber­ta. Moi, je leur di­sais : il y a 300 000 fran­co­phones dans la pro­vince, je ne peux pas croire qu’il n’y en a pas 10 qui vont ve­nir voir mon spec­tacle. » Par ailleurs, il croit que le fait d’être le seul à se pro­duire en fran­çais le dé­marque au­to­ma­ti-

que­ment des autres spec­tacles. Il compte aus­si don­ner des re­pré­sen­ta­tions dans les écoles fran­co­phones et d’im­mer­sion à tra­vers le pays, car il a l’ha­bi­tude de tra­vailler avec les jeunes et le thème de sa co­mé­die mu­si­cale con­corde avec les ques­tion­ne­ments propres à ces âges. La cra­vate bleue fe­ra la tour­née des fes­ti­vals Fringe de l’Ouest, à Cal­ga­ry, Ed­mon­ton, Vic­to­ria et Van­cou­ver.

Pho­to : Cour­toi­sie

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.