Pleins feux sur le dos­sier col­lé­gial

Réunis à Ed­mon­ton du 6 au 8 dé­cembre der­niers, les membres du Con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion pro­vin­cial de l’As­so­cia­tion ca­na­dienne-fran­çaise de l’Al­ber­ta (AC­FA) se sont don­né le man­dat d’ob­te­nir une gou­ver­nance com­mu­nau­taire pour le Centre col­lé­gial de l’Albe

Le Franco - - CA PROVINCIAL DE L’ACFA -

« Nous n’avons plus le luxe du temps. Nous avons dé­jà per­du trois an­nées et il est temps que la gou­ver­nance du Centre col­lé­gial de l’Al­ber­ta soit re­mise entre les mains de la com­mu- nau­té. Nous éta­bli­rons des par­te­na­riats avec le Cam­pus Saint-Jean (CSJ), mais les res­sources fi­nan­cières al­louées au sec­teur col­lé­gial se­raient sous l’égide de l’AC­FA », a sou­te­nu le pré­sident de l’or­ga­nisme, Jean John­son, au terme de la ren­contre des élus. Pour ce faire, le Centre col­lé­gial de l’Al­ber­ta se­rait in­cor­po­ré sous la charte de l’AC­FA. L’As­so­cia­tion tra­vaille éga­le­ment avec le consor­tium de 17 or­ga­nismes fran­co-al­ber­tains qui avait vu le jour en mai der­nier pour ten­ter de sau­ver le centre col­lé­gial. « Dans ce dos­sier, nous ne vou­lons pas né­ces­sai­re­ment faire ca­va­lier seul, mais nous de­vons as­su­mer notre rôle en pre­nant le lea­deur­ship du dos­sier, tout en res­pec­tant l’in­té­rêt des or­ga­nismes et des gens qui nous ap­puient dans nos dé­marches », es­time Jean John­son. Cette dé­marche dé­coule d’une ré­so­lu­tion adop­tée lors de la der­nière as­sem­blée an­nuelle de l’AC­FA. « On passe main­te­nant à l’ac­tion. La com­mu­nau­té a re­con­nu l’im­por­tance de dé­ve­lop­per ce vo­let tout en as­su­rant la pé­ren­ni­té du Cam­pus Saint-Jean. Nos ac­tions doivent ve­nir ren­for­cer le Cam­pus plu­tôt que de ve­nir l’af­fai­blir », si­gnale M. John­son. Se­lon le pré­sident de l’AC­FA, les étoiles s’en­lignent tran­quille­ment pour la fran­co­pho­nie al­ber­taine. Il y a d’abord eu le re­ma­nie­ment mi­nis­té­riel ef­fec­tué par la pre­mière mi­nistre Alison Red­ford, le 6 dé­cembre der­nier, qui a vu Da­vid Han­cock rem­pla­cer Tho­mas Lu­kas­zuk à titre de vice-pre­mier mi­nistre et mi­nistre de l’In­no­va­tion et de l’Édu­ca­tion post­se­con­daire. Jean John­son y voit là une bonne nou­velle. « M. Han­cock a dé­jà oc­cu­pé cette fonc­tion de re­pré­sen­ter l’édu­ca­tion post­se­con­daire. Il a été très im­pli­qué dans le concept de Cam­pus Al­ber­ta et le Centre col­lé­gial pour­rait s’ins­crire dans la même li­gnée », croit-il. Du même coup, il est d’avis que pour le Centre col­lé­gial, Tho­mas Lu­kas­zuk n’était pas l’homme de la si­tua­tion. « Au cours de la der­nière an­née, M. Lu­kas­zuk a dé­mon­tré un manque to­tal de com­pré­hen­sion de la réa­li­té fran­co­phone. Il est vrai que le man­dat de Da­vid Han­cock se­ra très dif­fé­rent puisque Tho­mas Lu­kas­zuk a dû im­po­ser des cou­pures, mais un fait de­meure : le centre col­lé­gial, à l’aube de 2014, n’est tou­jours pas ou­vert », ajoute le pré­sident de l’AC­FA. L’autre bonne nou­velle aux yeux de l’AC­FA est le re­tour en poste, le 1er fé­vrier 2014, de Carl Am­rhein à titre de pro­vost et vice-pré­sident aca­dé­mique de l’Uni­ver­si­té de l’Al­ber­ta. Ce­lui-ci était rem­pla­cé, sur une base in­té­ri­maire par Mar­tin Fer­gu­son-Pell. Pour Jean John­son, le re­tour de cet Ami de la fran­co­pho­nie al­ber­taine, prix dé­cer­né lors du Rond Point 2008, au­ra une in­fluence po­si­tive pour dé­nouer l’im­passe quant au dos­sier col­lé­gial. « On parle ici d’un contexte de dis­cus­sions qui se­ra po­si­tif, struc­tu­ré et dans le res­pect de tous », af­firme Jean John­son.

Ap­pui ex­terne

L’AC­FA fe­ra éga­le­ment ap­pel à une per­sonne ex­terne, en la per­sonne de Gil­bert Hé­roux, pour l’ap­puyer dans ses re­ven­di­ca­tions. M. Hé­roux est di­rec­teur gé­né­ral du Va­nier Col­lege à Mon­tréal de­puis 2005 et est membre du CA de l’As­so­cia­tion des col­lèges com­mu­nau­taires du Ca­na­da (ACCC). Avant le Va­nier Col­lege, il avait été à l’em­ploi de l’Uni­ver­si­té de Guelph en On­ta­rio pen­dant plus de sept ans à titre de di­rec­teur du Col­lège d’agri­cul­ture d’Al­fred, dans l’Est on­ta­rien. « C’est une per­sonne connec­tée et très cré­dible. Ce qu’il a vé­cu à Al­fred lui per­met de com­prendre la réa­li­té dans la­quelle on vit. De plus, son poste à l’ACCC lui per­met d’être bran­ché, no­tam­ment au ni­veau des col­lèges an­glo­phones en Al­ber­ta », in­dique Jean John­son. M. Hé­roux était d’ailleurs pré­sent, via vi­déo­con­fé­rence, à la ren­contre du CA pro­vin­cial de l’AC­FA. « Il y a deux étapes im­por­tantes à fran­chir. La pre­mière est de dé­ve­lop­per clai­re­ment votre mo­dèle. C’est pri­mor­dial de sa­voir à quoi ce­la va res­sem­bler. Pour vous, ce que vous avez en tête est peut-être clair, mais ce n’est pas né­ces­sai­re­ment évident pour tout le monde », fait re­mar­quer Gil­bert Hé­roux. En­suite, « il fau­dra com­men­cer ra­pi­de­ment à opé­ra­tion­na­li­ser le mo­dèle. Tra­vailler avec les par­te­naires que vous avez en tête et dé­jà avoir une idée de com­ment pro­cé­der au ni­veau du re­cru­te­ment », en­chaine-t-il. Outre le mo­dèle du Col­lège d’Al­fred dans l’Est on­ta­rien, les membres du CA pro­vin­cial de l’AC­FA ont ma­ni­fes­té le sou­hait d’ex­plo­rer le mo­dèle du Col­lège Bo­réal à Sudbury, un col­lège qui a ren­con­tré de nom­breux dé­fis. « Il y a peut-être des le­çons à ti­rer du Col­lège Bo­réal, un mo­dèle qui s’ap­proche de ce­lui que l’on vise, soit d’avoir un cam­pus, mais aus­si des­ser­vir une clien­tèle qui se re­trouve dans des com­mu­nau­tés éloi­gnées », dé­clare Jean John­son. Comme le fait re­mar­quer Jean John­son, les pro­chaines se­maines se­ront dé­ter­mi­nantes : « Mon sou­hait est qu’il y ait un pro­gramme mis en place pour sep­tembre 2014. Comme je l’ai dé­jà men­tion­né, nous n’avons plus le luxe du temps. »

- Étienne Ala­ry C’est par vi­déo­con­fé­rence que Gil­bert Hé­roux a par­ta­gé cer­tains élé­ments liés au dos­sier col­lé­gial avec les membres du CA pro­vin­cial de l’AC­FA.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.