À Grande Prai­rie...

...une deuxième école fran­co­phone?

Le Franco - - LA UNE - Étienne Ala­ry

« Avec la forte crois­sance dé­mo­gra­phique que connait Grande Prai­rie et le fait que l’école Nou­velle Fron­tière dé­borde dé­jà, l’ajout d’une 2e école fran­co­phone est in­évi­table », es­time le di­rec­teur gé­né­ral du CSNO, Mar­cel Li­zotte. Le CSNO et le gou­ver­ne­ment pro­vin­cial ar­rivent à la même conclu­sion. « C’est à la suite de dis­cus­sions avec Al­ber­ta In­fra­struc­ture que cet ajout à notre plan ca­pi­tal est ap­pa­ru évident, sur­tout lors­qu’on pense à long terme, alors qu’on es­time que la po­pu­la­tion de Grande Prai­rie conti­nue­ra d’aug­men­ter à un rythme sou­te­nu. Nous aus­si, à l’école Nou­velle Fron­tière, nous connais­sons une crois­sance mar­quée chaque an­née », ex­plique M. Li­zotte. « Il était donc im­por­tant de faire une de­mande main­te­nant, tout en sa­chant que ce ne se­ra pas pour la ren­trée sco­laire 20142015, mais c’est évident qu’un jour, il y au­ra une deuxième école fran­co­phone à Grande Prai­rie », ajoute-t-il. L’école Nou­velle Fron­tière étant si­tuée dans le sud de la ville, la fu­ture école se­rait si­tuée du cô­té nord de Grande Prai­rie. « La ville a dé­jà pré­dé­ter­mi­né 10 sites qui sont dis­po­nibles et ré­ser­vés aux conseils sco­laires pour la construc­tion de fu­tures écoles. L’em­pla­ce­ment ne se­ra donc pas un pro­blème, com­pa­ra­ti­ve­ment à ce qui a été vé­cu ailleurs en pro­vince », dé­clare Mar­cel Li­zotte. Cette pos­si­bi­li­té de nou­velle école ré­jouit la com­mu­nau­té fran­co­phone. « On sent cette vi­ta­li­té et cette af­fluence de jeunes fa­milles vers Grande Prai­rie. De plus, le fait que l’école Nou­velle Fron­tière est si­tuée dans un nou­vel édi­fice de­puis l’au­tomne 2008 joue un rôle im­por­tant », af­firme la di­rec­trice de l’As­so­cia­tion ca­na­dienne-fran­çaise de l’Al­ber­ta (ACFA) ré­gio­nale de Grande Prai­rie, Mi­chelle Mar­ga­rit. Se­lon cette der­nière, le fran­çais n’a ja­mais été au­tant va­lo­ri­sé. « L’école fran­co­phone et les écoles d’im­mer­sion connaissent des aug­men­ta­tions dans leurs inscriptions. C’est de­ve­nu à la mode de par­ler fran­çais à Grande Prai­rie, ce qui n’était pas le cas il y a quelques an­nées », fait-elle re­mar­quer.

Nou­velle Fron­tière

Au ni­veau du plan ca­pi­tal 2014-2017, cette nou­velle école consti­tue la 3e prio­ri­té des conseillers. La pre­mière grande prio­ri­té de­meure l’école Nou­velle Fron­tière. « Elle a été ouverte à l’au­tomne 2008 et a été construite pour des­ser­vir une clien­tèle de la ma­ter­nelle à la 9e an­née, même si le CSNO avait iden­ti­fié la né­ces­si­té d’une école ma­ter­nelle à la 12e an­née. La construc­tion a donc eu lieu sans l’ajout d’es­pace né­ces­saire pour les élèves de 10e, 11e et 12e an­nées. Il faut re­mé­dier à ce pro­blème », énonce Mar­cel Li­zotte. Bien que le CNSO ait maintes fois de­man­dé des classes mo­du­laires, dont deux ont été ap­prou­vées l’été der­nier et de­vraient être en place au dé­but 2014, le conseil es­père que l’école Nou­velle Fron­tière fe­ra par­tie d’un pro­jet de mo­der­ni­sa­tion. « Lors­qu’il est ques­tion de classes mo­du­laires, aux yeux du gou­ver­ne­ment, c’est quelque chose de tem­po­raire, tan­dis que la mo­der­ni­sa­tion est un pro­jet per­ma­nent », nuance Mar­cel Li­zotte. Le CSNO es­père l’ajout de trois classes pour des cours EPT (Études pro­fes­sion­nelles et tech­no­lo­giques pour les élèves du 2e cycle du se­con­daire) et une classe po­ly­va­lente. « C’est notre pre­mière prio­ri­té et ça presse. On perd des élèves, car ceux-ci n’ont pas un ac­cès équi­table à cer­tains cours, com­pa­ra­ti­ve­ment à d’autres écoles. (…) La pro­vince a in­di­qué qu’elle an­non­ce­rait des pro­jets de mo­der­ni­sa­tion avant Noël et une se­conde ronde au prin­temps. Pour nous, il faut que ce soit cet hi­ver », in­dique M. Li­zotte. L’école Nou­velle Fron­tière compte cette an­née deux classes de ma­ter­nelle et deux classes de 1re an­née, un heu­reux casse-tête pour ses di­ri­geants. « La bi­blio­thèque a été trans­for­mée, tout comme le la­bo­ra­toire de sciences. En­core des chan­ge­ments qui af­fectent tous les élèves, mais sur­tout nos jeunes du se­con­daire », note M. Li­zotte.

Quatre-Vents

La se­conde prio­ri­té du conseil sco­laire est la mo­der­ni­sa­tion de l’école des Quatre-Vents de Peace Ri­ver. « C’est une grande école, un édi­fice trop grand pour nos be­soins, qui doit être re­vue pour en faire une plus pe­tite école », sou­tient le di­rec­teur gé­né­ral du CSNO.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.