Saint-paul perd un grand allié

Homme de tous les évè­ne­ments, époux, père et grand-père, La­val Pel­chat s’est éteint le jeu­di 15 mai 2014 à l’âge de 73 ans, lais­sant der­rière lui sa femme Gi­na, sa fa­mille, ses amis et le sou­ve­nir vif d’un homme bon vi­vant, im­pli­qué dans sa com­mu­nau­té et

Le Franco - - NEWS -

« L’après-mi­di, il pre­nait un ca­fé chez ses beaux-frères et ses belles-soeurs; si on avait be­soin de bé­né­voles pour tel ou tel évè­ne­ment, on ap­pe­lait là-bas, à trois heures, et on en trou­vait as­su­ré­ment, ra­conte Lyne Le­mieux, qui a tra­vaillé et fait du bé­né­vo­lat au­près de M. Pel­chat à maintes re­prises. Quand des ar­tistes ve­naient à Saint-Paul, ils al­laient res­ter chez les Pel­chats, parce que La­val ai­mait les ren­con­trer. Si quel­qu’un de­man­dait de l’aide, La­val l’ai­dait. Si quel­qu’un vou­lait dé­mé­na­ger, La­val lui prê­tait son ca­mion. » Na­tif de Saint-Isidore au Qué­bec, La­val Pel­chat est ar­ri­vé en Al­ber­ta avec sa fa­mille alors qu’il était jeune, dans l’an­cienne pa­roisse de SaintÉ­douard. Pen­dant les an­nées qui ont sui­vi, il s’est fait fer­mier et s’est im­pli­qué au­près de sa com­mu­nau­té, pre­nant part aux ac­ti­vi­tés de l’Ordre des Che­va­liers de Co­lomb et du Con­seil pa­rois­sial, où il dé­fen­dait par tous les moyens l’ac­cès aux ser­vices re­li­gieux en fran­çais. Il s’est aus­si im­pli­qué dans tous les sec­teurs d’ac­ti­vi­té fran­co­phones, que ce soit le théâtre, alors qu’il a été membre du Cercle dra­ma­tique et co­mé­dien; l’As­so­cia­tion ca­na­dien­ne­fran­çaise de l’Al­ber­ta (ACFA) ré­gio­nale de Saint-Paul, entre autres en tant qu’agent de dé­ve­lop­pe­ment et de pré­sident (2001-2004), ou la Fé­dé­ra­tion des ainés fran­co-al­ber­tains, du­quel il a agi en tant que conseiller; en plus d’avoir été de la ba­taille pour la créa­tion de l’école du Som­met, pour ne nom­mer qu’une poi­gnée de ses en­ga­ge­ments. Son dé­voue­ment pour la fran­co­pho­nie al­ber­taine et ce­lui de sa femme, Gi­na, qui était tou­jours à ses cô­tés, leur ont d’ailleurs va­lu d’être in­tro­ni­sés à l’Ordre des sages de la fran­co­pho­nie al­ber­taine en 2007. Par­ti­san du gros bon sens, on se sou­vien­dra de sa devise : « On la­boure avec les boeufs qu’on a ». On s’en­nuie­ra aus­si de son hu­mour et de son don pour trou­ver ra­pi­de­ment des so­lu­tions pour tous les pro­blèmes. « Après l’as­sem­blée gé­né­rale an­nuelle, il était tou­jours là pour ra­con­ter des farces. Il avait cette sa­gesse des fer­miers qui ont tout vu », se re­mé­more Lyne Le­mieux. Re­trai­té, mais tou­jours prêt à don­ner de son temps, c’est un can­cer qui l’a for­cé au re­pos. La fa­mille in­vite d’ailleurs ceux qui le dé­si­rent à faire un don en sa mé­moire à la so­cié­té Haying in the 30 s Can­cer Sup­port So­cie­ty ou à l’As­so­cia­tion des soins pal­lia­tifs de Saint-Paul.

Pho­to : courtoisie

Un grand bâ­tis­seur de la com­mu­nau­té fran­co­phone de Saint- Paul, an­cien agent de dé­ve­lop­pe­ment et pré­sident de l’ACFA ré­gio­nale s’est éteint le 15 mai der­nier. Sur la pho­to, La­val Pel­chat en com­pa­gnie de son épouse Gi­na.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.