Sur le web pen­dant le PJA!

Le Franco - - ÉCHOS PARLEMENTAIRES - par An­drea Gauthier, men­tor des jour­na­listes 2014

À l’oc­ca­sion du 23e Par­le­ment jeu­nesse de l’Al­ber­ta (PJA), notre jour­nal an­nuel Échos par­le­men­taires a pris la forme d’un blogue. De cette ma­nière, tous les ar­ticles, les pho­tos, les vi­déos, et même les pod­casts étaient dis­po­nibles sur notre blogue au cou­rant de la fin de se­maine. Se­lon moi, étant main­te­nant à l’ère d’un monde où les jeunes de mon âge uti­lisent da­van­tage les sites de blogues et les mé­dias so­ciaux pour avoir leurs nou­velles. Alors, ce­ci de­vient plus ac­ces­sible pour nous, les jeunes, de re­trou­ver toute l’in­for­ma­tion au su­jet du PJA. De plus, les non par­ti­ci­pants avaient éga­le­ment la chance de re­ce­voir plus de dé­tails sur les évè­ne­ments qui ont eu lieu au PJA, sans avoir be­soin de de­man­der un jour­nal pa­pier. D’ailleurs, les rai­sons qui rendent cette idée mer­veilleuse sont abon­dantes. En plus de di­mi­nuer l’usage de pa­pier, nous éco­no­mi­sons énor­mé­ment de temps. Par exemple, lors de mon ex­pé­rience au Par­le­ment jeu­nesse pan­ca­na­dien à Ot­ta­wa en 2014, les jour­na­listes de­vaient im­pri­mer leur jour­nal afin qu’il soit dis­po­nible à chaque ma­tin. Par la fin de la jour­née, au moins la moi­tié se re­trou­vait dé­jà aux pou­belles ou bien lais­sé de cô­té. De plus, lors de mon ex­pé­rience en tant que jour­na­liste aux Jeux fran­co­phone d’Al­ber­ta en 2013, nous avons mis beau­coup de temps et d’ef­fort à im­pri­mer, plier et agra­fer chaque co­pie de l’Écho spor­tif pour fi­na­le­ment consta­ter que seule­ment 35 % des co­pies étaient tou­jours in­tactes à la fin de la jour­née. Aus­si, être en me­sure de re­lâ­cher l’in­for­ma­tion au fur et à me­sure que ça se pro­duit au cou­rant de la fin de se­maine, en plus de gar­der les par­ti­ci­pants in­for­més et à l’af­fut de tous chan­ge­ments im­por­tants. En plus, le for­mat blogue per­met aux par­tis ex­té­rieurs, donc les amis, les pa­rents, et les an­ciens par­ti­ci­pants, de de­meu­rer au cou­rant de l’évè­ne­ment n’im­porte où ils se trouvent. Pos­sé­der un tel pou­voir d’in­for­ma­tif par le biais des

Échos par­le­men­taires, offre la pos­si­bi­li­té au PJA de­ve­nir un évè­ne­ment plus ac­ces­sible au pu­blic et non un évè­ne­ment seule­ment ré­ser­vé aux par­ti­ci­pants qui se re­trouvent sur les lieux. En ce qui concerne les jour­na­listes, nom­breux sont ceux qui pos­sèdent des blogues per­son­nels, moi y com­pris. Ain­si, pos­sé­dant une ex­pé­rience dans le monde du « blog­ging » nous pro­cure un avan­tage mas­sif afin de pro­duire un tel jour­nal. Per­son­nel­le­ment, j’adore l’idée de re­cher­cher les nou­velles sur le monde des mé­dias so­ciaux, dont Fa­ce­book, Ins­ta­gram, Tum­blr. Donc, je pense que trans­for­mer le jour­nal en un for­mat blogue in­ci­te­ra da­van­tage les jeunes comme moi à lire les ar­ticles des

Échos par­le­men­taires sans hé­si­ta­tion. Après tout, la rai­son pri­mor­diale d’un tel chan­ge­ment est cer­tai­ne­ment une ques­tion d’en­vi­ron­ne­ment. C’est grâce à de pe­tits gestes comme ceux-ci que nous pou­vons faire une dif­fé­rence!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.