Confé­rences ins­pi­rantes!

Le Franco - - ÉCHOS PARLEMENTAIRES - par Da­ry Aya­la

Le sa­me­di soir, les par­ti­ci­pants du PJA 2014 ont as­sis­té à un ban­quet et à une danse qui ont eu lieu au Free­ma­son Hall d’Ed­mon­ton. Lors de la confé­rence du ban­quet du 3 mai, les jeunes pré­sents ont eu l’op­por­tu­ni­té d’écou­ter Col­ten Ya­ma­ga­shi, an­cien pré­sident du Student’s Union de l’Uni­ver­si­té de l’Al­ber­ta, et M. Frank McMa­hon, pre­mier doyen du Cam­pus Saint-Jean. Lors de cette confé­rence, ils ont par­lé de leurs ex­pé­riences et leurs connaissances de la jeu­nesse en Al­ber­ta. D’ailleurs, la confé­rence de M. McMa­hon a été très ins­pi­rante puis­qu’il a ex­pri­mé ses émo­tions sur ce qu’il trouve im­por­tant lorsque les jeunes gran­dissent. Il a même dé­cla­ré qu’en tant qu’an­cien prêtre de l’Église ca­tho­lique, « L’être hu­main est l’image de Dieu, » et comment l’Église ca­tho­lique avait joué un rôle im­por­tant pour le dé­ve­lop­pe­ment de la fran­co­pho­nie en Al­ber­ta. Il a en­suite in­vi­té les jeunes à être in­dé­pen­dants et de tou­jours se battre pour at­teindre leurs rêves, même si le che­min est par­fois dif­fi­cile. De plus, il leur a men­tion­né de tou­jours avoir confiance en eux-mêmes et de conser­ver leur culture fran­co­phone. Il a ter­mi­né en lais­sant un mes­sage très im­por­tant aux jeunes : « Vous n’avez qu’une seule chance de vivre, donc es­sayez d’ac­qué­rir au­tant de nou­velles ex­pé­riences que pos­sible pour vous en­ri­chir et en­ri­chir le monde. » Après avoir ter­mi­né la confé­rence, il y a eu une fête pour ré­com­pense tous les tra­vaux ar­dus ef­fec­tués par les jeunes au cours de la fin de se­maine. Lors de celle-ci, le chef de l’op­po­si­tion, Pa­trick Ca­ji­na, a me­né un ate­lier de danse. Étant le pré­sident du club de danse du Cam­pus Saint-Jean, il a ac­quis trois ans d’ex­pé­rience dans l’or­ga­ni­sa­tion d’évè­ne­ments. C’est ain­si qu’il s’est por­té vo­lon­taire pour prendre en charge la mu­sique de la danse et donc de­ve­nir le DJ de la soirée. M. Ca­ji­na était heu­reux d’ani­mer cette fête, car il aime s’amu­ser, dan­ser et sur­tout voir que les jeunes sont heu­reux. Ce der­nier a dé­cla­ré : « Je suis content d’avoir été élu DJ l’an­née pas­sée, car c’est un privilège et une fa­çon d’ap­prendre de nou­velles choses. » Il croit aus­si que la danse du sa­me­di soir est une op­por­tu­ni­té pour les jeunes de pou­voir par­ta­ger de mo­ments amu­sants, s’ex­pri­mer de­vant les autres et faire de nou­velles connaissances.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.