La fin de la SRC en ré­gion?

La ren­contre à Char­lot­te­town a coïn­ci­dé le 27 juin avec l’an­nonce choc de cou­pures ad­di­tion­nelles de 100 mil­lions $ et de 1500 postes sur cinq ans à Ra­dio-Canada. Les mi­nistres se sont en­ga­gés à exer­cer des pres­sions pour épar­gner les com­mu­nau­tés fran­coph

Le Franco - - CONFERENCE DES MINISTRES SUR LA FRANCOPHINE - Par Jean-Pierre Du­bé (Fran­co­presse) et Ja­cinthe La­fo­rest (La Voix aca­dienne)

La 19e Confé­rence mi­nis­té­rielle sur la Fran­co­pho­nie canadienne s’est ou­verte avec le dé­pôt d’une Étude d’im­pact pré­li­mi­naire concer­nant les ef­fets des cou­pures à Ra­dio-Canada sur les com­mu­nau­tés fran­co­phones et aca­diennes. Éla­bo­rée avant les nou­velles com­pres­sions, l’étude fait état des 2100 postes éli­mi­nés de­puis 2009. Elle a été pré­sen­tée par le mi­nistre qué­bé­cois des Af­faires in­ter­gou­ver­ne­men­tales ca­na­diennes, Jean-Marc Four­nier. « Trois ins­ti­tu­tions fé­dé­rales dif­fé­rentes, le Com­mis­sa­riat aux langues of­fi­cielles, le CRTC (Con­seil de la ra­dio­dif­fu­sion et des té­lé­com­mu­ni­ca­tions ca­na- di­ennes) et un co­mi­té du Sé­nat ont sou­le­vé des in­quié­tudes pour les ser­vices régionaux en fran­çais. Il ne s’agit pas pour nous d’émettre un blâme, mais de me­su­rer les ef­fets des cou­pures et de cher­cher des so­lu­tions pour l’en­semble des ré­gions ». L’étude qué­bé­coise rap­pelle que dans les an­nées 1990, 11 sta­tions ré­gio­nales hors Qué­bec ont été fer­mées en rai­son de com­pres­sions bud­gé­taires fé­dé­rales. Se­lon le mi­nis­tère, « entre 2005-2006 et 2012-2013, les dé­penses du gou­ver­ne­ment fé­dé­ral ont crû de 39 % alors que celles de CBC/Ra­dio-Canada ont aug­men­té de seule­ment 4 %. » Le mi­nistre Four­nier n’est pas ras­su­ré par la nou­velle stra­té­gie du dif­fu­seur pour se rap­pro­cher de l’au­di­toire. « Peu im­porte qu’on écoute Ra­dio-Canada sur une ta­blette où à la té­lé, s’il n’y pas de jour­na­listes aux confé­rences de presse comme au­jourd’hui, ça ne marche pas. » Se­lon lui, « l’ef­fri­te­ment des ca­pa­ci­tés de Ra­dio-Canada » à re­flé­ter les com­mu­nau­tés fran­co­phones fait en sorte que « nous per­dons l’idée du Canada ». La Fé­dé­ra­tion des com­mu­nau­tés fran­co­phones et aca­dienne (FCFA) s’alarme de l’ave­nir des ser­vices de nou­velles lo­cales, que seul Ra­dio-Canada est en me­sure de four­nir, se­lon la pré­si­dente Ma­rie-France Ken­ny. « On peut bien ma­quiller la réa­li­té en di­sant que c’est une trans­for­ma­tion qui vise à rap­pro­cher CBC/Ra­dio-Canada de son au­di­toire en mi­sant sur les nou­velles tech­no­lo­gies. Mais au bout du compte, ce qu’on an­nonce vrai­ment, c’est le dé­man­tè­le­ment de pans en­tiers du dif­fu­seur pu­blic, dont la ré­duc­tion de la du­rée des bul­le­tins d’in­for­ma­tion lo­cale et l’éli­mi­na­tion de 25 % du per­son­nel. » Le pre­mier mi­nistre du Ma­ni­to­ba Greg Se­lin­ger, res­pon­sable aus­si des af­faires fran­co­phones, a in­di­qué qu’il es­père trou­ver une ou­ver­ture à Ot­ta­wa quant à « la ca­pa­ci­té de la SRC de jouer un rôle po­si­tif et es­sen­tiel » dans la vie des com­mu­nau­tés en mi­lieu mi­no­ri­taire. « Il est né­ces­saire de gar­der une bonne qua­li­té des ins­ti­tu­tions pu­bliques et d’avoir une di­ver­si­té d’opi­nions dans nos com­mu­nau­tés, avec les jour­naux et les ra­dios com­mu­nau­taires. On doit avoir une qua­li­té de ser­vices si on veut vivre en fran­çais avec des mé­dias en fran­çais et gar­der la pers­pec­tive de l’in­té­rêt du pu­blic. » Le pre­mier mi­nistre de l’Île-du-Prince-Édouard, Ro­bert Ghiz, éga­le­ment res­pon­sable des Af­faires aca­diennes et fran­co­phones, en­tend se battre pour pré­ser­ver le rôle es­sen­tiel de la SRC sur le plan des arts, de la culture et de l’in­for­ma­tion en mi­lieu mi­no­ri­taire. « L’in­ten­tion est de de­man­der plus de ser­vices et plus de fonds pour Ra­dio-Canada. On sait que c’est un temps très dif­fi­cile pour les gou­ver­ne­ments. Mais on doit re­gar­der les prio­ri­tés. Et pour moi, comme pre­mier mi­nistre, c’est d’avoir des ser­vices comme Ra­dio-Canada. Le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral a de l’ar­gent. Je vais conti­nuer à faire mon job qui est de lob­byer pour avoir plus d’ar­gent. » La mi­nistre du Patrimoine ca­na­dien, Shel­ly Glo­ver, conti­nue à dé­fendre le fi­nan­ce­ment an­nuel d’un mil­liard $ four­ni par le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral. Elle a ré­pé­té ses dé­cla­ra­tions aux Com­munes à l’ef­fet que les cou­pures ap­par­tiennent à Ra­dio-Canada et que le dif­fu­seur re­çoit as­sez de fonds pour rem­plir son man­dat. Ma­rie-France Ken­ny ne dé­mord pas. « Ra­dio-Canada a l’obli­ga­tion de prendre des me­sures po­si­tives pour ap­puyer nos com­mu­nau­tés. S’il n’a plus les moyens de le faire, qu’il le dise clai­re­ment et que le gou­ver­ne­ment et le CRTC agissent pour lui four­nir les res­sources né­ces­saires ». La FCFA a dé­po­sé au CRTC un mé­moire pour ré­cla­mer la créa­tion d’un fonds ci­blé afin de sou­te­nir la pro­gram­ma­tion et la pro­duc­tion dans les sta­tions ré­gio­nales en mi­lieu mi­no­ri­taire. La CMFC a per­mis d’ex­plo­rer un rôle ac­cru des mu­ni­ci­pa­li­tés dans la li­vrai­son de ser­vices en fran­çais et de prendre connais­sance de pra­tiques réus­sies en ma­tière de ser­vices en Nou­velle-Écosse. La pro­chaine confé­rence au­ra lieu en juin 2015 à To­ron­to.

Le pre­mier mi­nistre de l’ÎPÉ, Ro­bert Ghiz, en com­pa­gnie de la mi­nistre al­ber taine Hea­ther Klim­chuk et du mi­nistre qué­bé­cois Jean- Marc Four­nier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.