Les droits lin­guis­tiques se­lon Hen­ri Bou­ras­sa

Le Franco - - ÉDITORIAL - par Me Gé­rard Lévesque

« Nous main­tien­drons sans fai­blesse (dans l’ou­ver­ture aux autres) les droits de la po­pu­la­tion fran­çaise de ce pays […] ga­ran­tis par les trai­tés et les cons­ti­tu­tions. » C’est ce qu’Hen­ri Bou­ras­sa écrit le 1er avril 1895 dans le pre­mier nu­mé­ro du jour­nal Le Ral­lie­ment (Cla­rence Creek, On­ta­rio), pu­bli­ca­tion ap­par­te­nant à une so­cié­té com­po­sée de plu­sieurs ci­toyens des com­tés de La­belle, au Qué­bec, et de Rus­sell, en On­ta­rio. C’est à ce jour­nal ain­si qu’au­pa­ra­vant, au jour­nal L’In­ter­prète (Mon­te­bel­lo), un heb­do­ma­daire créé en 1886, éga­le­ment voué aux in­té­rêts de La­belle et des Fran­co-On­ta­riens, que le fu­tur fon­da­teur du quo­ti­dien Le De­voir ac­quiert les ru­di­ments d’un mé­tier qui le ren­dra cé­lèbre. De­ve­nu plus tard dé­pu­té à Ot­ta­wa, puis à Qué­bec, cet homme a mar­qué le dé­but du XXe siècle ca­na­dien de sa per­son­na­li­té contro­ver­sée et de ses ac­tions au­da­cieuses. Dans un vo­lume de 570 pages, l’his­to­rien Réal Bé­lan­ger nous ré­vèle les mul­tiples étapes de cette vie mou­ve­men­tée, de sa nais­sance en 1868 au dé­clen­che­ment de la Pre­mière Guerre mon­diale en 1914. Ré­frac­taire aux lignes par­ti­sanes obli­gées des par­tis po­li­tiques, Hen­ri Bou­ras­sa sym­bo­lise l’in­dé­pen­dance en po­li­tique. Il s’est confié une mis­sion : for­mer une opi­nion pu­blique saine pour contrer les ef­fets du bi­par­tisme ri­gide et de la cor­rup­tion qui en dé­coule. Dé­fen­seur vigoureux du na­tio­na­lisme ca­na­dien en lutte contre l’im­pé­ria­lisme bri­tan­nique, cet ora­teur ex­cep­tion­nel a fait cou­rir les foules au Qué­bec tout en sus­ci­tant les in­ter­ro­ga­tions et les in­quié­tudes au Ca­na­da an­glais. Le des­tin fas­ci­nant de cet homme libre se dé­ploie pen­dant la phase la plus dé­ci­sive et la plus dé­ter­mi­nante de sa vie pu­blique. Le dis­cours pro­non­cé par Bou­ras­sa le 28 juin 1912, au pre­mier congrès de la langue fran­çaise au Ca­na­da, est en­core très d’ac­tua­li­té : « Avons-nous, au Ca­na­da, le droit lé­gal, le droit consti­tu­tion­nel, d’exi­ger la conser­va­tion et la pro­pa­ga­tion de la langue fran­çaise dans toute l’éten­due de la Con­fé­dé­ra­tion ca­na­dienne? [...] Pour tout ce qui concerne les lois et l’ad­mi­nis­tra­tion fé­dé­rales, le prin­cipe de l’éga­li­té ab­so­lue des deux langues est re­con­nu en toutes lettres; et ce­la suf­fit. En ef­fet, si la loi re­con­nait le prin­cipe, le bon sens au­tant que la jus­tice disent que ce prin­cipe doit re­ce­voir la sanc­tion de tous les moyens propres à en as­su­rer l’ap­pli­ca­tion […] Si les deux langues sont of­fi­cielles […] ces langues ont le droit de co­exis­ter par­tout où le peuple ca­na­dien ma­ni­feste sa vie pu­blique : […] dans l’école, dans les Par­le­ments, de­vant les tri­bu­naux, et dans tous les ser­vices pu­blics. Si elles ont le droit d’exis­ter, cha­cune d’elles a le droit de de­man­der à l’État, quel qu’il soit, fé­dé­ral, pro­vin­cial ou mu­ni­ci­pal […] la re­con­nais­sance com­plète et ab­so­lue de la co­exis­tence et de l’éga­li­té des deux langues. » Réal Bé­lan­ger est doc­teur en his­toire po­li­tique ca­na­dienne et qué­bé­coise. Pro­fes­seur re­trai­té du dé­par­te­ment d’his­toire de l’Uni­ver­si­té La­val, il est co­di­rec­teur du Dic­tion­naire bio­gra­phique du Ca­na­da de­puis 1998. « Hen­ri Bou­ras­sa : le fas­ci­nant des­tin d’un homme libre » est dis­po­nible au prix de 49,95 $ aux Presses de l’Uni­ver­si­té La­val (www.PULa­val.com).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.