Por­trait d’Ai­mé Dé­ry...

... ac­cor­deur de pia­nos.

Le Franco - - LA UNE - Ar­thur Bayon No­mi­nez quel­qu’un ! Écri­vez-nous à re­dac­[email protected]­fran­co.ab.ca

« En 1970, j’étais com­mis-voya­geur. Je re­pré­sen­tais une grosse com­pa­gnie pour les ap­pa­reils mé­na­gers, les ra­dios, les té­lé­vi­sions… Mes en­fants étaient jeunes et je n’étais ja­mais à la mai­son. Une nuit, je me suis ré­veillé, et j’ai dé­ci­dé que c’était as­sez. »

C’est à ce mo­ment-là qu’Ai­mé Dé­ry ap­prend le métier d’ac­cor­deur-ré­pa­ra­teur de pia­nos. Il s’ins­crit à une école d’Or­lan­do, en Flo­ride, et se forme au­près de deux pro­fes­sion­nels « consi­dé­rés comme les meilleurs, dans le temps ». En 1971, il ob­tient son di­plôme. Pour Ai­mé, c’est le dé­but d’une nou­velle vie. Et de­puis, « [il] sème de l’har­mo­nie par­tout où [il] passe », se plaît-il à dire pour décrire son métier.

« Au dé­but, il a fal­lu que je fasse un peu d’an­nonce pour me pré­sen­ter mais au­jourd’hui, c’est sur­tout le bouche-à-oreille. » Ses clients ? « Des fa­milles, des par­ti­cu­liers, des salles com­mu­nau­taires, des églises, des salles de concert… » Et comme un pia­no doit se ré­ac­cor­der en­vi­ron tous les ans – la faute aux chan­ge­ments de tem­pé­ra­ture ou d’hu­mi­di­té, no­tam­ment –, cer­tains clients de­viennent des fi­dèles.

Pia­nos droits, à queue, mé­ca­niques…

Bien qu’il ait ac­cor­dé des orgues à tuyaux pen­dant 25 ans, Ai­mé se consacre dé­sor­mais aux pia­nos – droits, à queue… et même mé­ca­niques (ceux-là jouent de la mu­sique pré­enre- gis­trée sur des rou­leaux per­fo­rés) – et aux har­mo­niums. Mais en plus de l’ac­cor­dage, il faut par­fois ré­pa­rer les com­plexes mé­ca­nismes in­ternes et rem­pla­cer cer­taines pièces.

Pas un sou­ci pour Ai­mé. Très ha­bile de ses mains, il est ca­pable de re­ta­per un pia­no de A à Z… en­fin presque. « Je ne m’oc­cupe pas des fi­ni­tions », nuance-t-il. Dans son jar­din, il s’est construit un ate­lier avec des ma­chines pour tra­vailler le bois, plein d’ou­tils en tous genres et des di­zaines de gros bo­caux de pièces de re­change fixés au pla­fond. In­gé­nieux. Ceux avec un cou­vercle vert sont d’an­ciens pots de beurre d’ara­chide. « J’ai éle­vé cinq en­fants », se jus­ti­fie-t-il dans un sou­rire.

« Je sème de l’har­mo­nie par­tout où je passe »

Quand on lui de­mande de nous par­ler d’un pia­no mé­mo­rable, Ai­mé évoque un De­cker Bro­thers de 1868 qui lui est pas­sé entre les mains en 2004. « Il a fal­lu que je change les pièces qu’il y avait de­dans pour les rem­pla­cer par des pièces plus mo­dernes. C’était tout ob­so­lète ! » Après avoir fait le tour de la qua­si-to­ta­li­té des four­nis­seurs, il dé­gotte des pièces ja­po­naises qui, fi­na­le­ment, fe­ront l’af­faire. Cout des ré­pa­ra­tions : plus de 12 000 dol­lars. « En­core au­jourd’hui, je ne com­prends pas que ces gens-là aient dé­pen­sé tant d’ar­gent pour re­faire un pia­no de cet âge-là. C’était une af­faire émo­tion­nelle, je crois. »

« Je ne suis pas pia­niste »

Et la mu­sique dans tout ça ? « Moi je suis ac­cor­deur-tech­ni­cien, je ne suis pas pia­niste », ré­pond Ai­mé. Ah bon ? Même après toutes ces an­nées à chou­chou­ter des pia­nos ? « Je pioche là-des­sus tous les jours, c’est as­sez ! », ar­gu­mente-t-il. « Mais mon épouse joue très bien. » Le su­perbe pia­no dans le sa­lon, c’est donc pour elle. Il n’em­pêche qu’Ai­mé aime la mu­sique de­puis tout pe­tit. « Ma mère jouait du vio­lon jouait du vio­lon et chan­tait tout le temps », se rap­pelle-t-il. D’ailleurs, lui aussi adore chan­ter. Une passion qu’il par­tage avec sa femme.

Au­jourd’hui, Ai­mé n’a pas tel­le­ment en­vie de s’ar­rê­ter de tra­vailler. « Je conti­nue­rai aussi long­temps que ma san­té le per­mette. Ça peut être 6 mois, ça peut être 6 ans, ou plus. En ce mo­ment ça va très bien, alors je m’amuse ! »

Le Fran­co pu­blie une sé­rie de por­traits sur les his­toires, les ta­lents et les rêves de Fran­coAl­ber­tains que vous connais­sez peut-être.

Photos : Ar­thur Bayon

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.