Ré­tros­pec­tive du monde de la san­té

Le Franco - - NEWS -

fi­nan­ce­ment de la pro­vince est gé­né­reux. Par ailleurs, l’ACFA a dé­jà je­té son dé­vo­lu sur un bâ­ti­ment dans le quar­tier Mis­sion qui pour­ra ac­cueillir le point de ser­vices.

Un mois plus tard, la plus grosse sub­ven­tion, ac­cor­dée cette fois par San­té Ca­na­da, via le Ré­seau de san­té albertain, par­te­naire du projet, est en­fin confir­mée : 200 000 $ par an pour les trois pro­chaines an­nées. Le rêve de­vient réa­li­té, et l’ACFA an­nonce pu­bli­que­ment que la cli­nique bi­lingue de­vrait ou­vrir ses portes au prin­temps 2015.

Chan­ge­ment de main du CSST

Au dé­but de l’an­née 2014, alors que le Syn­di­cat des em­ployés de la fonc­tion pu­blique de l’Al­ber­ta (AUPE) s’ap­prê­tait à prendre place à la table des né­go­cia­tions avec le Centre de san­té Saint-Tho­mas (CSST) pour dis­cu­ter d’une nouvelle conven­tion col­lec­tive, l’ave­nir des 150 em­ployés du centre de­ve­nait de plus en plus in­cer­tain. Ayant pris connais­sance d’un ap­pel d’offres pour les ser­vices d’ali­men­ta­tion, de mé­nage et de les­sive lan­cé par la di­rec­tion du CSST et ve­nant à échéance à la mi-mars, les em­ployés ont ma­ni­fes­té dans la rue le 2 avril contre l’in­ten­tion de la di­rec­tion gé­né­rale de les rem­pla­cer par une com­pa­gnie sous-trai­tante. Ils avaient ap­pris que les soins in­fir­miers fe­raient éga­le­ment l’ob­jet de cette ré­or­ga­ni­sa­tion. En ef­fet, en juin, les em­ployés du CSST ont été congé­diés pour faire place en juillet aux em­ployés d’Ara­mark (ali­men­ta­tion et mé­nage) et Saint Eli­za­beth (soins in­fir­miers).

Ces dé­marches ont vu le jour dans un contexte de pré­ca­ri­té fi­nan­cière alar­mante qui per­du­rait au centre de­puis plu­sieurs an­nées, no­tam­ment sous la forme d’une dette fa­ra­mi­neuse contrac­tée au­près d’Al­ber­ta Health Ser­vices. En oc­tobre, la com­mu­nau­té fran­co­phone ap­prend que ce­la fait plus de 18 mois que le CA du CSST est en pour­par­lers avec l’or­ga­nisme à but non lu­cra­tif Co­ve­nant Care pour un re­dres­se­ment fi­nan­cier du centre. C’est d’ailleurs ce­lui-ci qui a fait le choix des contrac­tuels. Cette fois-ci, c’est la vente du CSST à Co­ve­nant Care (l’or­ga­ni­sa­tion soeur du groupe ca­tho­lique Co­ve­nant Health) qui se fait connaître du pu­blic. La ré­ac­tion de la com­mu­nau­té est mi­ti­gée, mais les ré­si­dents semblent ap­pré­cier le chan­ge­ment. Le pré­sident du dé­funt CA, Paul De­nis, se veut ras­su­rant quant aux obli­ga­tions lin­guis­tiques des nou­veaux pro­prié­taires qui se tra­duit par une clause du contrat des com­pa­gnies sous-trai­tantes, ain­si que par le for­ma­tion d’un co­mi­té con­sul­ta­tif ga­ran­tis­sant une re­pré­sen­ta­tion fran­co­phone. Es­pé­rons que si le CSST re­fait les man­chettes en 2015, ce se­ra pour confir­mer tout ce­la.

L’Ébo­la touche in­di­rec­te­ment les Al­ber­tains

L’épi­dé­mie à vi­rus Ébo­la qui a fait plus de 5000 morts en 2014 n’a pas épar­gné les proches des Gui­néens, Sierra-Léo­nais et Li­bé­riens im­mi­grés en Al­ber­ta. Ces com­mu­nau­tés ont or­ga­ni­sé une marche de sou­tien le 7 août. Fin oc­tobre, Le Fran­co in­ter­vie­wait trois Gui­néens qui se sont confiés sur leurs proches res­tés en Afrique, la dés­in­for­ma­tion et le chaos qui ne font qu’em­pi­rer la si­tua­tion là-bas et l’im­puis­sance de ceux qui de­meurent en Al­ber­ta.

Pho­to Ar­thur Bayon

Che­rif Dial­lo, le pré­sident de la Com­mu­nau­té gui­néenne d’Ed­mon­ton, avec Vic Ca­ma­ra, le res­pon­sable de la com­mu­ni­ca­tion au sein de l’EGC.

Pho­to Em­ma Hau­te­coeur

Paul De­nis, an­cien pré­sident du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion du CSST.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.