Les ar­tistes de l’Ouest à l’as­saut du Ca­na­da et de l’Eu­rope

Le plus grand mar­ché fran­co­phone des arts à l’ex­té­rieur du Qué­bec de­vient, au fil des ans, plus at­trayant que ja­mais.

Le Franco - - NEWS -

Anique Gran­ger de la Sas­kat­che­wan et Ma­ri­jo­sée du Ma­ni­to­ba sont deux ar­tistes de l’Ouest qui se sont pro­duites de­vant des cen­taines de pro­duc­teurs et dif­fu­seurs de spec­tacles ca­na­diens et eu­ro­péens lors de la 34e édi­tion de Contact on­ta­rois qui s’est te­nu à Ottawa du 14 au 17 jan­vier.

« L’un des ob­jec­tifs est qu’il faut s’as­su­rer que les dif­fu­seurs pré­sents soient ex­po­sés aux plus grand nombre d’ar­tistes. Et il y en a beau­coup qui ont du ta­lent », ex­plique Vé­ro­nique For­tier, la di­rec­trice gé­né­rale de Ré­seau On­ta­rio, qui or­ga­nise l’évé­ne­ment. « Pour les ar­tistes, c’est le mo­ment idéal pour avoir une chance de faire une tour­née ».

Voi­là pour­quoi les can­di­da­tures se font de plus en plus nom­breuses. Pour cette édi­tion, 182 can­di­dats se sont bat­tus pour faire par­tie des 36 ar­tistes re­te­nus pour une pres­ta­tion de­vant des cen­taines de pro­duc­teurs.

Et pour la pre­mière fois, une dé­lé­ga­tion de pro­duc­teurs et dif­fu­seurs fran­çais est ve­nue pour faire leurs em­plettes. Le dif­fu­seur de spec­tacles Paul Billau­do est ve­nu de la Bre­tagne pour sa pre­mière par­ti­ci­pa­tion à Contact on­ta­rois. Il a dé­jà ses coups de coeur. « L’en­jeu est de ren­con­trer des ar­tistes et aus­si de consti­tuer un ré­seau de pro­fes­sion­nels pour des pro­jets de grandes en­ver­gures. D’ici juin 2015, on pla­ni­fie de faire ve­nir plus de 150 ar­tistes à l’oc­ca­sion d’un grand évé­ne­ment à Nantes dont le thème tourne au­tour de la fran­co­pho­nie ca­na­dienne ».

Une oc­ca­sion unique pour cer­tains de jouer en Eu­rope. L’ar­tiste fran­co-on­ta­rien Le Pay­sa­giste et le groupe Hey,Wow ont dé­jà les fa­veurs du dif­fu­seur bre­ton.

Anique Gran­ger a dé­jà pré­sen­té quelques spec­tacles en On­ta­rio. Mais, être in­vi­tée à la vi­trine de Contact on­ta­rois lui donne ce coup de pouce qui lui man­quait. « Je reste tou­jours une fille de l’Ouest ca­na­dien et ça se res­sent dans mes chan­sons. Il y a un fil conduc­teur, une voix, des phrases. Mon pro­chain al­bum va me dé­voi­ler en­core plus. C’est la pre­mière fois que je vais pré­sen­ter mon nou­veau spec­tacle ».

Tout au long de l’évé­ne­ment, les ar­tistes connus ont l’oc­ca­sion de pré­sen­ter un nou­veau spec­tacle et ceux qui ne le sont pas en­core as­sez ont cette chance de cher­cher à convaincre. Les pro­duc­teurs sont là pour connaître de nou­veaux vi­sages, de nou­veaux styles, pour com­plé­ter leur pro­chaine pro­gram­ma­tion.

Le face à face entre ar­tistes et pro­duc­teurs se passe à plus d’une oc­ca­sion. D’abord, des ar­tistes font d’abord une pré­sen­ta­tion éclair de 10 mi­nutes aux pro­duc­teurs pour vendre leur pro­duit. Par la suite, une vi­trine leur est of­ferte pour une pres­ta­tion de 20 mi­nutes.

De plus, des vi­trines jeu­nesse sont aus­si or­ga­ni­sées dans une école pour la pro­gram­ma­tion sco­laire. Ces vi­trines jeu­nesse par­viennent à ex­po­ser plus d’un mil­lier de jeunes à des spec­tacles mul­ti­dis­ci­pli­naires qui de­vient une banque de spec­tacles com­po­sée de chan­teurs, d’ hu­mo­ristes, de pièces de théâtre pour le ré­seau de conseils sco­laires fran­co­phones.

Contact on­ta­rois consti­tue l’évé­ne­ment le plus im­por­tant pour Ré­seau On­ta­rio avec sa ving­taine de dif­fu­seurs de spec­tacles à tra­vers la pro­vince. En 2014, plus de 700 pré­sen­ta­tions dé­cou­lant de Contact on­ta­rois ont été pro­gram­mées. Cette an­née, on avoi­si­ne­ra le mil­lier en ajou­tant le vo­let in­ter­na­tio­nal. Paul Men­gou­mou

(Fran­co­presse)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.