Com­ment re­don­ner •e• lettre• de noble••eNNN

NNN à la •ai•on hi­ver­nale?

Le Franco - - LA UNE -

« Nous avons de grands fes­ti­vals d’hi­ver, le ski al­pin et le ski de fond, le pa­ti­nage, la luge et de nom­breuses autres ac­ti­vi­tés. En tant que plus grande ville sep­ten­trio­nale du conti­nent, Ed­mon­ton de­vrait en toute lo­gique de­ve­nir une ville hi­ver­nale de re­nom. » Voi­là ce que dé­cla­rait Ste­phen Mandel, ex-maire d’Ed­mon­ton, en pré­am­bule du do­cu­ment in­ti­tu­lé « For the love of win­ter – Stra­te­gy for trans­for­ming Ed­mon­ton in­to a world­lea­ding win­ter ci­ty » dif­fu­sé en 2012.

D’autres villes donnent l’exemple, comme Co­pen­hague (Da­ne­mark) et ses pa­tios ex­té­rieurs ou­verts toute l’an­née grâce à la pré­sence de cou­ver­tures et de ra­dia­teurs, ou en­core Ke­mi (Fin­lande), où les pistes cy­clables sont dé­blayées dès 6h du ma­tin après une chute de neige. Ed­mon­ton est-elle sur la bonne voie ?

« On voit que de­puis trois ans, il s’est fait un ex­cellent tra­vail de pla­ni­fi­ca­tion, as­sure Pierre La­brie (pho­to), di­rec­teur de l’of­fice de tou­risme de Qué­bec pen­dant presque 20 ans et in­vi­té du Win­ter Ci­ties Shake-Up 2015. Ici à Ed­mon­ton, c’est un plan de match qui couvre tous les as­pects de la vie en hi­ver : on parle de de­si­gn ur­bain, de trans­ports, d’ani­ma­tions, de si­gna­li­sa­tion, de lu­mières, d’évè­ne­men­tiel. […] Ed­mon­ton est pro­ba­ble­ment la pre­mière ville ca­na­dienne à avoir fait une dé­marche aus­si ri­gou­reuse et aus­si in­clu­sive. »

Pour au­tant, les ré­sul­tats vi­sibles ne sont pas pour tout de suite. « Ce qu’Ed­mon­ton est en train de faire, c’est de prendre tous les élé­ments du puzzle et d’en faire un concept glo­bal […] On n’en ver­ra pas les bé­né­fices du jour au len­de­main mais c’est la somme de tous ces ef­forts-là, sur 5 ou 10 ans, qui va trans­for­mer la ville. »

« L’Al­ber­ta, c’est les grand parcs na­tio­naux, c’est Jas­per, c’est Banff, c’est Lake Louise, les Olym­piques d’hi­ver de 88, deux équipes de ho­ckey… C’est l’une des pro­vinces – avec le Qué­bec et l’On­ta­rio – qui a une iden­ti­té hi­ver­nale di­ver­si­fiée, af­firme M. La­brie. Il reste à mat­cher ce cli­mat hi­ver­nal avec l’am­biance ur­baine. »

En at­ten­dant, le Qué­bé­cois s’en­thou­siasme des ren­contres qu’il a faites au Win­ter Ci­ties Shake-Up. « J’ai as­sis­té à plu­sieurs pré­sen­ta­tions très dy­na­miques, mo­ti­vantes, très en­cou­ra­geantes […] Il y a un in­té­rêt pour les gens d’ici à conti­nuer à ré­seau­ter en­semble. Ça va peu­têtre dé­bou­cher sur une as­so­cia­tion ou un ré­seau de villes d’hi­ver. Ça a dé­jà exis­té mais ça a été aban­don­né… Je pense qu’il faut le faire re­naître », confie ce­lui qui est ve­nu pré­sen­ter deux grands suc­cès de l’hi­ver qué­bé­cois : l’Hô­tel de Glace et le Car­na­val de Qué­bec. Des confé­ren­ciers de nom­breux pays étaient de la par­tie : États-Unis, Royaume-Uni, Da­ne­mark, Fin­lande, Nor­vège, Is­lande, Ja­pon, Chine…

Pierre La­brie es­time que beau­coup de Ca­na­diens doivent en­core ap­pri­voi­ser l’hi­ver. « Même si on est un pays nor­dique, on peut pas dire que les Ca­na­diens ont une bonne re­la­tion avec l’hi­ver. » Néan­moins, de­puis quelques dé­cen­nies, tout ce­la est en train de chan­ger. « On est pas­sé du concept de su­bir l’hi­ver à ce­lui de bien ex­ploi­ter l’hi­ver, mais il y a en­core beau­coup de tra­vail à faire. […] On doit convaincre en pre­mier lieu le ci­toyen de pen­ser à consom­mer en hi­ver avant d’al­ler dans le sud ! »

L’évè­ne­men­tiel joue un rôle cru­cial. « Il faut ren­for­cer des évè­ne­ments comme Ice on Whyte (festival de sculp­ture sur glace, entre autres) et conso­li­der ce que vous avez dé­jà », es­time M. La­brie. Et l’Aven­ture du ca­noë vo­lant ? « J’en ai en­ten­du par­ler mais je ne l’ai pas vue. Je pense que c’est le type d’évè­ne­ment qu’il faut faire connaître. J’étais im­pres­sion­né de voir l’équipe et tout ce qui gra­vi­tait au­tour de La Ci­té fran­co­phone. […] Ça s’adresse à la fa­mille, aux jeunes… Ça sti­mule le rêve, la créa­ti­vi­té et l’émer­veille­ment ! »

Ar­thur Bayon

Pho­to : Em­ma Hau­te­coeur

La Ci­té fran­co­phone a pré­sen­té le 28 jan­vier une ver­sion rac­cour­cie du Ca­noë vo­lant aux dé­lé­gués de la confé­rence in­ter­na­tio­nale Win­ter Ci­ties Shake- up. Les im­promp­tus Is­lan­dais, Amé­ri­cains et Al­ber­tains qui se sont aven­tu­rés dans la tente de Ro­ger...

Pho­to : A. B.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.