Le droit à la lé­gis­la­tion en fran­çais pou­vait-il être abro­gé par l’Al­ber­ta ?

Le Franco - - ÉDITORIAL -

« Le ré­ta­blis­se­ment du bi­lin­guisme of­fi­ciel en Al­ber­ta contri­bue­rait à fa­vo­ri­ser l’at­teinte d’un ob­jec­tif consti­tu­tion­nel re­con­nu par la ju­ris­pru­dence, soit le développement et la vi­ta­li­té des com­mu­nau­tés fran­co­phones. »

C’est ce que Maître An­toine Le­duc, pré­sident de la Di­vi­sion du Qué­bec de l’As­so­cia­tion du Bar­reau ca­na­dien (ABC), af­firme dans une prise de po­si­tion ren­due pu­blique en an­ti­ci­pa­tion de l’au­dience que la Cour su­prême du Ca­na­da tien­dra ven­dre­di 13 fé­vrier pro­chain (lire en page 3). Le plus haut tri­bu­nal du pays doit en ef­fet dé­ci­der si l’As­sem­blée lé­gis­la­tive de l’Al­ber­ta avait le droit en 1988 d’abro­ger une obli­ga­tion consti­tu­tion­nelle d’édic­ter, d’im­pri­mer et de pu­blier ses lois et ses rè­gle­ments en fran­çais.

Les avo­cats de Gilles Ca­ron et de Pierre Boutet vont plai­der que, puis­qu’il s’agit d’un droit consti­tu­tion­nel, une pro­vince ne pou­vait pas abro­ger uni­la­té­ra­le­ment un tel droit. L’Al­ber­ta et le pro­cu­reur gé­né­ral de la Sas­kat­che­wan vont ar­gu­men­ter qu’il ne s’agis­sait pas d’un droit consti­tu­tion­nel et que la pro­vince pou­vait agir comme elle l’a fait.

Le pro­cu­reur gé­né­ral du Ca­na­da ne se pro­nonce pas sur

par Me Gé­rard Lé­vesque

l’exis­tence ou non d’un droit consti­tu­tion­nel à l’ac­cès aux lois al­ber­taines en fran­çais. Il in­vite plu­tôt la Cour à rendre une dé­ci­sion qui se­rait en confor­mi­té avec les prin­cipes énon­cés dans son mé­moire.

Dans les dos­siers où, comme ce­lui-ci, il y a une ques­tion consti­tu­tion­nelle, tous les pro­cu­reurs gé­né­raux en re­çoivent une co­pie. Le pa­ra­graphe 61 (4) des Règles de la Cour su­prême du Ca­na­da pré­voit que, dans les quatre se­maines sui­vant la si­gni­fi­ca­tion de l’avis de ques­tion consti­tu­tion­nelle, le pro­cu­reur gé­né­ral qui a l’in­ten­tion de par­ti­ci­per au dos­sier, avec ou sans plai­doi­rie orale, dé­pose au­près du re­gis­traire un avis d’in­ter­ven­tion sans avoir à ob­te­nir au préa­lable l’au­to­ri­sa­tion d’in­ter­ve­nir. La pro­cu­reure gé­né­rale du Qué­bec, la pro­cu­reure gé­né­rale de l’On­ta­rio et le pro­cu­reur gé­né­ral du Nou­veau-Bruns­wick n’ont pas dé­po­sé d’avis pour in­ter­ve­nir dans ce dos­sier.

Plu­sieurs groupes ont pré­sen­té une re­quête pour être au­to­ri­sés à in­ter­ve­nir. Dans une pro­chaine chro­nique, je vais trai­ter de ces re­quêtes et, pour les groupes qui ont été au­to­ri­sés à in­ter­ve­nir, de cha­cun de leur mé­moire.

le­vesque.ge­[email protected]­pa­ti­co.ca

Po­si­tion de l’ABC-Qué­bec

http://do­cu­men­ta­tionca­pi­tale. ca/ in­dex. cfm? Re­per toi­re_ No=-751102913& voir=cen­tre_ de­tail&Id=5958

Mé­moire de Gilles Ca­ron

http:// www. scc- csc. gc. ca/ fac­tums-memoires/ 35842/ FM010_ Ap­pe­lant_ Gilles- Ca­ron.pdf

Mé­moire de l’Al­ber­ta en ré­ponse à Ca­ron

http:// www. scc- csc. gc. ca/ fac­tums-memoires/ 35842/ FM035_ Res­pon­dent_ Her-Ma­jes­ty-the-Queen_Ca­ron.pdf

Mé­moire de Pierre Boutet

http:// www. scc- csc. gc. ca/ fac­tums-memoires/ 35842/ FM020_ Ap­pe­lant_ Pierre-Boutet.pdf

Mé­moire de l’Al­ber­ta en ré­ponse à Boutet

http:// www. scc- csc. gc. ca/ fac­tums-memoires/ 35842/ FM030_ Res­pon­dent_ Her-Ma­jes­ty-the-Queen_ Boutet.pdf

Mé­moire du pro­cu­reur gé­né­ral du Ca­na­da

http:// www. scc- csc. gc. ca/ fac­tums-memoires/ 35842/ FM095_ In­ter­ve­nant_ Pro­cu­reur-gé­né­ral-du-Ca­na­da.pdf

Mé­moire du pro­cu­reur gé­né­ral de la Sas­kat­che­wan

http:// www. scc- csc. gc. ca/ fac­tums- memoires/ 35842/ FM060_ In­ter­ve­ner_ At­tor­neyGe­ne­ral-for-Sas­kat­che­wan.pdf

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.