La sé­na­trice Clau­dette Tar­dif se sou­vient d’Er­nest Cô­té

Le vé­té­ran fran­co-al­ber­tain de 101 ans, Er­nest Cô­té, s’est éteint le 25 fé­vrier à Ot­ta­wa, lais­sant der­rière lui de nom­breuses mé­dailles, in­signes et la mé­moire d’un homme cou­ra­geux et gé­né­reux.

Le Franco - - DECES -

« Je l’ai connu lorsque j’étais doyenne, ra­conte la sé­na­trice Clau­dette Tar­dif. M. Cô­té était ve­nu me voir parce qu’il vou­lait ho­no­rer la contri­bu­tion de son père à la fran­co­pho­nie en ap­puyant le Cam­pus Saint-Jean (CSJ). » Jean-Léon Cô­té, père d’Er­nest Cô­té, a en ef­fet don­né son nom au vil­lage de Jean Cô­té, dans la ré­gion Ri­viè­re­la-Paix. Il fut ar­pen­teur, in­gé­nieur minier, dé­pu­té et en­suite sé­na­teur en Al­ber­ta, au dé­but du siècle.

En 1993, M. Cô­té fils a fait un don im­por­tant au cam­pus, re­dis­tri­bué en bourses de 1500$ à 3500$ pour les élèves des écoles fran­co­phones qui dé­cident de pour­suivre leurs études au CSJ : la bourse Jean-Léon Cô­té. « À l’époque, la phi­lan­thro­pie était as­sez in­ha­bi­tuelle ici, té­moigne Mme Tar­dif. Ce­la avait beau­coup im­pres­sion­né les di­ri­geants de l’Uni­ver­si­té de l’Al­ber­ta, se rap­pelle-t-elle. L’ar­gent, ça parle. »

Après des études de droit à l’Uni­ver­si­té de l’Al­ber­ta (et une édu­ca­tion clas­sique en fran­çais au Col­lège des Jé­suites d’Ed­mon­ton), il se joint au Royal 22e ré­gi­ment en tant que lieu- te­nant en 1939. Puis, quelques éche­lons plus tard, il dé­barque en Nor­man­die le 6 juin 1944 en tant que res­pon­sable de la lo­gis­tique pour la 3e di­vi­sion de l’in­fan­te­rie ca­na­dienne.

70 ans après, jour pour jour, Clau­dette Tar­dif était avec lui, au ci­me­tière mi­li­taire ca­na­dien de Bret­te­ville-sur-Laize à Cin­theaux, pour les cé­ré­mo­nies com­mé­mo­ra­tives du dé­bar­que­ment en Nor­man­die : « Il a pro­non­cé un dis­cours mé­mo­rable dans les deux langues officielles sans notes. Il était en­core ab­so­lu­ment co­hé­rent. C’était lui la ve­dette ! », re­late la sé­na­trice.

Ce sou­ve­nir, da­tant de l’an­née der­nière, lors­qu’Er­nest était cen­te­naire, est un de ceux qui res­te­ront dans l’es­prit de Mme Tar­dif. « Ce fut un choc [d’ap­prendre son dé­cès]. Il y a un mois, le nou­veau doyen du Cam­pus Saint-Jean, Pierre Yves Moc­quais, vou­lait le ren­con­trer et je l’ai ac­com­pa­gné. [Er­nest] était en­core alerte et lu­cide et avait un sens de l’hu­mour. Je n’au­rais ja­mais cru que trois se­maines plus tard on l’au­rait per­du. » Lors de cette rencontre, M. Cô­té cher­chait à sa­voir com­ment il pour­rait conti­nuer à sou­te­nir le Cam­pus Saint-Jean.

Après la deuxième guerre, Er­nest Cô­té se ma­ria à Ma­de­leine Fré­mont, de Qué­bec, avant d’em­bar­quer dans une car­rière po­li­tique axée sur les af­faires ex­té­rieures. Il par­ti­cipe aux pre­mières réunions de l’As­sem­blée gé­né­rale des Na­tions Unis et à l’éla­bo­ra­tion de la chartre de l’Or­ga­ni­sa­tion mon­diale de la san­té. Il oc­cupe en­suite plu­sieurs mi­nis­tères et est nom­mé par Pierre-El­liot Tru­deau comme am­bas­sa­deur ca­na­dien en Fin­lande, avant de prendre sa re­traite en 1975.

« Nous per­dons un homme digne, un homme qui a beau­coup de cou­rage et qui est réel­le­ment exem­plaire. Et je n’ou­blie­rai pas non plus son ap­pui pour la fran­co­pho­nie al­ber­taine. Il a eu un par­cours im­pres­sion­nant, mais dans tout ça, il n’a ja­mais ou­blié son pas­sage ici en Al­ber­ta et ses ra­cines al­ber­taines. », se re­mé­more Clau­dette Tar­dif.

La Fran­co-Al­ber­taine Ger­maine For­tier a quant à elle des sou­ve­nirs d’en­fance de « ce beau jeune homme », qui ve­nait pas­ser ses va­cances à la ferme du père de Ger­maine à Vi­my lors­qu’il était étu­diant à l’Uni­ver­si­té de l’Al­ber­ta : « On l’ai­mait beau­coup. Il chan­tait des chan­sons en fran­çais avec nous… Il chan­tait très bien. » Mme For­tier l’a ap­pe­lé quelques se­maines avant son dé­cès pour lui de­man­der s’il se sou­ve­nait de cette époque, si c’était bien lui. « C’est dom­mage, j’au­rais dû lui par­ler plus », dit-elle.

Em­ma Hau­te­coeur

Pho­to : cour­toi­sie bu­reau de la sé­na­trice Tar­dif

Clau­dette Tar­dif et Er­nest Cô­té lors des cé­ré­mo­nies com­mé­mo­ra­tives du 70e an­ni­ver­saire du dé­bar­que­ment de Nor­man­die au ci­me­tière mi­li­taire ca­na­dien de Bret­te­ville-sur- Laize à Cin­theaux (France).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.