Re­pas fes­tif et concert chez l’ha­bi­tant : un duo ef­fi­cace

Sa­me­di 16 mai, 57 per­sonnes étaient pré­sentes au der­nier concert de l’an­née es­tam­pillé « Che­min chez nous » dans la ré­gion Centralta. Par ailleurs, au­cun des six concerts de la sai­son n’a at­ti­ré moins de 25 spec­ta­teurs. L’ex­pli­ca­tion de ce suc­cès ? L’or­ga

Le Franco - - LEGAL - Ar­thur Bayon

« Les gens veulent se re­trou­ver en­semble. Avant, on ja­sait sur le par­vis de l’église… Main­te­nant, il y a les écoles, mais c’est pas tout le monde qui a des en­fants ! », re­lève Ge­ne­viève Le­houx, or­ga­ni­sa­trice bé­né­vole des concerts Che­min chez nous 2014-2015 dans la ré­gion Centralta (SaintAl­bert, Mo­rin­ville, Le­gal). Pour ai­der les fran­co­phones épar­pillés à se réunir, elle a dé­ci­dé d’adap­ter la re­cette Che­min chez nous à sa ré­gion, avec l’aide de Chan­tal Fré­chette.

Le concept de Che­min chez nous, c’est d’or­ga­ni­ser des tour­nées d’ar­tistes ca­na­diens fran­co­phones à tra­vers le Ca­na­da en pri­vi­lé­giant les concerts chez l’ha­bi­tant. L’As­so­cia­tion ca­na­dien­ne­fran­çaise de l’Al­ber­ta (ACFA) ré­gio­nale Centralta a ten­té l’ex­pé­rience deux an­nées de suite, mais sans ob­te­nir beau­coup de suc­cès : 15 spec­ta­teurs maxi­mum à chaque fois. « Re­grou­per les gens, c’était très dif­fi­cile », re­con­nait Chan­tal Fré­chette, membre du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de l’ACFA. Elle et Ge­ne­viève Le­houx (ad­jointe ad­mi­nis­tra­tive de l’ACFA) ont donc pris le re­lai à titre bé­né­vole pour la sai­son 2014-2015.

Pour at­ti­rer un maxi­mum de spec­ta­teurs, l’idée a été pro­po­sée que chaque concert aille de pair avec un re­pas, trans­for­mant le ren­dez-vous en vé­ri­table fête com­mu­nau­taire. « Qu’est-ce que tu veux, les fran­co­phones aiment bien man­ger ! », ri­gole Ge­ne­viève. Bien que Chan­tal as­sure que le bouche-à-oreille a bien fonc­tion­né, une pe­tite cam­pagne de com­mu­ni­ca­tion lo­cale a dû être mise en place par té­lé­phone, cour­riel et Fa­ce­book. « Il faut prendre les gens par la main », sou­rit Da­vid Fré­chette, le pré­sident de l’ACFA ré­gio­nale. Il a re­mer­cié pu­bli­que­ment sa fille Chan­tal et Ge­ne­viève pour leurs ef­forts qui ont per­mis de re­lan­cer les tour­nées Che­min chez nous dans la ré­gion.

Une fin de se­maine d’ac­ti­vi­tés pour clô­tu­rer la sai­son

De­puis le dé­but de l’an­née 20142015, six concerts chez l’ha­bi­tant Che­min chez nous ont eu lieu à Saint-Al­bert, Mo­rin­ville, Le­gal et en­vi­rons. « On n’a ja­mais eu en des­sous de 25 per­sonnes », se fé­li­cite Ge­ne­viève.

Le 23 mai, c’était le der­nier concert de la sai­son : pour mar­quer le coup, une fin de se­maine d’ac­ti­vi­tés a été or­ga­ni­sée sur un ter­rain de la fa­mille Fré­chette, non loin de Le­gal. Au pro­gramme, du ven­dre­di après-mi­di au di­manche mi­di : tour­noi de cartes, soi­rée py­ja­ma, billard, com­pé­ti­tion cu­li­naire, jeux de plein air, dis­cus­sions au coin du feu…

Le point d’orgue de la fin de se­maine res­tait le co­chon­net à la broche dé­gus­té sous une grande tente – où les dis­cus­sions pas­saient de la chasse au wa­pi­ti en rut à la pre­mière lune de sep­tembre aux sou­ve­nirs de la tor­nade qui avait frap­pé la Fête fran­co-al­ber­taine en 2003 – sui­vi du concert de Nathalie La­dou­ceur dans la grange avoi­si­nante. 38 adultes et 19 en­fants avaient ré­pon­do pré­sent.

La chan­teuse coun­try néo-écos­saise d’ori­gine qué­bé­coise était ac­com­pa­gnée du gui­ta­riste blues Ro­bert Walsh, ins­tal­lé à Ed­mon­ton. « Ni­cole Bré­mault [de Che­min de chez nous] a mis Nathalie en contact avec moi », ex­pli­quet-il. Après avoir écou­té quelques mor­ceaux trans­mis par in­ter­net, il a ren­con­tré la Néo-Écos­saise : « On a joué une couple d’heures et hop ! », l’af­faire était dans le sac. « Tout de suite, on a eu des af­fi­ni­tés », confirme la chan­teuse.

« Y’a per­sonne qu’a des mi­taines ? »

Au pre­mier étage de la grange, le soir du 16 mai, il fait un froid de ca­nard. « Y’a per­sonne qu’a des mi­taines ? », de­mande Nathalie La­dou­ceur. « Ou un cha­peau ? », plai­sante Ro­bert Walsh, avec ses che­veux cou­pés très courts. Quel­qu’un lui prête un stet­son de cir­cons­tance, mais sa par­te­naire de­vra se dé­brouiller pour jouer de la gui­tare mains nues… Ce­la dit, pas de quoi bri­der sa bonne hu­meur.

Il s’agit de la pre­mière vi­site en Al­ber­ta de Nathalie, et c’est aus­si sa pre­mière tour­née Che­min chez nous. « On ne sait ja­mais à quoi s’at­tendre ! », s’en­thou­siasme celle qui ra­conte avoir joué dans une mai­son mo­deste, un ma­noir et un centre cultu­rel avant d’in­ves­tir la grange des Fré­chette.

« Ce que j’aime, c’est ren­con­trer les gens, ap­prendre à les connaître », confie la Néo-Écos­saise. Et de prendre en exemple les Fran­co-Al­ber­tains : « Ici, les com­mu­nau­tés ont soif d’en­tendre de la mu­sique fran­co­phone… Ils sont vrai­ment fiers de qui ils sont ! ».

La tour­née Che­min chez nous de Nathalie La­dou­ceur se ter­mi­ne­ra le 24 mai à Duck Lake, en Sas­kat­che­wan. Main­te­nant qu’elle dis­pose d’une re­cette bien ro­dée, la ré­gion Centralta ac­cueille­ra cer­tai­ne­ment de nou­veaux ar­tistes après l’été.

Pho­tos : A. B.

Ro­bert Walsh et Nathalie La­dou­ceur pen­dant le concert.

Ge­ne­viève Le­houx, Da­vid Fré­chette et Chan­tal Fré­chette de­vant la grange où s’est dé­rou­lé le concert de Nathalie La­dou­ceur et Ro­bert Walsh.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.