Les in­ter­prètes en mi­lieu mé­di­cal

Ate­lier de For­ma­tion pour les in­ter­prètes bénévoles du ré­seau san­té CANAVUA

Le Franco - - PORTRAIT -

sur leur for­ma­tion, c’est im­por­tant : « On veut avoir plus d’ou­tils afin d’avoir quelque chose de plus pro­fes­sion­nel et pas d’aven­tu­riste », sou­ligne Mi­chèle Ka­tu­ku.

Le but du CANAVUA, est de pro­mou­voir le bé­né­vo­lat au sein de la com­mu­nau­té fran­co­phone. Le pro­gramme Na­vi­ga­teur en san­té per­met donc l’ac­com­pa­gne­ment et l’in­ter­pré­ta­tion dans les struc­tures mé­di­cales des po­pu­la­tions dites vul­né­rables (per­sonnes âgées, femmes en­ceintes, fa­milles à faible re­ve­nu…). En plus de ces ate­liers, il est pos­sible de suivre un cours de Me­di­cal Ter­mi­no­lo­gy ou Ter­mi­no­lo­gie médicale en fran­çais.

Le CANAVUA ap­porte donc sa pierre à l’édi­fice dans une fran­co­pho­nie où le champ lin­guis­tique du mé­di­cal reste ma­jo­ri­tai­re­ment en an­glais. Si l’ou­ver­ture ré­cente de la Cli­nique fran­co­phone de Cal­ga­ry a été chau­de­ment ac­cueillie par la com­mu­nau­té fran­co­phone, l’in­ter­prète ap­porte un rôle de re­lais utile et com­plé­men- taire dans le mi­lieu hos­pi­ta­lier. Cette for­ma­tion a donc don­né un temps de ré­flexion, afin de s’in­ter­ro­ger sur les droits, les li­mites et les res­pon­sa­bi­li­tés de l’in­ter­prète. « où as-tu mal ? ». co­phones comme Connexion

Le se­cond point im­por­tant car­rière, l’ACFA Cal­ga­ry, le est de connaître ses propres PIA, le Cal­ga­ry Ca­tho­lic Im­li­mites. En ef­fet, en tant qu’in­mi­grant ser­vice et le Ma­di­gan ter­prète, il n’est pas tou­jours Phar­ma­cy (seule phar­ma­cie évident d’an­non­cer une mau­fran­co­phone qui livre à do­mi­vaise nou­velle. Et ce­la peut cile les mé­di­ca­ments) que l’in­aus­si se re­trans­crire dans le son for­ma­tion est re­lé­guée. de sa voix. Il y a donc les li­mites Une sé­lec­tion se fait, sui­vie que l’on a et celles que l’on doit alors d’un en­tre­tien pro­fes­sionL’ana­ly­se­nel.de­la­pra­ti­que­de­met­tre­dans­les­rap­port­sa­vecle l’in­ter­prète passe d’abord par pa­tient éga­le­ment : « Il ne faut et ate­lier a du­ré près de une bonne connais­sance des pas de­ve­nir trop proche, ni se 2h15. La branche de Cal­ga­ry a droits du pa­tient. Par exemple, fa­mi­lia­ri­ser avec le pa­tient », com­men­cé en jan­vier der­nier le pa­tient doit connaître au ex­plique la co­or­di­na­trice de avec plus de 20 bénévoles. « On préa­lable son état de san­té; il CANAVUA, si­non on ne dea sen­ti qu’il y avait un réel be­se­rait au­tre­ment dif­fi­cile de vient plus un bon ai­dant. soin à Cal­ga­ry », ex­plique Mi­res­ter neutre du­rant la tra­ducEn­fin, si le mé­de­cin se doit de chèle Ka­tu­ku N. Au­jourd’hui, tion si le pa­tient était res­té dans res­pec­ter son ser­ment d’Hy­po­la Cli­nique fran­co­phone perl’igno­rance. « L’in­ter­prète n’est crate, l’in­ter­prète se doit de re­smet de di­ri­ger les pa­tients vers qu’une voix, une bouche il faut pec­ter une cer­taine clause de un centre mé­di­cal où on parle que le mes­sage soit re­trans­crit confi­den­tia­li­té. Les cri­tères de fran­çais. Ce­pen­dant, on a toule plus fi­dè­le­ment pos­sible, re­cru­te­ment sont donc simples, jours be­soin de bénévoles pour même dans l’in­to­na­tion de la mais in­con­tour­nables : être une les cli­niques spé­cia­li­sées. Le bé­voix », et par­fois al­lant même per­sonne in­tègre, par­ler fran­né­vo­lat fait par­tie de la culture jus­qu’à re­trans­crire les pro­çais-an­glais et par­fois même ca­na­dienne et c’est cet en­goue­pos gros­siers au mé­de­cin. Et l’es­pa­gnol, pos­sé­der un vé­hi­ment qui per­met de faire fonc­comme l’ex­plique Mme Ka­tu­cule as­su­ré et enfin rem­plir le tion­ner le ré­seau fran­co­phone ku, « il faut que le pa­tient soit for­mu­laire afin d’ef­fec­tuer en mi­lieu mé­di­cal. res­pon­sable de sa si­tua­tion ». la vé­ri­fi­ca­tion du ca­sier ju­diHé­lène Lequitte Car après viennent les ques­ciaire. C’est par l’in­ter­mé­diaire tions d’ordre pra­tique, comme de dif­fé­rents or­ga­nismes fran-

La per­ti­nence des ate­liers ; droits, li­mites et res­pon­sa­bi­li­tés

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.