DER­NIER CHA­PITRE SUR LES P­TIS­SE­RIES

Le Franco - - ART DE VIVRE -

BON TON BA­KE­RY

(8720, 149e rue)

Pas une pâ­tis­se­rie fran­çaise à pro­pre­ment par­ler, Bon Ton est tout de même dans le pay­sage d’Ed­mon­ton de­puis près de 60 ans, pro­po­sant du pain comme des pâ­tis­se­ries, dont plu­sieurs de tech­nique fran­çaise, dans l’ouest de la ville. « Nous avons ra­che­té le com­merce du pre­mier pro­prié­taire, un Hon­grois, il y a 17 ans », se sou­vient Mi­chelle Din­ner, co-pro­prié­taire avec son ma­ri, im­mi­grés d’Afrique du Sud. Dé­jà bien connu, Bon Ton a alors tou­jours conser­vé ce nom à la fran­çaise, même si l’équipe est es­sen­tiel­le­ment an­glo­phone.

Bien que les pro­prié­taires ne s’y connaissent pas en bou­lan­ge­rie ni en pâ­tis­se­rie, ils s’en­tourent de gens qua­li­fiés : « Nous avons 23 em­ployés. Un de nos bou­lan­gers vient de Hon­grie et a fait les grandes écoles en Al­le­magne. Et c’est un ex­pert dans ce qu’il fait. Il y en a d’autres ori­gi­naires de France, de Tu­ni­sie (for­més par Fau­chon en France)… », énu­mère Mme Din­ner.

Dis­tinc­tion

« Nous fai­sons tout de Aà Z, à la main, avec la tech­nique tra­di­tion­nelle : peu de gens le font en­core », as­sure la pro­prié­taire, vi­si­ble­ment fière. Se­lon elle, sa clien­tèle aime le bon pain et les bonnes pâ­tis­se­ries et connaissent Bon Ton de­puis long­temps. « Je ne connais pas d’autres en­droits à Ed­mon­ton et ses en­vi­rons où ils font au­tant de pain et des pâ­tis­se­ries. Ce­la nous rend uniques », ajoute-t-elle. Le ra­tio des ventes pain/pâ­tis­se­rie se­rait d’en­vi­ron 60 % / 40 %, d’après son es­ti­ma­tion.

Bon Ton ar­rive éga­le­ment à se dé­mar­quer en se pro­cu­rant la qua­si-to­ta­li­té de ses pro­duits lo­ca­le­ment. « Mais pour les pro­duits plus or­ga­niques, ce n’est pas tou­jours évident », re­con­naît la pro­prié­taire. « Nous fai­sons no­tam­ment af­faire avec une ferme de Van­cou­ver, mais nous n’im­por­tons pas d’Eu­rope, comme ce se­rait très cher vu les quan­ti­tés dont nous avons be­soin. »

Spé­cia­li­tés

« Nous sommes dé­jà re­con­nus pour notre pain de seigle. Notre pain au le­vain à longue fer­men­ta­tion com­mence à de­ve­nir po­pu­laire, no­tam­ment parce que c’est meilleur pour la san­té, très bon pour les per­sonnes dia­bé­tiques par exemple », se­lon la pro­prié­taire. Elle ex­plique que ce type de pain se­ra de plus en plus dé­ve­lop­pé chez Bon Ton. Cô­té pâ­tis­se­ries, ce sont les da­noises qui sont très po­pu­laires.

« Nous dé­ve­lop­pons de nou­veaux pro­duits tout le temps », rap­pelle Mi­chelle Din­ner, qui se sou­vient de l’offre ma­jo­ri­taire de pro­duits d’inspiration d’Eu­rope de l’Est lors­qu’elle a re­pris le flam­beau. « Main­te­nant, nous of­frons les ma­ca­rons, les éclairs, les crois­sants aux amandes… De plus en plus de gens voyagent, en France no­tam­ment, et veulent avoir ac­cès à ces pâ­tis­se­ries ici. […] S’il y a quelque chose que nous ne fai­sons pas et que nous sa­vons qu’un autre fait très bien, nous n’avons pas peur de lui ré­fé­rer des clients. »

Dé­ve­lop­pe­ment

Bon Ton était, jus­qu’à tout ré­cem­ment, en ré­no­va­tions. « Nous ré­no­vons pour avoir un coin pour le ca­fé et les sand­wichs pour em­por­ter », ex­plique la pro­prié­taire. Se­lon elle, « les gens veulent de la nour­ri­ture sur le pouce et bien des clients se sont mon­trés en­thou­siastes à cette idée comme il n’y a pas ce­la dans l’ouest de la ville. » Ce­pen­dant, mal­gré le nouvel ar­ran­ge­ment, il n’y au­ra pas d’es­pace pour s’as­seoir, par manque d’es­pace.

« Il y a tou­jours quelque chose de plus à faire pour s’amé­lio­rer », ré­sume Mme Din­ner, qui es­time qu’à chaque cinq ans, Bon Ton passe à une étape sui­vante de son dé­ve­lop­pe­ment. Une chose est sûre : ou­vrir une autre suc­cur­sale n’est pas dans les car­tons.

Bon Ton Ba­ke­ry est de nou­veau ou­verte de­puis le 17 août, pour le plai­sir de sa clien­tèle fi­dèle.

PHOTOS: OLI­VIER DÉ­NOM­MÉE

Mi­chelle Din­ner et son ma­ri, co-pro­prié­taires de Bon Ton

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.