STA­TU QUO DANS NOS RA­DIOS

Vous avez peut- être en­ten­du, il y a quelques se­maines, le plai­doyer de la Fé­dé­ra­tion cultu­relle ca­na­dienne-fran­çaise (FCCF) en fa­veur d’un main­tien, voire d’une aug­men­ta­tion, des quo­tas de mu­sique fran­co­phone dans les ra­dios du pays. Pour­tant, même si un

Le Franco - - ENTREPRENARIAT FRANCOPHONE - OLI­VIER DÉ­NOM­MÉE

Ces der­nières dif­fusent dé­jà beau­coup de conte­nus fran­co­phones sur leurs ondes, comme l’in­dique Pascal Au­ger, di­rec­teur de la pro­gram­ma­tion à CKRP Ra­dio Ri­vière-la-Paix. « C’est notre man­dat d’of­frir de la mu­sique fran­co­phone ! Les quo­tas de­man­dés sont peut-être de 65 %, mais bien des ra­dios [com­mu­nau­taires en si­tua­tion mi­no­ri­taire] frôlent plu­tôt les 100 %. Dans le cas de CKRP, toute notre pro­gram­ma­tion mu­si­cale est fran­co­phone, mais il ar­rive qu’on diffuse des émis­sions of­fertes par d’autres mé­dias c om­mu nau­taires qui in­clu­ront de la mu­sique an­glo­phone. C’est pour ce­la qu’on se si­tue au­tour de 95 % », dit-il.

Pascal Au­ger voit dif­fi­ci­le­ment en quoi une éven­tuelle mo­di­fi­ca­tion dans les quo­tas exi­gés par le CRTC au­rait des consé­quences sur la pro­gram­ma­tion de sa ra­dio.

Pour­tant, la FCCF s’in­quiète pour l’ave­nir de la mu­sique fran­co­phone hors Qué­bec. « La ten­dance qui se des­sine pousse vers une as­si­mi­la­tion, voire même une cer­taine amé­ri­ca­ni­sa­tion d’un Ca­na­da fran­çais si les pré­sents quo­tas ne sont pas main­te­nus », s’in­quié­tait l’or­ga­nisme dans un com­mu­ni­qué de presse.

Cette pro­blé­ma­tique ne s’ap­pli­que­rait, se­lon le di­rec­teur de CKRP Ra­dio Ri­vière-la-Paix, qu’aux ra­dios com­mer­ciales fran­co­phones et à cer­taines ra­dios com­mu­nau­taires, no­tam­ment au Nou­veau-Bruns­wick, puisque ces der­nières ont un mo­dèle qui res­semble à ce­lui de la ra­dio com­mer­ciale.

Comme l’Al­ber­ta n’a pas de sta­tion com­mer­ciale fran­co­phone, la ques­tion est vite ré­glée, se­lon Pascal Au­ger. « Nos au­di­teurs s’at­tendent à avoir de la mu­sique fran­co­phone sur nos ondes », tranche-t-il. Ce­lui-ci avoue tout de même s’être dé­jà fait de­man­der plus de conte­nu en provenance d’Afrique et de Haï­ti, par exemple, mais ja­mais de conte­nu an­glo­phones par des au­di­teurs. Après tout, il y a beau­coup de choix dé­jà pour les au­di­teurs qui vou­draient écou­ter des chan­sons en an­glais.

Une si­tua­tion bien dif­fé­rente au Qué­bec

Le dé­bat sur les quo­tas de mu­sique fran­co­phone est sur­tout vrai au Qué­bec, où la dé­fense du fran­çais comme langue of­fi­cielle est pri­mor­diale mal­gré une forte pré­sence an­glo­phone dans la culture de la province. C’est pour­quoi de nom­breuses sta­tions com­mer­ciales, ap­puyées par la FCCF, l’ADISQ et le gou­ver­ne­ment du Qué­bec, sou­hai­te­raient ob­te­nir plus de la­ti­tude pour aug­men­ter le ra­tio mu­sique an­glo­phone.

Bref, une nou­velle qui n’en était pas vrai­ment une pour les Fran­cos-Al­ber­tains. Comme quoi, même en si­tua­tion mi­no­ri­taire, on s’en tire plu­tôt bien pour gar­der notre langue vi­vante et la faire rayon­ner.

PHOTO: PIXABAY

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.