Sa­dia Ma­sou­ri, ap­pren­tie jour­na­liste

Le Franco - - LA UNE - CHAN­TAL BRIÈRE

Étu­diante fi­nis­sante à l’École du Som­met de Saint- Paul, Sa­dia Man­sou­ri, 17 ans, est une pas­sion­née du monde jour­na­lis­tique. Grâce à une ex­pé­rience de ter­rain, le rêve de car­rière s’est trans­for­mé en pas­sion. N’ayant pas d’op­por­tu­ni­té de stage en fran­çais dans ce do­maine en ré­gion, Sa­dia a créé sa propre op­por­tu­ni­té au­près de la ra­dio lo­cale 97,7 The Spur.

Sa­dia Man­sou­ri et sa fa­mille sont ar­ri­vés au Ca­na­da en 2012. Quelques mois plus tard, ils sont ar­ri­vés à Saint-Paul. Sa­dia com­men­çait alors sa 10e an­née à l’École du Som­met. Au cours de ses der­nières an­nées au se­con­daire, elle a dé­ve­lop­pé un in­té­rêt pour le jour­na­lisme. Ar­ti­cu­lée et po­sée, elle parle avec pas­sion du jour­na­lisme et de la chance qu’elle a de vivre cette ex­pé­rience de tra­vail dans sa ré­gion.

Sa pas­sion pour le jour­na­lisme lui vient de son in­té­rêt pour les com­mu­ni­ca­tions. « Pour moi, être au cou­rant de l’ac­tua­li­té me per­met de m’im­pli­quer beau­coup plus dans la vie quo­ti­dienne des gens, c’est un moyen de com­mu­ni­ca­tion. » Elle aime se te­nir au cou­rant de l’ac­tua­li­té mon­diale et trouve le par­tage d’in­for­ma­tions in­té­res­sant.

Sa­dia a été ins­pi­rée par son ex­pé­rience té­lé­vi­sée de l’an­née der­nière : « Lors de mon stage au­près de Ga­la­la comme cor­res­pon­dante lo­cale, j’ai beau­coup ai­mé l’ex­pé­rience. C’était agréable, je ne m’en­nuyais pas, pour moi ce n’était pas un tra­vail. Avant ce­la, c’était juste une idée, mais l’ex­pé­rience a confir­mé ma pas­sion. »

Elle dé­montre un grand in­té­rêt pour le jour­na­lisme té­lé­vi­sé et en­tre­tient le rêve de joindre l’équipe d’Ici Ra­dio-Ca­na­da. Se­lon elle, les qua­li­tés d’un bon jour­na­liste consistent en une ca­pa­ci­té à s’ex­pri­mer clai­re­ment, de la bonne hu­meur, un es­prit d’équipe et beau­coup de pa­tience. Son fran­çais élo­quent et son sou­rire sont dé­jà des atouts qui joue­ront cer­tai­ne­ment en sa fa­veur.

Sa­dia voit beau­coup d’avan­tages au fait qu’elle soit une jour­na­liste bilingue pour la ra­dio lo­cale an­glo­phone. Son ex­pé­rience lui per­met de per­fec­tion­ner son an­glais et de se fa­mi­lia­ri­ser avec la ter­mi­no­lo­gie du ma­té­riel ra­dio en an­glais. « Ce­la per­met à la com­mu­nau­té an­glo­phone de m’en­tendre parce que je ne connais pas per­son­nel­le­ment beau­coup d’an­glo­phones à Saint-Paul ».

L’équipe de la ra­dio, étant très ac­com­mo­dante et en­cou­ra­geante, lui per­met éga­le­ment de faire ses re­por­tages dans la langue de son choix : « Par­fois je fais des re­por­tages en fran­çais, je com­mence sou­vent avec un “bon­jour !”. Ils re­con­naissent que le Ca­na­da est bilingue, donc me laissent le choix de faire mes re­por­tages en an­glais ou en fran­çais. »

Sa­dia re­con­naît qu’un des dé­fis que ce­la en­traîne par­fois est ce­lui de cher­cher ses mots en ondes ou la bonne tra­duc­tion d’un terme en par­ti­cu­lier. Pré­sen­te­ment, elle est en ondes le ven­dre­di à comp­ter de 15h15. Son stage lui a été pos­sible suite à une réu­nion avec le res­pon­sable de la sta­tion, Ke­vin Bern­hardt, et la di­rec­trice de l’école: « Nous avons fait une réu­nion avec Ke­vin de The Spur et il a di­rec­te­ment ac­cep­té! ».

Quand nous avons de­man­dé à Sa­dia si elle croyait qu’il y au­rait un in­té­rêt pour une ra­dio fran­co­phone à Saint-Paul, elle a ré­pon­du sans hé­si­ta­tion: « Oui, beau­coup ! Il y a beau­coup de fran­co­phones à Saint-Paul et je crois qu’ils ai­me­raient vrai­ment une ra­dio. Lors du pas­sage de la ca­ra­vane d’Ici Ra­dio-Ca­na­da, il y a eu plu­sieurs membres de la com­mu­nau­té qui sont ve­nus. Je crois qu’ils vou­laient avoir quelque chose de fran­co­phone à main­te­nir ici. Il y a de l’in­té­rêt et ce­la per­met­trait aux jeunes de l’école de s’im­pli­quer en fran­çais. »

Elle croît que la pre­mière étape pour mettre en place un ra­dio fran­co­phone à Saint-Paul consis­te­rait à faire des cam­pagnes du fi­nan­ce­ment pour ob­te­nir le ma­té­riel né­ces­saire, ain­si que des bé­né­voles mo­ti­vés pour com­men­cer.

Dès l’an­née pro­chaine, elle compte en­ta­mer une for­ma­tion de jour­na­liste. Mal­heu­reu­se­ment, comme le pro­gramme de jour­na­lisme n’est pas of­fert en fran­çais à Ed­mon­ton, elle pré­voit al­ler étu­dier au Qué­bec ou en On­ta­rio. Quand on lui de­mande où elle se voit dans cinq ans, elle nous ré­pond en riant: « Avoir ter­mi­né mes études et être jour­na­liste ou en voie de réa­li­ser ce rêve ! ».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.