LE NOMBRE DE CHER­CHEURS D’EM­PLOI FRAN­CO­PHONES RESTE LE MÊME

Le Franco - - FOIRE À L’EMPLOI BILINGUE À CALGARY - | MEGHANN DIONNE

Le taux de chô­mage a peut- être aug­men­té à 6,5 pourcent der­niè­re­ment en Al­ber­ta; mais le nombre de cher­cheurs d’em­ploi ayant par­ti­ci­pé à la foire à l’em­ploi de Connexion Car­rière du 21 oc­tobre, lui, est res­té sen­si­ble­ment le même. L’as­so­cia­tion, qui or­ga­nise ce genre d’évè­ne­ment tous les six mois, a ac­cueilli plus de 200 fran­co­phones et fran­co­philes au col­lège Bow Val­ley de Cal­ga­ry.

Sur place, les gens s'échangent des poi­gnées de main, font connais­sance mais sur­tout, se par­tagent de l'in­for­ma­tion, des cartes d'af­faires et des cur­ri­cu­lum vi­tae. Le tout se passe sur­tout en fran­çais. « On veut avoir des en­tre­prises qui cherchent des can­di­dats bi­lingues où le fran­çais va être un atout et un be­soin dans leur en­tre­prise », ex­plique celle qui agit d'in­ter­mé­diaire entre le cher­cheur d'em­ploi et l'em­ployeur à Connexion Car­rière, Carole Bé­dard.

Dans un pre­mier temps, l'or­ga­nisme se donne la mis­sion de pu­blier les offres des em­ployeurs et, dans une deuxième temps, d'ai­der les cher­cheurs d'em­ploi à rendre leurs cur­ri­cu­lum vi­tae et leurs lettres de pré­sen­ta­tion at­ti­rants.

« C'est un peu dif­fi­cile pour un nou­vel ar­ri­vant à Cal­ga­ry de se trou­ver un em­ploi, mais il y a des or­ga­nismes, comme Connexion Car­rière, qui m'ont beau­coup ai­dé », pré­cise Bar­ry Fa­li­lou, un fran­co­phone ori­gi­naire de la France qui tente de se trou­ver un em­ploi à Cal­ga­ry dans le do­maine des as­su­rances de­puis quatre mois.

Il a en­voyé une cen­taine de cur­ri­cu­lum au cours des der­niers mois, mais n'a tou­jours pas dé­cro­ché le poste de ses rêves. « Pour l'ins­tant, je pour­suis mes cours d'an­glais et je conti­nue de tra­vailler sur mon CV et faire du ré­seau­tage à Cal­ga­ry », dit ce­lui qui tra­vaille ac­tuel­le­ment à temps par­tiel dans le do­maine de la vente.

Bar­ry Fa­li­lou ai­me­rait idéa­le­ment se trou­ver un em­ploi où il pour­rait s'ex­pri­mer dans les deux langues of­fi­cielles. Lors de la foire de Connexion Car­rière, il a re­mis son cur­ri­cu­lum vi­tae à deux em­ployeurs qui étaient sur place, dont Air Ca­na­da. Il croise les doigts pour re­ce­voir un coup de té­lé­phone dans les pro­chaines se­maines.

Trou­ver du bou­lot, un em­ploi à temps plein

Flo­ren­ti­no Guer­ra, un Bré­si­lien qui parle cinq langues et qui se spé­cia­lise dans le com­merce in­ter­na­tio­nal et le mar­ke­ting est lui aus­si à la re­cherche d'un em­ploi de­puis le mois de mai à Cal­ga­ry. À son grand déses­poir, se trou­ver un gagne-pain en Al­ber­ta est plus dif­fi­cile qu'il ne le pen­sait.

Ce der­nier réus­sit tou­te­fois à se faire convo­quer en en­tre­vue en moyenne toutes les deux se­maines. « Aus­si étrange que ce­la puisse pa­raître, se trou­ver un em­ploi vous oc­cupe à temps plein. Ça prend beau­coup de temps et d'éner­gie », ra­conte-t-il.

Tous les jours, il passe plu­sieurs heures avant et après ses quarts de tra­vail à ten­ter de trou­ver des op­por­tu­ni­tés de car­rière. Il vou­drait tra­vailler pour une en­tre­prise qui sou­haite dé­ve­lop­per ses mar­chés in­ter­na­tio­naux. « Je ne perds pas es­poir, je pense que je vais réus­sir à trou­ver quelque chose dans mon do­maine, c'est une ques­tion de temps », es­père le Bré­si­lien qui s'est éta­bli au Ca­na­da dans les an­nées 1990.

Il n'y a pas d'em­ploi qui a par­ti­cu­liè­re­ment sus­ci­té son in­té­rêt lors de la foire de Connexion Car­rière, mais il s'est fait des contacts et a dis­cu­té avec des em­ployeurs po­ten­tiels, comme la com­pa­gnie d'agroa­li­men­taire ori­gi­naire du Bré­sil, JBS Food, à qui il avait dé­jà re­mis son CV.

Fran­co­phones re­cher­chés

L'Al­liance fran­çaise de Cal­ga­ry fai­sait par­tie de la ving­taine d'em­ployeurs ve­nus re­cru­ter du per­son­nel. L'or­ga­nisme re­cherche des en­sei­gnants de fran­çais à temps plein et à temps par­tiel.

« C'est dif­fi­cile pour nous de trou­ver des en­sei­gnants parce que lors­qu'ils sont qua­li­fiés, ils vont se tour­ner vers le pu­blic. S'ils ne sont pas dé­jà dans les écoles pu­bliques, ils ne pensent pas for­cé­ment à nous. Nous ne sommes pas très vi­sibles à Cal­ga­ry », sou­tient le di­rec­teur par in­té­rim de l'Al­liance fran­çaise, Jean-Bap­tiste Roux.

Le 21 oc­tobre, il a ré­cu­pé­ré plu­sieurs CV de pro­fes­sion­nels avec un di­plôme pro­ve­nant du dé­par­te­ment de fran­çais de l'Uni­ver­si­té de Cal­ga­ry, ou en­core avec des cer­ti­fi­cats en en­sei­gne­ment d'autres pays qui ne sont pas re­con­nus par le mi­nis­tère al­ber­tain de l'Édu­ca­tion.

Plus de 240 per­sonnes se sont ren­dues à la foire à l'em­ploi de Connexion Car­rière. 300 étaient at­ten­dues.

PHO­TOS : MEGHANN DIONNE

Flo­ren­ti­no Guer­ra et Bar­ry Fa­li­lou, cher­cheurs d’em­ploi à Cal­ga­ry

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.