En­tre­vue avec Ran­dy Bois­son­nault

Le Franco - - LA UNE - HÉ­LÈNE LE­QUITTE Ré­dac­trice en chef Ed­mon­ton

Jus­tin Trudeau a pré­sen­té ré­cem­ment la liste des se­cré­taires par­le­men­taires. Le fran­co-al­ber­tain Ran­dy Bois­son­nault a été nom­mé se­cré­taire pour le mi­nis­tère du Pa­tri­moine ca­na­dien. Il tra­vaille­ra donc en col­la­bo­ra­tion avec la mi­nistre Mé­la­nie Jo­ly sur de nom­breux dos­siers. Le Fran­co lui a par­lé.

FR : De­puis votre no­mi­na­tion, quels vont être les dos­siers prio­ri­taires dans le cadre de la fran­co­pho­nie ?

RB : « J'ai eu une ses­sion d'in­for­ma­tion dé­jà avec la mi­nistre, mais les ses­sions d'in­for­ma­tions vont se pour­suivre cette se­maine, lorsque je re­ce­vrais des ses­sions plus abou­ties je vais être en me­sure de par­ler plus pro­fon­dé­ment des dos­siers prio­ri­taires pour la com­mu­nau­té fran­co­phone. Ce­ci dit, c'est clair que notre gou­ver­ne­ment va faire un rap­pro­che­ment au­près des com­mu­nau­tés fran­co­phones à tra­vers le pays. Ce qui in­clut les com­mu­nau­tés fran­co­phones en mi­lieu mi­no­ri­taire, mais ça in­clut aus­si la com­mu­nau­té an­glo­phone en mi­lieu mi­no­ri­taire au Qué­bec ».

FR : Des stra­té­gies se­ront-elle mises bien­tôt en place ?

RB : « Les ses­sions d'in­for­ma­tion vont prendre plu­sieurs se­maines et ça se pour­sui­vra jus­qu'en jan­vier. Comme vous le sa­vez le dé­par­te­ment de Pa­tri­moine ca­na­dien est im­mense et il y a plu­sieurs dos­siers. J'ai hâte de com­men­cer le tra­vail en tant que se­cré­taire par­le­men­taire, mais il faut ad­mettre aus­si que se­lon plu­sieurs dé­par­te­ments, nous sommes toute fois en tran­si­tion afin d'em­bau­cher le per­son­nel prin­ci­pal et ça se pour­suit dans notre mi­nis­tère aus­si ».

FR : Qu'est ce que ça vous a ins­pi­ré le re­jet par la cour su­prême du cas Ca­ron-Bou­tet ?

RB : « Je pense que ça a été im­por­tant à tra­vers la com­mu­nau­té fran­co­phone à tra­vers le pays, de pas seule­ment ré­agir à la dé­ci­sion de la cour su­prême, mais aus­si de dé­ter­mi­ner elle même quelles sont aus­si ses stra­té­gies pour la re­con­nais­sance et pour tra­vailler avec les pro­vinces. Et je pense que ces dis­cus­sions sont dé­jà en cours sur­tout en Al­ber­ta, je ne peux pas me pro­non­cer pour d'autres pro­vinces… mais c'est pour­quoi nous sommes vrai­ment à l'écoute de la fran­co­pho­nie

ca­na­dienne à tra­vers le pays ».

FR : Tous les jour­naux fran­co­phones mi­no­ri­taires su­bissent une baisse au ni­veau des pu­bli­ci­tés fé­dé­rales, qu'est-ce que vous avez à dire à ce su­jet ?

RB : « Il faut que je m'in­forme, mais dans le monde des jour­naux en mi­lieu mi­no­ri­taire ou ma­jo­ri­taire, c'est en voie de trans­for­ma­tion ra­di­cale, la nu­mé­ri­sa­tion on a tout ce qui est por­table, ac­cès sur les cel­lu­laires, sur les or­di­na­teurs, qu'est ce que ça veut dire sur les pla­te­formes qui étaient ba­sées sur les for­mats jour­naux pa­pier. Je vais m'in­for­mer ab­so­lu­ment plus sur ce dos­sier ».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.