Prend mes yeux tu vas voir à Ed­mon­ton

L’au­di­to­rium du Cam­pus Saint-Jean était presque com­plet pour la pré­sen­ta­tion de la pièce Prends mes yeux, tu vas voir ce sa­me­di 12 no­vembre. C’est en par­te­na­riat avec la FA­FA, la Fé­dé­ra­tion des aî­nés fran­co-al­ber­tains que la pièce a été jouée.

Le Franco - - LA UNE - HÉ­LÈNE LE­QUITTE

An­dré Roy, Gilles De­nis et Thé­rèse Dal­laire ont fait un vrai ta­bac en in­ter­pré­tant la pièce écrite par France Le­vas­seur-Ouimet, sa­me­di der­nier. Un dé­cor mi­ni­ma­liste, un banc et deux buis­sons ont per­mis de mettre en avant le thème cen­tral de cette pièce : vieillir.

C’est avec hu­mour, jus­tesse et dé­li­ca­tesse que les écueils de la vieillesse ont été abor­dés. Car en ef­fet, vieillir n’est pas une si­né­cure! La so­li­tude, les pro­blèmes de san­té, les sou­ve­nirs qui re­jaillissent, bons ou mau­vais comme l’évo­ca­tion de la guerre ou bien le doux sou­ve­nir de la perte d’un être cher sont des thèmes uni­ver­sels. Si le corps fait dé­faut, l’être hu­main n’en de­meure tou­jours pas moins le même. Les cha­maille­ries, les ja­lou­sies, l’ami­tié jeune ou vieux c’est tou­jours pa­reil.

Si une grande ma­jo­ri­té des spec­ta­teurs était un pu­blic dans l’en­semble âgé, d’autres per­sonnes plus jeunes ont as­sis­té éga­le­ment à la pièce. On vieillit tous un jour, du moins une ma­jo­ri­té d’entre nous. La vieillesse est donc un thème uni­ver­sel qui a su être mis en scène par des ac­teurs qui ont com­pris que jouer la vul­né­ra­bi­li­té, c’est aus­si l’ap­pri­voi­ser. La no­tion de l’al­té­ri­té, où je me vois dans les yeux de l’autre, est aus­si l’un des le­viers ma­jeurs de cette pièce.

Et comme l’ex­plique le per­son­nage de Gilles De­nis dans la pièce, ce qui compte : « c’est avoir ses pe­tits mo­ments de bon­heur ». Une le­çon à mé­di­ter que l’on soit jeune ou vieux !

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.