OF­FRIR UN ANI­MAL EN CA­DEAU !

À l'ap­proche des fêtes, l'idée d'of­frir un ani­mal de com­pa­gnie à l'un de vos proches a peut- être dé­jà ef­fleu­ré l'es­prit de quelques-uns d'entre vous.

Le Franco - - LE RIRE 2015 - JU­LIE BOU­CHER

Si tel est le cas, per­met­tez moi de pas­ser en re­vue les prin­ci­pales ques­tions à se po­ser, afin de vous as­su­rer de faire un choix éclai­ré. L'adop­tion ou l'achat d'un ani­mal re­pré­sente un pro­jet à long terme. Il est donc pri­mor­diale de prendre en compte l'es­pé­rance de vie de l'ani­mal. En quelques mots, adop­ter un ani­mal de com­pa­gnie, c'est pour la vie ! Quelques points im­por­tants avant d’adop­ter La per­sonne a-t- elle de l'in­té­rêt pour votre pro­jet ?

Avant d'en­tre­prendre des dé­marches, il est im­por­tant de vé­ri­fier l'in­té­rêt de la per­sonne quant à la prise en charge d'un ani­mal de com­pa­gnie.

Il se­rait aus­si tout in­di­qué de s'in­for­mer quant à l'es­pèce à pri­vi­lé­gier.

À qui est des­ti­né l'ani­mal?

S'il s'agit d'un en­fant, vous de­vez être prêt à prendre la re-

lève puisque la res­pon­sa­bi­li­té de s'oc­cu­per d'un ani­mal, jour après jour, peut s'avé­rer trop lourde et af­fec­ter le cli­mat fa­mi­lial.

S'il est plu­tôt des­ti­né à une per­sonne âgée ou cé­li­ba­taire, il faut te­nir compte de l'âge de la per­sonne (quelle se­ra sa si­tua­tion dans 5, 10 ou 15 ans?), son style de vie, sa ca­pa­ci­té à ré­pondre aux be­soins de l'ani­mal, sa san­té, et sur­tout, le bud­get né­ces­saire au bien-être de l'ani­mal. Quels sont les membres de la famille im­pli­qués ?

Il est im­por­tant de s'as­su­rer que toutes les per­sonnes vi­vant sous le même toit que l'ani­mal ne soient ni al­ler­giques, ni pho­bique. Élé­men­taire mon cher Wat­son !

Se don­ner un temps d'adap­ta­tion et ac­cep­ter les chan­ge­ment de son mode de vie, une chose po­si­tive pour cer­tains s'avè­re­ront être une corvée pour d'autres.

La per­sonne de­vra éga­le­ment gar­der en tête la pos­si­bi­li­té que ses biens soient abî­més ; meubles gru­gés, so­fas plein de poils, maille à son chan­dail, odeurs, boules de poils sur le ta­pis, etc…

Il faut être prêt à in­ves­tir de son temps et dé­ployer son éner­gie afin de le ca­res­ser, de jouer, cou­rir, et par­ler avec lui. Un ani­mal a qui l'on offre une bonne sti­mu­la­tion men­tale et phy­sique de­vient équi­li­bré et agréable. Pro­prié­taire ou lo­ca­taire ?

Si la per­sonne est pro­prié­taire de son do­mi­cile tout va pour le mieux. Ce­pen­dant, si elle est lo­ca­taire, elle doit ab­so­lu­ment ob­te­nir l'au­to­ri­sa­tion écrite de son pro­prié­taire puisque le fait d'avoir un ani­mal de com­pa­gnie n'est pas un droit mais un pri­vi­lège. Quel type d'ha­bi­ta­tion ?

Se­lon les races, l'es­pace né­ces­saire dif­fère.

Un chat peut très bien vivre sa vie en­tière à l'in­té­rieur d'un ap­par­te­ment mais un chien au­ra be­soin de plus d'es­pace et d'al­ler faire de l'exer­cice à l'ex­té­rieur de fa­çon quo­ti­dienne. Prêt à as­su­mer les frais ?

Pour évi­ter que votre ca­deau bien in­ten­tion­né ne se trans­forme en pomme em­pois­son­née, il faut vé­ri­fier que le fu­tur pro­prié­taire pos­sède le bud­get né­ces­saire. Frais d'adop­tion Nour­ri­ture, li­tière, pro­duits d'hy­giènes, ac­ces­soires, jouets, etc. … Gar­dien­nage Soins vétérinaires : vac­cins, exa­men, sté­ri­li­sa­tion, ma­la­die, ac­ci­dent, etc. Quelle es­pèce choi­sir ?

Consi­dé­rer son style de vie ver­sus le tem­pé­ra­ment gé­né­ral de l'es­pèce et ses be­soins de bases;

Chat : plu­tôt in­dé­pen­dant, s'adapte bien aux es­paces res­treints et à la vie à l'in­té­rieur

Chien : so­cial, dé­teste la so­li­tude, be­soin d'exer­cice et de sor­ties quo­ti­diennes à l'ex­té­rieur

Ron­geur : bien adap­té à la vie en cage, ap­pré­cie les in­ter­ac­tions, les ma­ni­pu­la­tions et les pe­tites sor­ties quo­ti­diennes

Oi­seau : bien adap­té à la vie en cage, ap­pré­cie les in­ter­ac­tions, les ma­ni­pu­la­tions et les pe­tites sor­ties quo­ti­diennes se­lon la race Rep­tile : bien adap­té à la vie en vi­va­rium, ap­pré­cie les in­ter­ac­tions, les ma­ni­pu­la­tions et les pe­tites sor­ties quo­ti­diennes

Les exi­gences des ani­maux va­rient se­lon leur âge, taille, race. Si la per­sonne n'est pas cer­taine d'être prête à adop­ter ?

Vous pou­vez; faire des re­cherches sur in­ter­net, consul­ter des ex­perts, vi­si­ter des re­fuges et même vous pro­po­ser comme famille d'ac­cueil.

C'est une idée gé­niale que d'ai­der les ani­maux dans le be­soin. Mais n'adop­tez pas sur un coup de coeur puisque des mil­liers d'ani­maux sont aban­don­nés chaque an­née; sa­voir si on est prêt à adop­ter c'est aus­si les ai­der !

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.