LA PLA­NÈTE BLEUE ET LA VIE SOUS-MA­RINE

Le Franco - - GALA JUSTE POUR RIRE - PAUL- FRAN­ÇOIS SYL­VESTRE

L’eau re­couvre les deux tiers de la sur­face de la terre et 97% de cet élé­ment est sa­lé. Le monde sous-ma­rin est im­mense, pro­fond, gran­diose et par­fois as­sez mé­con­nu. C’est pour­quoi les Édi­tions Hur­tu­bise pu­blient Les océans

en 30 se­condes (chaque cap­sule d’in­fo se lit en une de­mi­mi­nute). L’ou­vrage s’adresse aux 10 ans et plus.

Il y a cinq océans : Pa­ci­fique, At­lan­tique, In­dien, Arc­tique et An­tarc­tique. « L'océan Pa­ci­fique est de loin le plus grand et le plus pro­fond. À l'en­droit le plus large, il s'étend sur la moi­tié du globe! » Le plus pe­tit et le moins pro­fond est l'Océan Arc­tique. Le livre nous ap­prend d'abord que l'eau des océans est constam­ment se­couée par les vagues, les ma­rées et les cou­rants. C'est le vent souf­flant à la sur­face qui sou­lève les vagues, dont cer­taines peuvent at­teindre 15 mètres.

L'ou­vrage passe en re­vue les fonds ma­rins, les ré­cifs de co­rail, les ha­bi­tants de glace, les tsu­na­mis, les ex­plo­ra­tions en pro­fon­deur (et leurs tré­sors), la nour­ri­ture is­sue de la mer, la pol­lu­tion et la pro­tec­tion des océans. À chaque cha­pitre, on pré­sente un glos­saire ; pour l'ex­plo­ra­tion des océans, par exemple, on dé­fi­nit des termes comme ar­chéo­logue ma­rin, ga­lion, gey­ser, pi­rogue et so­nar.

Les océans re­gorgent de tré­sors en rai­son de ba­teaux qui ont cou­lé et de ci­tés qui ont été en­glou­ties. « En­vi­ron cent ans avant Jé­sus- Ch­rist, la reine Cléo­pâtre avait fait construire un pa­lais à Alexan­drie. Plus tard, des trem­ble­ments de terre et des raz-de-ma­rée ont inon­dé la ville. Des ar­chéo­logues ont re­trou­vé le pa­lais en 1996. Des sta­tues et des tré­sors in­es­ti­mables y ont été dé­cou­verts. »

Le livre pro­pose aux jeunes quelques « mis­sions en 3 mi­nutes ». On sait, par exemple, que le fer coule na­tu­rel­le­ment en rai­son de son poids. Si un ba­teau de mé­tal réus­sit à flot­ter, c'est parce que son poids est moins im­por­tant que le poids de l'eau qu'il re­pousse et parce qu'il y a de l'air dans sa coque. L'en­fant est in­vi­té à faire une ex­pé­rience ; il doit avoir de la pâte à mo­de­ler et une bas­sine d'eau. S'il fait une boule, elle coule dès qu'il la pose sur l'eau. S'il lui donne une forme de ba­teau aux bords très fins, elle flotte.

On re­trouve plu­sieurs pe­tits en­ca­drés qui nous ré­servent par­fois des sur­prises. Un de ces en­ca­drés porte sur une cham­pionne de la mi­gra­tion; on y ap­prend que l'hi­ron­delle de mer rem­porte le tro­phée de la plus longue dis­tance mi­gra­toire en par­cou­rant 30 000 ki­lo­mètres chaque an­née. « Elle vole de­puis le Groen­land en Arc­tique jus­qu'à l'An­tarc­tique, c'est-àdire d'un pôle de la Terre à l'autre! »

L'au­teur four­nit l'adresse de quelques sites In­ter­net et la liste d'une de­mi- dou­zaine de livres (pour jeune pu­blic) qui per­mettent de pous­ser plus loin l'en­vie de mieux dé­cou­vrir les océans. Il pro­pose aus­si deux ou­vrages de fic­tion de Jules Verne : Vingt mille lieues sous les mers et L'Île mys­té­rieuse.

Ma­gni­fi­que­ment illus­tré, cet al­bum est une mer­veille pour les scien­ti­fiques en herbe. Un adulte pren­dra aus­si plai­sir à dé­cou­vrir plein de ren­sei­gne­ments sur la pla­nète bleue et la vie sous-ma­rine. Jen Green, Les océans en 30 se

condes, al­bum tra­duit de l’an­glais par Ma­rie-Noëlle Be­har, Mon­tréal, Édi­tions Hur­tu­bise, 2016, 96 pages, 14,95 $

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.