ED­MON­TON L'EN­VIE DE FAIRE MIEUX

Ça bouge à Ed­mon­ton! La re­vi­ta­li­sa­tion du centre-ville est en route, mar­quée par un évident dé­sir de faire mieux… et de voir grand! Pro­lon­ge­ment du train lé­ger sur rail (LRT), construc­tion de gratte- ciel, dé­ve­lop­pe­ment ur­bain du­rable… la table semble mis

Le Franco - - LA UNE - | MAR­TIN BOU­CHARD Jour­na­liste Ed­mon­ton

Le dé­pu­té d’Ed­mon­ton- Centre, Ran­dy Bois­son­nault, s’em­balle lors­qu’il évoque le fu­tur de la ville d’Ed­mon­ton. « Les in­ves­tis­se­ments his­to­riques an­non­cés dans le der­nier bud­get vont don­ner en­core plus de souffle à la ville », com­mence-t-il. D’au­tant plus qu’à son avis, Ed­mon­ton est dé­jà sur une lan­cée. « To­ron­to a bé­né­fi­cié d’in­ves­tis­se­ments ma­jeurs dans les an­nées 70, ce qui a per­mis sa crois­sance. Or, je crois que c’est à notre tour, en 2016, de re­ce­voir ces in­ves­tis­se­ments de base pour per­mettre à nos villes de croitre. »

La construc­tion de l’aré­na, en plein centre-ville, de­meure le fer de lance de cette crois­sance. À ses abords se­ront éri­gées trois tours, dont une de 67 étages, la plus haute à l’est de To­ron­to. Pour Pe­ter Ohm, pla­ni­fi­ca­teur en chef de la ville d’Ed­mon­ton, ce dé­ve­lop­pe­ment té­moigne du suc­cès de la stra­té­gie que la ville a mis en place pour re­vi­ta­li­ser le centre-ville, il y a une di­zaine d’an­nées. « La construc­tion de l’aré­na fait par­tie de nos pro­jets ca­ta­ly­seurs, et nous com­men­çons à en voir les ré­sul­tats : moins de ter­rains de sta­tion­ne­ments et plus de construc­tion de tours ré­si­den­tielles pour dy­na­mi­ser le centre-ville », ex­prime-t-il. Se­lon ses dires, il est pré­vu que la po­pu­la­tion de ré­si­dents du centre-ville double d’ici cinq à dix ans. « Plus le centre-ville se­ra peu­plé, moins il y au­ra de pau­vre­té vi­sible et de crimes, car les gens oc­cu­pe­ront l’es­pace », pense-t-il. L’ex­pert ajoute que les quar­tiers avoi­si­nants, tel le Chi­na Town, bé­né­fi­cie­ront gran­de­ment de cet ajout de po­pu­la­tion.

Des trans­ports plus ef­fi­caces et plus verts

Le pro­lon­ge­ment du LRT est sans conteste une par­tie im­por­tante du plan de dé­ve­lop­pe­ment à court et à long terme de la ville. « La Val­ley Line comp­te­ra 11 ar­rêts de plus et une nou­velle sta­tion qui por­te­ra le nom de Da­vies. Toutes se­ront en fonc­tion d’ici 2020 », fait sa­voir le pla­ni­fi­ca­teur. Un ar­rêt se­ra d’ailleurs ajou­té dans le quar­tier fran­co­phone de Bon­nie Doon.

Outre le trans­port en com­mun, Ed­mon­ton, à l’ins­tar d’autres villes du monde, met de plus en plus de l’avant des mé­thodes de trans­ports al­ter­na­tives comme le vé­lo et même la marche. « Nous met­tons beau­coup d’ar­gent dans le pro­lon­ge­ment du LRT, mais en pa­ral­lèle, nous in­ves­tis­sons dans la créa­tion de nou­velles voies ré­ser­vées pour les cy­clistes et les ri­ve­rains. Un sys­tème de vé­los en libre par­tage est éga­le­ment dans les plans de la ville», af­firme Pe­ter Ohm. Il in­siste sur le fait que les stra­tèges de la ca­pi­tale ont aus­si à l’oeil les pro­blèmes de conges­tion. « Une ville avec une éco­no­mie pros­père doit pou­voir comp­ter sur un ré­seau de routes ef­fi­cace, qui per­mette le dé­pla­ce­ment ra­pide des voi­tures à l’in­té­rieur et à l’ex­té­rieur du centre-ville. »

Édi­fices pa­tri­mo­niaux mieux pro­té­gés

Le charme des villes passe bien souvent par l’amal­game d’édi­fices an­ciens et plus ré­cents. À ce titre, la ville s’est do­tée d’un pro­gramme de re­vi­ta­li­sa­tion des édi­fices pa­tri­mo­niaux « par­mi les meilleurs du pays », dixit le pla­ni­fi­ca­teur en chef. « Nous avons ap­pris de nos er­reurs, ad­met-il. Ce­la dit, nous ne pou­vons pas for­cer les pro­prié­taires d’édi­fices pa­tri­mo­niaux à les pré­ser­ver. Ce­pen­dant, nous pou­vons, grâce à des me­sures in­ci­ta­tives et à des chan­ge­ments de zo­nage, les en­cou­ra­ger for­te­ment à trou­ver de nou­veaux usages pour leurs bâ­ti­ments. » Pe­ter Ohm af­firme du même souffle que la ville est en pour­par­lers sé­rieux avec le pro­prié­taire du Ca­na­da Per­ma­nent Buil­ding, qui fait l’ob­jet d’un pro­jet de re­vi­ta­li­sa­tion ap­pe­lé French Square. « At­ten­dez-vous aus­si à voir de plus en plus de pro­jets comme ce­lui de l’édi­fice Kel­ly Ram­sey, construit avant la Pre­mière Guerre mon­diale, et dont la fa­çade a été in­cor­po­rée au pied d’une nou­velle tour ré­si­den­tielle de 25 étages », se ré­jouit-il.

Une Whyte Ave au centre-ville?

Pour Pe­ter Ohm, Ed­mon­ton re­pré­sente un pôle cultu­rel dans l’Ouest, no­tam­ment grâce au Théâtre Ci­ta­delle, au Centre Wins­pear, à la ga­le­rie d’art et aux mille-et-un fes­ti­vals tout au long de l’an­née. Or, la ville en­tend prendre des me­sures pour élar­gir da­van­tage son offre. « Le Mu­sée royal de l’Al­ber­ta ou­vri­ra ses portes sous peu, et le site North­lands pour­rait de­ve­nir un site ma­jeur de fes­ti­vals », an­non­cet-il. Mais ce qui re­tient sur­tout l’in­ten­tion, c’est l’in­té­rêt de la ville en­vers l’in­dus­trie as­so­ciée a la vie noc­turne. « Une bonne par­tie de la po­pu­la­tion d’Ed­mon­ton est âgée entre 18 et 34 ans, et c’est jus­te­ment les gens de cette tranche d’âge qui sortent le soir dans les res­tau­rants, les ca­fés et les clubs. Avec l’ar­ri­vée de l’aré­na, nous vou­lons créer un contexte pro­pice à l’ou­ver­ture de ces com­merces, un peu comme le sec­teur de l’ave­nue Whyte, très dy­na­mique de jour comme de soir », sou­haite-t-il.

Et ap­pa­rem­ment, dans cinq ans, ils se­ront nom­breux à pro­fi­ter de ce nou­veau centre-ville dy­na­mi­sé! « Nous es­ti­mons qu’il y au­ra plus de 1,1 mil­lion de per­sonnes à Ed­mon­ton en 2020, une si­tua­tion due en par­tie à la bonne per­for­mance éco­no­mique de la ca­pi­tale », chiffre l’ex­pert. L’ave­nir des en­tre­pre­neurs à Ed­mon­ton s’an­nonce sous de bons aus­pices. « Il faut sa­luer l’es­prit en­tre­preu­na­rial des gens d’Ed­mon­ton et les di­ri­geants d’en­tre­prise qui ont su di­ver­si­fier l’éco­no­mie» ren­ché­rit Ran­dy Bois­son­nault.

Chan­ge­ment d’iden­ti­té

Bref, beau­coup de chan­ge­ments ma­jeurs sont à pré­voir. Mais le plus im­por­tant de tous se­ra ce­lui, in­vi­sible, qui fe­ra pas­ser Ed­mon­ton « de pe­tite bour­gade des Prai­ries à grande ville d’Amé­rique du Nord », car c’est bel et bien dans cette classe-là que Pe­ter Ohm et le Con­seil de la ville es­pèrent ame­ner « The ci­ty of Cham­pions ».

Plus verte, plus ac­ces­sible, plus pros­père, plus dy­na­mique et plus belle. Si tout va comme pré­vu, voi­là la ville dans la­quelle vi­vront les Ed­mon­to­niens dans cinq ans. Plus verte, plus ac­ces­sible, plus pros­père, plus dy­na­mique et plus belle. Si tout va comme pré­vu, voi­là la ville dans la­quelle vi­vront les Ed­mon­to­niens dans cinq ans.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.