NOU­VELLE GOU­VER­NANCE

Le Franco - - LA UNE -

Après plus d’un an d‘exis­tence et un nou­veau pré­sident à sa tête, la Fran­co­pho­nie al­ber­taine plurielle (FRAP) a lan­cé, lors d’une confé­rence de presse à la Ci­té fran­co­phone, les grandes lignes de sa gou­ver­nance le 28 avril. Après un an d’exis­tence, la FRAP se cherche tou­jours, mais cette fois ci, par le biais du dia­logue et non ce­lui de l’op­po­si­tion. Bi­lan d’un an d’exis­tence ! « Faire une fran­co­pho­nie plus in­clu­sive » voi­ci les mots que le pré­sident Al­phonse Ndem Aho­la a pro­non­cé pour dé­crire la nou­velle di­rec­tion que prend la Fran- co­pho­nie al­ber­taine plurielle (FRAP). « Pour créer les ponts entre les com­mu­nau­tés, se re­gar­der en chien de faïence ne fait que contri­buer à ra­len­tir le dy­na­misme de la Fran­co­pho­nie », ren­ché­rit le pré­sident. Dans cette dé­marche d’in­clu­sion, la FRAP sou­haite al­ler à la ren­contre des res­pon­sables des autres com­mu­nau­tés. « Com­ment est-ce que nous pou­vons ame­ner tout le monde à se mo­bi­li­ser pour faire quelque chose au­tour du fran­çais », s’in­ter­roge Al­phonse Ndem Aho­la. Lors de la confé­rence, un in­ter­ve­nant se nom­mant se­lon ses propres termes « le vieux » a in­sis­té sur le fait : « d’avoir une vision plus glo­bale de la Fran­co­pho­nie, prendre po­si­tion des deux cô­tés ». Le pré­sident a bien pré­ci­sé que la FRAP ne s’in­té­resse pas qu’à cer­tains groupes ou aux com­mu­nau­tés eth­no­cul­tu­relles. Pau­lin Mu­la­tris, co-di­rec­teur du Groupe de re­cherche en in­ter/ trans­cul­tu­ra­li­té et im­mi­gra­tion au Cam­pus Saint-Jean, pense que c’est une très bonne chose de s’ou­vrir aux autres. « C’est une autre fa­çon de se pré­sen­ter dans le mi­lieu fran­co­phone qui de­vrait aus­si prendre en compte la si­tua­tion réelle des nou­velles com­mu­nau­tés ». La FRAP change lit­té­ra­le­ment de cap en cher­chant à com­prendre la per­cep­tion que l’ex­té­rieur a de l’or­ga­nisme, ce qui marque un nou­veau pas de­puis sa créa­tion.

LEUR AM­BI­TION :

Le pré­sident a aus­si rap­pe­lé que l’émer­gence de la FRAP est née d’un constat, à sa­voir, « créer les condi­tions pour que le re­cru­te­ment se fasse de fa­çon éga­li­taire dans le do­maine de l’en­sei­gne­ment ». Ar­sène Muam­ba, agent com­mu­nau­taire au Centre Guy La­combe et pré­sent dans l’as­sis­tance a re­bon­di sur ce com­men­taire, en de­man­dant si des dé­marches avec les autres conseils sco­laires fran­co­phones avaient été en­ta­més. Se­lon les dires du pré­sident, la dé­marche est en cours avec les autres conseils, et concer­nant le Conseil sco­laire Centre-Nord rien n’a en­core été ré­so­lu. L’en­tre­prise du dia­logue est donc en marche.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.