SONA : L’AUTRE REN­TRÉE!

Le Franco - - EDMONTON - PAR MAR­TIN BOUCHARD

En sep­tembre, il n’y a pas que les étu­diants qui se pré­parent à la ren­trée. Beau­coup de fa­milles nou­vel­le­ment dé­bar­quées à Edmonton doivent ap­prendre à che­mi­ner et à gran­dir dans leur nou­vel environnement. Pour les ai­der à sur­mon­ter ce dé­fi de taille, ces nou­veaux arrivants peuvent comp­ter sur la SONA, or­ga­ni­sée en par­te­na­riat par le Centre d’ac­cueil et d’éta­blis­se­ment (CAÉ) et le Conseil sco­laire Centre-Nord (CSCN). Compte-ren­du. Cette an­née, une cin­quan­taine d’entre eux ont par­ti­ci­pé à cette se­maine d’orien­ta­tion et ont ob­te­nu un di­plôme sym­bo­lique, le 25 août der­nier, à la Ci­té fran­co­phone d’Edmonton, lors de la cé­ré­mo­nie de clô­ture de l’évè­ne­ment. C’est Che­rif Dial­lo, conseiller en éta­blis­se­ment au CAÉ, qui a agi à titre de maître de cé­ré­mo­nie de cette 8e édi­tion de la SONA. « Beau­coup de nou­veaux im­mi­grants choi­sissent Edmonton pour leur nou­veau lieu de ré­si­dence. Par­mi ces nou­veaux al­ber­tains, nom­breux sont les fa­milles, dont les pa­rents et en­fants ne connaissent ni la cul­ture al­ber­taine, ni le sys­tème édu­ca­tif al­ber­tain », a-t-il ad­mis. Se­lon lui, la SONA leur per­mettent de dé­cou­vrir les res­sources dis­po­nibles, mais aus­si de se fa­mi­lia­ri­ser avec la com­mu­nau­té d’ac­cueil afin de fa­ci­li­ter leur in­té­gra­tion. Le di­rec­teur du CAÉ, Georges Bahaya, a abon­dé dans le même sens. « La SONA est une ac­ti­vi­té très im­por­tante pour les fran­co­phones qui ar­rivent dans notre com­mu­nau­té. Ils vivent des mo­ments où ils ap­prennent com­ment na­vi­guer dans le mi­lieu sco­laire, le lieu où ils ap­pren­dront la langue fran­çaise », a-t-il men­tion­né. Se­lon lui, si les en­fants ne sont pas placés dans des écoles fran­co­phones, ils perdront leur fran­çais après 10 ans en Al­ber­ta. « Le CAÉ donne un ap­pui aux pa­rents pour leur per­mettre de lais­ser leurs en­fants dans les écoles fran­co­phones », a-t-il ajou­té. Pour sa part, Paul Du­bé, pré­sident du CAÉ, a ré­ité­ré l’im­por­tance du rôle du CAÉ « pour élar­gir la com­mu­nau­té et sa vi­sion des choses ». De son cô­té, Ro­bert Les­sard, di­rec­teur du Conseil sco­laire Centre-Nord CSCN), a af­fir­mé être très heu­reux d’ac­cueillir les nou­veaux élèves is­sus de l’im­mi­gra­tion. « Nous avons hâte d’ou­vrir nos salles de classe à ces élèves », a-til fait sa­voir. Il a éga­le­ment ré­ité­ré l’en­ga­ge­ment du CSCN en­vers les pa­rents. « Nous sommes dis­po­nibles et ou­verts à toutes les ques­tions d’ac­com­pa­gne­ment. N’hé­si­tez pas. Nous sommes là pour vous et pour votre fa­mille », a-t-il lan­cé.

Té­moi­gnages tou­chants

La Ca­me­rou­naise Alice Flore a at­ter­ri à Edmonton le 16 juillet 2016. Dès son ar­ri­vée, elle a vi­si­té le CAÉ afin de re­ce­voir des ser­vices. « En dé­bar­quant, on ne pou­vait pas ima­gi­ner que nous pour­rions comp­ter sur un tel évè­ne­ment [la SONA] pour nous ai­der et connaître le sys­tème édu­ca­tif, très im­por­tant pour les en­fants », a-t-elle com­men­té. La nou­velle ar­ri­vante ad­met s’être sen­tie ra­gaillar­die, après avoir vé­cu une cer­taine dé­tresse à son ar­ri­vée. « Cette se­maine m’a per­mis de me construire une base, à avoir de l’in­for­ma­tion sur les ser­vices, et sur­tout, le plus im­por­tant, c’est de connaître les res­sources hu­maines pour m’ai­der », s’est-elle ré­jouie. Du même souffle, elle a te­nu à re­mer­cier l’or­ga­ni­sa­tion du fond du coeur pour cette se­maine. « Grâce à la SONA, j’ai dé­jà l’im­pres­sion de re­trou­ver mes ra­cines, je me sens plus à l’aise. » Un autre té­moi­gnage est ve­nu de la jeune Shi­rin Has­san, 14 ans, ori­gi­naire d’Égypte, mais ayant vé­cu jus­qu’à pré­sent toute sa vie en Ara­bie-Saou­dite. « C’est un plai­sir d’être ici. Quand les or­ga­ni­sa­teurs disent qu’ils sont tou­jours là pour nous, c’est vrai! », a-t-elle par­ta­gé. Elle conti­nue : « je sou­haite à tout le monde d’être aus­si heu­reux que moi. »

« SI LES EN­FANTS NE SONT PAS PLACÉS DANS DES ÉCOLES FRAN­CO­PHONES, ILS PERDRONT LEUR FRAN­ÇAIS APRÈS 10 ANS EN AL­BER­TA » — GEORGES BAHAYA

Par la suite, les par­ti­ci­pants ont ob­te­nu un di­plôme sym­bo­lique, après des pres­ta­tions mu­si­cales de Sym­pa Cé­sar, no­tam­ment. Le tout s’est ter­mi­né par un BBQ à la bonne fran­quette. Bien­ve­nue à tous ces nou­veaux arrivants!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.