DES DES­TI­NA­TIONS ATTIRANTES

Le Franco - - FRANCOPHONIE - PAR AN­DRÉ MAGNY (FRANCOPRESSE)

Le sable est peut-être en­core chaud sur cer­taines plages, mais sep­tembre nous in­vite à dres­ser un bi­lan de ce qui s’est pas­sé cô­té tou­risme dans dif­fé­rentes com­mu­nau­tés fran­co­phones du Ca­na­da. De­puis le dé­but de l’été, les ex­perts fi­nan­ciers pré­di­saient que la fai­blesse du dol­lar ca­na­dien par rapport à la de­vise américaine voire à l’eu­ro in­ci­te­rait les tou­ristes ca­na­diens à de­meu­rer chez eux. Si tous les chiffres ne sont pas en­core connus concer­nant la sai­son es­ti­vale 2016, cer­tains in­di­ca­teurs sont élo­quents de l’at­trait que peuvent exer­cer les des­ti­na­tions fran­co­phones au Ca­na­da.

L’Aca­die se porte bien

Dé­pas­se­ra-t-on les quelque 600 mil­lions de dol­lars que le tou­risme a rap­por­tés au Nou­veau-Bruns­wick en 2015? Si on se fie uni­que­ment à l’acha­lan­dage vé­cu cet été au Pays de la Sa­gouine, c’est pos­sible. Au dé­but sep­tembre, Luc Le­blanc, di­rec­teur par in­té­rim, ra­con­tait à Ra­dio-Ca­na­da que l’at­trac­tion tou­ris­tique de Bouc­touche en­re­gis­trait une hausse de 24 % par rapport à l’an dernier, en ce qui concerne les spec­tacles pré­sen­tés au Pays de la Sa­gouine. Il no­tait même un ra­jeu­nis­se­ment des vi­si­teurs. De plus, le mi­nis­tère du Tou­risme du Nou­veau-Bruns­wick a van­té la pro­vince comme des­ti­na­tion de va­cances lors de la grande foire com­mer­ciale Ren­dez-vous Ca­na­da, qui a eu lieu en avril dernier. Peut-être est-il en train de ré­col­ter le fruit de ses ef­forts. À l’Île-du-Prince-Édouard aus­si, les choses sont al­lées bon train. C’est ce que rap­por­tait La voix aca­dienne, fin août. Des des­ti­na­tions fran­co­phones comme le Ca­fé chez Car­tier à Al­ber­ton ou en­core les Mai­sons de bou­teilles à Cap-Eg­mont dans la ré­gion Évan­gé­line ont fait le plein de tou­ristes cet été. À Mis­couche, au Mu­sée aca­dien de l’Île, on parle d’une aug­men­ta­tion de 15 % du nombre de vi­si­teurs par rapport à 2015.

Et en On­ta­rio ?

Selon En­za Chia­pet­ta, di­rec­trice des com­mu­ni­ca­tions de la So­cié­té du Par­te­na­riat on­ta­rien de mar­ke­ting tou­ris­tique (SPOMT), cette agence du mi­nis­tère on­ta­rien du Tou­risme, de la Culture et des Sports tra­vaille étroi­te­ment avec les or­ga­nismes tou­ris­tiques ré­gio­naux pour sou­te­nir « les ini­tia­tives fran­co­phones à tra­vers la pro­vince ». C’est ain­si qu’en pré­vi­sion de cet été, la SPOMT a no­tam­ment dé­ve­lop­pé tout un cir­cuit qu’on peut par­cou­rir en six jours, ins­pi­ré par les voyages de Cham­plain en On­ta­rio. Ce par­cours per­met aux voya­geurs de dé­cou­vrir di­verses at­trac­tions telle Sainte-Ma­rie-au-pays-des-Hu­rons ain­si que plu­sieurs fes­ti­vals fran­co­phones. À no­ter aus­si que l’Al­ber­ta a don­né sur son site la pa­role… en fran­çais à des amou­reux de cette pro­vince. Six jeunes am­bas­sa­deurs — l’es­couade tou­ris­tique — ont dé­ve­lop­pé un blogue pour par­ta­ger leurs coups de coeur et leurs photos de cer­tains tré­sors al­ber­tains.

LE PAYS DE LA SA­GOUINE A CONNU UNE BONNE AN­NÉE. CRÉ­DIT : TOU­RISME NOU­VEAU-BRUNS­WICK

EN ON­TA­RIO, ON COM­MER­CIA­LISE UNE ROUTE TOU­RIS­TIQUE SUR LES TRACES DE SA­MUEL DE CHAM­PLAIN. CRÉ­DIT : SPOMT

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.