UN CONGRÈS QUI MISE SUR LA CONSTRUC­TION IDEN­TI­TAIRE

Le Franco - - FRANCOPHONIE - PAR MAR­TIN BOU­CHARD

Le 69e Congrès de l’As­so­cia­tion ca­na­dienne d’édu­ca­tion de langue fran­çaise (ACELF) se dé­roule du 21 au 24 sep­tembre, dans la ville de Qué­bec. Le thème de cette an­née, Fran­co­nu­mé­rique, ten­te­ra de faire le pont entre tous les membres, y com­pris ceux pro­ve­nant du Qué­bec, tra­di­tion­nel­le­ment moins pré­sents.

L’ACELF opère à tra­vers tout le Ca­na­da, se­lon quatre grandes ré­gions géo­gra­phiques (Qué­bec, On­ta­rio, Ouest et Ter­ri­toires et fi­na­le­ment At­lan­tique). Le Congrès, lui, se dé­roule d’une ré­gion à l’autre, d’an­née en an­née. À ce su­jet, pour Yves St-Mau­rice, pré­sident de l’ACELF, le Congrès re­vêt une im­por­tance toute par­ti­cu­lière pour les com­mu­nau­tés fran­co­phones hors Qué­bec. « Ce qui unit tous les par­ti­ci­pants, c’est qu’ils enseignent en fran­çais à des fran­co­phones et pas en im­mer­sion. Pour nous, c’est im­por­tant, car on

« CE QUI UNIT TOUS LES PAR­TI­CI­PANTS, C’EST QU’ILS ENSEIGNENT EN FRAN­ÇAIS À DES FRAN­CO­PHONES ET PAS EN IM­MER­SION »

C’est d’ailleurs ce qui ex­plique la par­ti­ci­pa­tion plus faible des Qué­bé­cois lors des Congrès de l’ACELF. « Cu­rieu­se­ment, quand on va dans une ré­gion hors Qué­bec, les en­sei­gnants par­ti­cipent en masse, car ce­la leur donne des ate­liers qu’ils ne peuvent pas suivre au­tre­ment, à cause de la loi du nombre. Mais au Qué­bec, cette pos­si­bi­li­té de per­fec­tion­ne­ment avec les en­sei­gnants est beau­coup moins im­por­tante », conti­nue le pré­sident. Le Congrès du Qué­bec comp­te­ra donc en­vi­ron 400 per­sonnes, nombre qui peut grim­per jus­qu’à 800 lorsque l’évè­ne­ment est te­nu dans le reste du Ca­na­da. Cette an­née, le thème du Congrès est Fran­co­nu­mé­rique. Ça fait un grand lien avec la vie quo­ti­dienne des jeunes, qui sont pas mal plus nu­mé­riques que cer­tains adultes. C’est une belle oc­ca­sion de rap­pro­cher les Qué­bé­cois de la réa­li­té fran­co­phone du Ca­na­da, car ils ignorent trop sou­vent les fran­co­phones du reste du pays », glisse Yves St-Mau­rice.

- YVES ST-MAU­RICE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.