CRTC - RA­DIO COM­MU­NAU­TAIRE

Le Franco - - LA UNE - PAR HÉ­LÈNE LEQUITTE, EN COL­LA­BO­RA­TION AVEC ALEXAN­DRA DE MOOR

Les re­pré­sen­tants du co­mi­té d’ad­mi­nis­tra­tion de la Ra­dio du Grand Edmonton ont sou­mis leur can­di­da­ture, le 29 sep­tembre, de­vant les membres du Conseil de la ra­dio­dif­fu­sion et des té­lé­com­mu­ni­ca­tions ca­na­diennes (CRTC). Cette au­dience a per­mis d’ex­po­ser le be­soin et l’im­por­tance de créer une telle ra­dio. L’en­jeu prin­ci­pal de­meure l’épa­nouis­se­ment de la com­mu­nau­té fran­co­phone en Al­ber­ta.

« Les ra­dios com­mu­nau­taires sont les meilleurs porte-dra­peaux de notre culture. [...] C'est un fac­teur de rap­pro­che­ment, un pont, un pas vers l'autre, non point pour que l'autre de­vienne ce que nous sommes, mais bien ce qu'il est », a te­nu à rap­pe­ler son pré­sident Jean Patenaude. C’est par ces pro­pos te­nus par l'Al­liance des ra­dios com­mu­nau­taires du Ca­na­da en juin 2001 que le pré­sident de la Ra­dio du Grand Edmonton a en­ta­mé sa pré­sen­ta­tion. Prendre le pouls de la com­mu­nau­té ! C’est l’idée di­rec­trice qui est res­sor­tie tout le long de cette pré­sen­ta­tion. Mais la com­mu­nau­té, qui est-elle exac­te­ment ?

UNE RA­DIO AU SER­VICE DE LA DI­VER­SI­TÉ FRAN­CO­PHONE

M. Patenaude a don­né par la suite quelques chiffres sur la pré­sence fran­co­phone dans la pro­vince. En­vi­ron 29 845 fran­co­phones vivent ac­tuel­le­ment dans la ré­gion d'Edmonton. Les nou­veaux ar­ri­vants ori­gi­naires entre autres de l’Eu­rope et de l'Afrique re­pré­sentent 17,5% de la po­pu­la­tion fran­co­phone dans le Grand Edmonton. Sans ou­blier les ban­lieues, où 7 501 per­sonnes vivent. Ces chiffres viennent étayer l’idée cen­trale de ce pro­jet, à sa­voir « une oc­ca­sion d'échange et de col­la­bo­ra­tion entre les nou­veaux ar­ri­vants et la com­mu­nau­té d'ac­cueil. Avec la ra­dio com­mu­nau­taire, nous avons le po­ten­tiel de re­grou­per les fran­co­phones et les fran­co­philes », sou­tient Jean Patenaude.

Va­lé­cia Pé­pin, membre du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion, a abon­dé dans le même sens. « En te­nant compte que c'est un im­por­tant ou­til de com­mu­ni­ca­tion, une ra­dio com­mu­nau­taire dans un mi­lieu mi­no­ri­taire tel que le nôtre fa­vo­ri­se­ra en pre­mier temps la plu­ra­li­té mul­ti­cul­tu­relle », sou­ligne-t-elle. Se­lon elle, la ra­dio of­fri­ra une pla­te­forme d'in­for­ma­tion qui ai­de­ra les im­mi­grants à se re­créer une au­to­no­mie plus ra­pi­de­ment. Des émis­sions telles que Iti­né­raire, Afrique et Mu­sique de par le monde sont des exemples afin de par­ta­ger des his­toires et créer des liens.

POUR UNE PRO­GRAM­MA­TION PLUS DI­VERSE

« La pro­gram­ma­tion de la ra­dio com­mu­nau­taire du Grand Edmonton a été éla­bo­rée pour s'adres­ser à toutes les col­lec­ti­vi­tés et éga­le­ment com­plé­ter ce qui existe dé­jà », met en avant Ca­role Saint-Cyr, membre du co­mi­té d’ad­mi­nis­tra­tion de la ra­dio. La pro­gram­ma­tion ré­pond donc à un be­soin pré­cis ou plu­tôt un manque. « Au­jourd'hui, le choix d'émis­sions fran­çaises qui traitent de la réa­li­té des ci­toyens d'Edmonton et de l'Al­ber­ta est re­la­ti­ve­ment mince. La seule ra­dio fran­çaise que nous syn­to­ni­sons est Ra­dio Ca­na­da Al­ber­ta CHFA, et, de­puis la nou­velle sai­son, nous n'avons plus que deux émis­sions quo­ti­diennes qui suivent l'ac­tua­li­té d'ici », dé­clare cette der­nière.

FI­NAN­CE­MENT

Ge­ne­viève La­brie, tré­so­rière pour la ra­dio, au­ra abor­dé le vo­let fi­nan­cier du pro­jet plus tard du­rant la séance. Elle a confir­mé que la ra­dio re­ce­vra l'en­ca­dre­ment né­ces­saire pour dé­ve­lop­per son ré­seau d'af­faire en de­ve­nant membre du CDÉA. De plus, le conseil ad­mi­nis­tra­tif pré­voit un fonds de do­ta­tion gé­ré par la Fon­da­tion fran­co-al­ber­taine afin d'as­su­rer l'ave­nir de la ra­dio sur le long terme. Autre fait im­por­tant : lorsque la ra­dio se­ra en onde, Mme La­brie a confir­mé la te­nue d'un Ra­dio­thon an­nuel afin de col­lec­ter des fonds, ce qui contri­bue­ra aus­si à pro­mou­voir la ra­dio. Outre toutes ces me­sures, la tré­so­rière a fait part de quelques es­ti­ma­tions : « Il y a plus de 75 or­ga­nismes et plus de 250 en­tre­prises qui offrent des ser­vices en fran­çais à Edmonton. Si cha­cune d'elles consa­crait un pour­cen­tage de son en­ve­loppe mar­ke­ting à des an­nonces sur nos ondes, ça pour­rait rap­por­ter un re­ve­nu ré­cur­rent de 287 500 $* ». Ce type d'en­tente est d'ailleurs dé­jà en marche avec quelques en­tre­prises.

La créa­tion de cette ra­dio montre un vé­ri­table po­ten­tiel et une rai­son d’être. « Le com­mis­saire M. Du­pras a même dit di­rec­te­ment à l'ACFA ré­gio­nale d'Edmonton que les pro­pos étaient clairs et qu'on voyait très bien quels étaient les be­soins », a ajou­té Mme Saint-Cyr.

« LES RA­DIOS COM­MU­NAU­TAIRES SONT LES MEILLEURS PORTE-DRA­PEAUX DE NOTRE CULTURE. »

Être le car­re­four de la com­mu­nau­té et d'ex­pres­sion fran­çaise, c’est leur sou­hait le plus cher.

La ré­ponse du CRTC de­vrait se faire connaître dans les six pro­chains mois.

- JEAN PATENAUDE

* 500 $ par or­ga­nisme + 1 000 $ par en­tre­prise

Les membres du conseil d'ad­mi­nis­tra­tion de la ra­dio com­mu­nau­taire du grand Edmonton

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.