UNE CAR­RIÈRE EN AGRI­CUL­TURE QUI S'ÉTEND AU-DE­LÀ DE LA FERME

Le Franco - - FRANCOPHONIE -

(EN) Alan­na Or­sak étu­die la phy­to­tech­nie à l'Uni­ver­si­té de la Sas­kat­che­wan, mais elle ne s'est pas tou­jours des­ti­née à une car­rière en agri­cul­ture. Ayant gran­di dans une ex­ploi­ta­tion agri­cole mixte du Ma­ni­to­ba ru­ral, elle vi­sait une car­rière la plus éloi­gnée pos­sible de la ferme.

Alan­na a com­men­cé à s'in­té­res­ser à la bio­tech­no­lo­gie et à la gé­né­tique au cours de ses der­nières an­nées d'études se­con­daires. Elle a vite consta­té que ses an­té­cé­dents agri­coles et son ap­ti­tude pour la science pour­raient se ré­vé­ler une combinaison par­faite. « Je n'avais ja­mais vrai­ment en­vi­sa­gé l'agri­cul­ture comme une op­tion pour moi, jus­qu'à ce que ma mère me dise : “En fait, les choses qui t'in­té­ressent ont un rap­port avec l'agri­cul­ture, et tu au­rais d'ex­cel­lentes pos­si­bi­li­tés d'em­ploi” », se rap­pelle-telle. La jeune femme se spé­cia­lise ac­tuel­le­ment en phy­to­tech­nie à l'Uni­ver­si­té de la Sas­kat­che­wan. Ce qui la mo­tive à per­sé­vé­rer dans cette voie est son dé­sir d'ai­der à nour­rir la po­pu­la­tion mon­diale crois­sante. « Pour ali­men­ter la pla­nète en 2050, nous au­rons be­soin de 60 % plus d'ali­ments qu'au­jourd'hui », dit-elle.

Les dé­fis que doit re­le­ver l'in­dus­trie agri­cole sont énormes. Outre l'ac­crois­se­ment de la po­pu­la­tion, il y a le chan­ge­ment cli­ma­tique, qui se tra­duit par des condi­tions cultu­rales ex­trêmes et sou­vent dif­fi­ciles, ain­si que le peu de terres dis­po­nibles pour aug­men­ter la pro­duc­tion agri­cole. Se­lon Alan­na, nous sommes à la hau­teur de ces dé­fis, mais il fau­dra que l'in­dus­trie tout en­tière four­nisse des ef­forts – et elle se­ra heu­reuse d'ap­por­ter sa contri­bu­tion.

Alan­na est en­thou­siaste et op­ti­miste concer­nant ses pers­pec­tives de car­rière une fois son di­plôme en poche. Elle dit que ses études en agri­cul­ture lui per­met­tront l'ac­cès à une grande va­rié­té d'em­plois – beau­coup qu'on n'as­so­cie peut-être pas avec l'agri­cul­ture. « L'in­dus­trie com­porte tel­le­ment de fa­cettes que je pour­rais me di­ri­ger à peu près n'im­porte où. Je pour­rais tra­vailler dans le sec­teur com­mer­cial, si je le dé­si­rais, ou en agro­no­mie, ou comme consul­tante. Les dé­bou­chés sont in­fi­nis. »

Comme un em­ploi sur huit au Ca­na­da est lié à l'agri­cul­ture, il est clair que l'in­dus­trie agri­cole touche pour ain­si dire tous les sec­teurs de l'éco­no­mie ca­na­dienne. Et la de­mande de tra­vailleurs dans cette in­dus­trie ne fait qu'aug­men­ter. D'après le mi­nis­tère des Res­sources hu­maines et du Dé­ve­lop­pe­ment des com­pé­tences du Ca­na­da, dans plu­sieurs do­maines de l'agroa­li­men­taire, le nombre d'em­plois pré­vus dé­passe de loin le nombre de de­man­deurs d'em­ploi pré­vus. On au­ra be­soin entre autres d'en­tre­pre­neurs, d'ex­ploi­tants et de su­per­vi­seurs en agri­cul­ture, hor­ti­cul­ture et aqua­cul­ture.

Pour de plus amples ren­sei­gne­ments, al­lez à ai­der­le­ca­na­daa­croitre.ca.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.