LA DI­VER­SI­TÉ SEXUELLE CHEZ LES JEUNES

Le Franco - - LA UNE - PAR HÉ­LÈNE LEQUITTE

C’est une pre­mière dans la Fran­co­pho­nie al­ber­taine ! Le ven­dre­di 18 no­vembre, un pa­nel sur la di­ver­si­té sexuelle lan­cé par Fran­co­pho­nie Jeu­nesse Al­ber­ta (FJA), en col­la­bo­ra­tion avec la Fé­dé­ra­tion des pa­rents fran­co­phones de l’Al­ber­ta (FPFA), s’est dé­rou­lé au Cam­pus Saint-Jean. Plus d’une tren­taine de per­sonnes ont as­sis­té à l’évè­ne­ment. Le but de la ren­contre ? Sen­si­bi­li­ser et par­ler sans ta­bou des dé­fis et des en­jeux liés à l’iden­ti­té sexuelle, l’iden­ti­té de genre et de l’orien­ta­tion sexuelle. Une ren­contre par­fois tein­tée d’émo­tion tant pour les jeunes, que pour cer­tains des pa­rents qui ont ré­pon­du pré­sent à l’in­vi­ta­tion.

« Prendre son temps, se sen­tir prêt et s’as­su­rer d’être dans un mi­lieu où on se sent en sé­cu­ri­té,» c’est le con­seil qu’a par­ta­gé Sté­phane You­dom, l’un des trois jeunes LGBTQ, ve­nus par­ta­ger pour l’oc­ca­sion son ex­pé­rience, abor­dant le su­jet par­fois dé­li­cat de faire son « co­ming-out ». L’ex­pres­sion « sor­tir du pla­card » porte bel et bien son nom. Bien souvent dé­cla­rer son ho­mo­sexua­li­té est vé­cue comme une se­conde nais­sance. Mais, en­le­ver l’éti­quette d’hé­té­ro­sexuel, at­tri­buée dès les dé­buts de son exis­tence, en­traine par­fois des ten­sions, voire une confron­ta­tion entre le monde ex­té­rieur et la ré­so­nance in­té­rieure chez les jeunes LGBTQ. « On m’a re­nié, déshé­ri­té, puis la fa­mille est re­ve­nue », sur­en­ché­rit Sté­phane. « Le co­ming out a été dif­fi­cile a for­mu­ler dans ma tête, dé­jà je me sen­tais dif­fé­rente », re­con­naît de son cô­té, Na­ta­cha Lus­son Coones. Pour Émilie La­mache , la dif­fi­cul­té s’est por­tée, « sur la dif­fi­cul­té de se faire ap­pe­ler du mau­vais genre ». Si les jeunes an­goissent les pa­rents aussi.

Mi­reille Pé­lo­quin, di­rec­trice de la FPFA et ma­man d’un jeune homme de 23 ans, té­moigne et ra­conte son res­sen­ti de mère quand elle ap­prend l’orien­ta­tion sexuelle de son fils. « Quand les en­fants sortent du pla­card, les pa­rents y rentrent, j’ai dû de­man­der de l’aide, j’ai eu peur pour lui », confie-t-elle. Mme Pé­lo­quin n’est pas la seule pa­rente à s’être in­quié­tée du bien-être et de l’ave­nir de son en­fant. L’en­tre­pre­neur Paul Blais et Mme Phyl­lis De­nis ont connu leur lot d’an­goisse, « har­ce­lé à l’école on avait peur tout le temps », ex­plique Mme De­nis. Paul Blais a dû pour sa part, af­fron­ter des mes­sages d’hos­ti­li­té sur Fa­ce­book concer­nant l’ac­cep­ta­tion du ma­riage de son fils. Au­jourd’hui, les choses vont mieux. Se­lon Ca­sey Ed­munds, di­rec­teur gé­né­ral de FJA, « le pa­nel est une 1ere étape à vou­loir conscien­ti­ser les gens de la com­mu­nau­té et ou­vrir un dia­logue de dis­cus­sion no­tam­ment avec les pa­rents, car c’est en marge du col­loque de la FPFA », énon­cet-il. Mme Marie Hou­zeau, di­rec­tr­cice de GRIS-Mon­treal a pour l’oc­ca­sion fait le dé­pla­ce­ment, afin d’ap­por­ter son ex­per­tise aux jeunes du FJA. À la fin du pa­nel, le di­rec­teur de FJA et la di­rec­trice de la FPFA ont si­gné une en­tente, afin d’of­frir des ate­liers sur la di­ver­si­té aux conseils d’écoles des écoles fran­co­phones en Al­ber­ta pour l’an­née 20162017.

Ca­sey Ed­munds et Mi­reille Pé­lo­quin en train de si­gner l'en­tente sur l'offre d'ate­liers au­près des conseils d'écoles

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.