CONSEIL JEU­NESSE ET L'ÉCO­LO­GIE

Le Franco - - LA UNE - PAR JEAN-PIERRE DU­BÉ (FRANCOPRESSE)

« On parle beau­coup d’oléo­ducs, beau­coup sont contre et on va en par­ler au pre­mier mi­nistre en jan­vier. La vic­toire (des ma­ni­fes­tants) à Stan­ding Rock (Da­ko­ta du Nord), ça dé­range. Tant qu’on en parle, quelque chose va chan­ger éven­tuel­le­ment. »

Alex Bou­chard a trou­vé une tri­bune pour par­ti­ci­per au chan­ge­ment. Ori­gi­naire de Haines Junc­tion, au Yu­kon, elle fait par­tie du Conseil jeu­nesse de Jus­tin Tru­deau. Elle ré­pond à plu­sieurs cri­tères : bi­lingue du Nord, édu­quée et en­ga­gée po­li­ti­que­ment. Elle est une des 15 membres choi­sis en sep­tembre par­mi 14 000 can­di­da­tures re­çues.

Après quelques ren­contres ex­plo­ra­toires et un pre­mier con­tact avec le pre­mier mi­nistre, le Conseil s’est mis au tra­vail. « On a sou­vent des réunions au té­lé­phone, c’est as­sez for­mel, ex­plique-t-elle. On fait at­ten­tion au temps, les membres sont oc­ment cu­pés avec leurs études ou leur tra­vail. »

« ON PARLE BEAU­COUP D’OLÉO­DUCS, BEAU­COUP SONT CONTRE ET ON VA EN PAR­LER AU PRE­MIER MI­NISTRE EN JAN­VIER. »

- ALEX BOU­CHARD

L’an­cienne membre du mou­ve­ment jeu­nesse en Co­lom­bie-Bri­tan­nique a ren­con­tré d’autres fran­co­phones au Conseil : Élyse Trem­blay-Long­champ (Mon­tréal), Sa­ra Ab­des­sa­mie (Fre­de­ric­ton) et Jo­seph Dar­cel (Wi­non

Des échanges in­for­mels se dé­roulent sur les ré­seaux so­ciaux, la san­té men­tale, l’éco­no­mie lo­cale et les Pre­mières Na­tions. Mais l’éco­lo­gie do­mine. « Bien de jeunes veulent en par­ler, re­marque Alex Bou­chard, ça nous touche de près. »

Per­son­nel­le­ment, elle vise la sim­pli­ci­té. Elle pré­fère la consom­ma­tion de proxi­mi­té, dans ses achats comme dans ses voyages. « Peut-on être heu­reux en al­lant vi­si­ter au­tour de chez soi au lieu d’al­ler dans le Sud ? C’est quelque chose qui change. »

Elle s’in­té­resse à l’édu­ca­tion des jeunes. « Com­ment nous les ins­pi­rons à sor­tir de­hors fait toute la dif­fé­rence. Quand tu as un at­ta­che­ment à l’en­vi­ron­ne­ment, c’est dif­fi­cile de je­ter ta can­nette de Coke dans la fo­rêt. Au Yu­kon, aime la na­ture. C’est tel­le­ment beau que tu ne veux pas que ça s’en aille. »

Alex Bou­chard est heu­reuse que le ter­ri­toire ait amé­na­gé des sites de re­cy­clage et de com­pos­tage. « C’est mieux ici que dans les grandes villes. Ce n’est pas tout le monde qui le fait, mais je pro­duis plus de com­post que de dé­chets. »

Le res­pect de la na­ture est in­té­gré aux pra­tiques du temps des Fêtes. « On trouve notre sa­pin de Noël dans la cour en ar­rière. Ce n’est pas un sa­pin de Ca­na­dian Tire qui vient d’ailleurs. Après, on le coupe pour faire du feu.

« Quand il fait moins 40, di­telle, tu restes à la mai­son et tu tri­cotes. J’ai ap­pris l’an pas­sé avec une amie. » Ces proches en pro­fitent : elle leur fa­brique des tuques et des mi­taines. « Au lieu d’ache­ter du neuf on peut trou­ver du se­conde main. On peut aus­si ré­duire les ca­deaux et faire des bis­cuits. Si je dois ache­ter un ca­deau, je choi­sis quelque chose de qua­li­té pour que ça dure. »

Mais à l’ap­proche des Fêtes, l’en­jeu des dé­pla­ce­ments fait sur­face. « Je dois faire deux heures de route pour faire mon épi­ce­rie. À Noël, c’est dur de ne pas uti­li­ser la voi­ture. Je vis à deux heures de chez mes pa­rents. »

Ces ques­tions d’en­vi­ron­ne­ment, qui la touchent de près, fe­ront d’ailleurs l’ob­jet de la pro­chaine dis­cus­sion — très for­melle, avec le pre­mier mi­nistre, sou­ligne Alex Bou­chard — du Conseil jeu­nesse. « On se­ra un groupe de 25 », pré­cise-t-elle.

La Yu­kon­naise Alex Bou­chard (à droite) lors de l’inau­gu­ra­tion fin sep­tembre du Conseil jeu­nesse du pre­mier mi­nistre. Pho­to : Gou­ver­ne­ment du Ca­na­da).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.