74 000$ POUR L'ACFA DE WOOD BUF­FA­LO

Le Franco - - LA UNE - So­phie Mul­ler Cor­res­pon­dante Le Fran­co

Le gou­ver­ne­ment pro­vin­cial vient d’oc­troyer une sub­ven­tion de 74000$ à l’ACFA ré­gio­nale de Wood Buf­fa­lo. Une somme qui va per­mettre de sou­la­ger tem­po­rai­re­ment l’or­ga­nisme, mais qui ne ré­sou­dra pas ses pro­blèmes fi­nan­ciers sur le long terme.

L’in­ter­ven­tion fi­nan­cière de la pro­vince va per­mettre à l’as­so­cia­tion de faire face à des coûts d’opé­ra­tion qui ont for­te­ment aug­men­té de­puis les in­cen­dies du mois de mai der­nier.

Au­pa­ra­vant lo­gée au sein de l’école Bo­réal, qui a été très en­dom­ma­gée par le feu, l’ACFA loue dé­sor­mais un lo­cal dans une église de la ville. C’est là que se trouve la nou­velle gar­de­rie, ain­si que les bu­reaux pro­vi­soires de l’as­so­cia­tion.

Mais ce lo­cal est bien trop pe­tit pour of­frir les mêmes ser­vices qu’avant les in­cen­dies, a ex­pli­qué Angelina Gio­net, di­rec­trice de l’ACFA ré­gio­nale de Wood Buf­fa­lo. La gar­de­rie ne peut ac­cueillir que 9 en­fants, alors que le ra­tio per­son­nel-en­fants leur per­met­trait d’en re­ce­voir 12. « Ce­la crée un manque à ga­gner », a sou­li­gné la di­rec­trice.

DES RE­VE­NUS EN BAISSE

L’as­so­cia­tion n’est plus en me­sure non plus d’of­frir les ser­vices de garde avant et après école. « Tout cet en­semble de ser­vices de garde était com­plè­te­ment au­to­nome fi­nan­ciè­re­ment avant les in­cen­dies », a dé­cla­ré Mme Gio­net. Le ser­vice de gar­de­rie leur coûte au­jourd’hui de l’argent, mais ils ont choi­si de le main­te­nir en prio­ri­té, car le sup­pri­mer au­rait eu un « coût so­cial énorme», a pré­ci­sé la di­rec­trice.

Les re­ve­nus sont aus­si en baisse, car d’autres ser­vices payants, tels que les cours de sé­cu­ri­té à l’em­ploi, ne peuvent plus être dis­pen­sés. À cause de ce­la, l’ACFA perd pe­tit à pe­tit les membres de la com­mu­nau­té fran­co­phone de Fort McMurray, qui se tournent vers d’autres four­nis­seurs de ser­vices, a ajou­té Mme Gio­net.

Une de­mande de sub­ven­tion a donc été dé­po­sée au­près de la pro­vince, en juillet 2016, dans le cadre du Com­mu­ni­ty Ini­tia­tives Pro­gram. En ré­in­ves­tis­sant les re­ve­nus gé­né­rés par la lo­te­rie pro­vin­ciale, ce pro­gramme a pour ob­jec­tif de ré­pondre aux be­soins des com­mu­nau­tés lo­cales.

C’est la pre­mière fois que l’ACFA de Fort McMurray a fait ap­pel à ce pro­gramme, et « bien sûr nous sommes contents d’avoir ob­te­nu cette aide fi­nan­cière», a dé­cla­ré Mme Gio­net. Cette in­ter­ven­tion est la bien­ve­nue d’au­tant plus que la mu­ni­ci­pa­li­té de Wood Buf­fa­lo n’a pas ré­pon­du aux ap­pels à l’aide de l’ACFA, a confir­mé la di­rec­trice.

EN AT­TENTE DE LA RÉOU­VER­TURE DE L’ÉCOLE BO­RÉAL

Mais cette contri­bu­tion ne va mal­heu­reu­se­ment pas ré­gler les pro­blèmes fi­nan­ciers de l’as­so­cia­tion sur le long terme. La so­lu­tion se­rait de ré­in­té­grer au plus vite les lo­caux de l’école Bo­réal, a ex­pli­qué Mme Gio­net. Ce­la per­met­trait à l’ACFA de rou­vrir tous ses ser­vices.

« L’école est très im­por­tante pour la com­mu­nau­té fran­co­phone ici; car c’est plus qu’une école, c’est un centre com­mu­nau­taire», es­time Mme Gio­net. Ce n’est pas le même en­jeu pour les écoles an­glo­phones, qui sont d’ailleurs dé­jà prêtes pour la réou­ver­ture, a ajou­té la di­rec­trice de l’ACFA.

L’école Bo­réal de­vrait rou­vrir en sep­tembre pro­chain et les pa­rents, la com­mu­nau­té sont très im­pa­tients, a in­sis­té Mme Gio­net.

L'équipe de l'ACFA ré­gioanle de Wood Buf­fa­lo pré­sente le chèque re­mis par le gou­ver­ne­ment pro­vin­cial. Pho­to fa­ce­book.com/ac­fa­wood­buf­fa­lo

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.