IL N'Y A PAS D'ÂGE POUR AP­PRENDRE

Le Franco - - LA UNE - PAR AN­DRÉ MAGNY (FRANCOPRESSE)

Il n’y a pas d’âge pour ap­prendre. Et la cen­taine de per­sonnes qui par­ti­ci­pe­ront en mai pro­chain à la pro­chaine Uni­ver­si­té du 3e âge au Cam­pus St-Jean d’Ed­mon­ton ne di­ra cer­tai­ne­ment pas le contraire ! Et ils sont de plus en plus nom­breux à tra­vers le Ca­na­da fran­co­phone à s’as­seoir sur les bancs uni­ver­si­taires.

Pen­dant cinq jours, en mai, plu­sieurs têtes blanches em­prun­te­ront la rue Ma­rie-Anne Ga­bou­ry à Ed­mon­ton pour se rendre à leurs cours, sur le Cam­pus StJean de l’Uni­ver­si­té de l’Al­ber­ta. De­puis 2006, la Fé­dé­ra­tion des aî­nés fran­co­phones de l’Al­ber­ta (FAFA) or­ga­nise Plai­sir d’ap­prendre, une for­ma­tion d’une se­maine des­ti­née aux plus de 50 ans. « Il n’est pas né­ces­saire d’avoir une base uni­ver­si­taire », pré­cise Yan­nick Frey­chet, le di­rec­teur gé­né­ral de la FAFA. Au­cun de­voir, au­cun cré­dit al­loué, des profs bé­né­voles, des thèmes liés à l’ac­tua­li­té ou à la culture gé­né­rale comme la lit­té­ra­ture ou l’ou­ver­ture au monde, voi­là un peu le por­trait de cette ren­contre des­ti­née aux aî­nés, « qui consti­tuent le tiers de la com­mu­nau­té fran­co-al­ber­taine », pré­cise M. Frey­chet. Qu’on soit mé­de­cin ou agri­cul­teur, cha­cun est in­vi­té à se joindre à cet évé­ne­ment dont l’ob­jec­tif est de re­don­ner le goût d’ap­prendre aux plus âgés.

RE­TOUR SUR LES BANCS D’ÉCOLE

Les aî­nés fran­co-al­ber­tains ne sont pas seuls à vou­loir par­faire leur édu­ca­tion.

Jean-Luc Ra­cine, di­rec­teur gé­né­ral de la Fé­dé­ra­tion des aî­nés et aî­nées fran­co­phones du Ca­na­da (FAAFC), s’en­thou­siasme à l’idée que les uni­ver­si­tés du 3e âge ré­pondent à un vé­ri­table be­soin.

Les com­mu­nau­tés fran­co-ca­na­diennes s’ins­pi­rant de ce qui se fait à l’Uni­ver­si­té de Sher­brooke, une uni­ver­si­té qué­bé­coise leader dans le do­maine de l’en­sei­gne­ment pour les 50 ans et plus, M. Ra­cine sa­lue au pas­sage les ini­tia­tives à Sud­bu­ry ain­si qu’à l’Uni­ver­si­té Ste-Anne de la Nou­velle-Écosse et à Monc­ton.

Mais la der­nière uni­ver­si­té, la plus ré­cente, celle qui re­tient le plus l’at­ten­tion, c’est celle du Yu­kon. « En fait, nous ne nous ap­pe­lons pas uni­ver­si­té puis­qu’il n’y a pas d’uni­ver­si­té au Yu­kon. Nous par­lons plu­tôt d’un Cam­pus du 3e âge », ex­plique Isa­belle Sal­lesse, la di­rec­trice de l’As­so­cia­tion fran­co-yu­kon­naise (AFY). « Nous avons ap­pro­ché, pour­suit-elle, l’Uni­ver­si­té de Sher­brooke pour un par­te­na­riat. Dans le cadre d’un pro­jet pi­lote, l’Uni­ver­si­té de Sher­brooke pro­po­se­ra avec le pro­fes­seur Luc Guay un cours en ligne sur la ci­vi­li­sa­tion ro­maine, qui doit dé­bu­ter sous peu. » On parle aus­si d’un cours sur les lé­gendes au­toch­tones qui doit voir le jour à l’au­tomne 2017. Des ate­liers se­ront aus­si don­nés dans le cadre du pro­jet du Cam­pus. Sou­te­nue fi­nan­ciè­re­ment par la FAAFC, il im­porte pour Isa­belle Sal­lesse de bri­ser l’iso­le­ment des aî­nés.

INI­TIA­TIVE AL­BER­TAINE

Cours le ma­tin et l’après-mi­di, plus di­verses ac­ti­vi­tés cultu­relles ain­si que cinq re­pas se­ront ain­si pro­po­sés pour 125 $ au cam­pus St-Jean en mai. Une aide fi­nan­cière peut même être ac­cor­dée à ceux et celles qui vien­draient de l’ex­té­rieur d’Ed­mon­ton. La pro­gram­ma­tion est d’ailleurs dé­voi­lée ces jours-ci sur le site de la FAFA.

Et pour ceux qui ne pour­raient pas se dé­pla­cer toute une se­maine, la FAFA pro­pose éga­le­ment ses Ca­fés Phi­lo. Des confé­rences don­nées au sein des com­mu­nau­tés et qui abordent des su­jets aus­si di­vers que la bioé­thique ou l’ave­nir des forces ar­mées ca­na­diennes.

En Al­ber­ta et ailleurs au Ca­na­da fran­çais, les aî­nés se font une joie de re­tour­ner sur les bancs d’école. Pho­to : Ma­rie-Pierre Cas­ton­guay.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.