DES CONSER­VA­TEURS MÈNENT UNE UL­TIME RÉ­SIS­TANCE

Le Franco - - POLITIQUE - PAR JEAN-PIERRE DUBÉ (FRANCOPRESSE)

Après avoir per­du la ma­jo­ri­té des sièges aux Com­munes en 2015 et au Sé­nat en 2016, des conser­va­teurs tentent de sau­ve­gar­der les ves­tiges de la par­ti­sa­ne­rie à la Chambre haute. L’étude du ré­gime de West­mins­ter au Co­mi­té spé­cial sur la modernisation du Sé­nat four­nit l’oc­ca­sion de van­ter les mé­rites de la tra­di­tion bi­par­ti­sane.

La sé­na­trice li­bé­rale in­dé­pen­dante Clau­dette Tar­dif (Al­ber­ta) a no­té la ré­sis­tance de la for­ma­tion politique au Co­mi­té. « Ce sont tou­jours les conser­va­teurs qui de­mandent l’ajour­ne­ment des tra­vaux. Le Par­ti ne veut pas perdre son rôle. Les membres font par­tie du cau­cus conser­va­teur (qui in­clut les dé­pu­tés des Com­munes) et ils avancent des pro­jets du par­ti au Sé­nat. »

En en­tre­vue à La Presse ca­na­dienne, mi-fé­vrier, le sé­na­teur in­dé­pen­dant An­dré Pratte (Qué­bec) a re­pro­ché à cer­tains conser­va­teurs de re­cou­rir aux pro­cé­dures pour em­pê­cher l’évo­lu­tion vers un Sé­nat moins par­ti­san. Il dé­plore les ré­ti­cences en­tou­rant la place des in­dé­pen­dants et la struc­ture des co­mi­tés.

« Si on est blo­qués sur des chan­ge­ments de base comme ça, a sou­li­gné l’ex-édi­to­ria­liste en chef de La Presse de Mon­tréal, com­ment est-ce qu’on va pou­voir ap­por­ter des chan­ge­ments qui vont vrai­ment ré­duire le contrôle des par­tis po­li­tiques ? ».

Le sé­na­teur conser­va­teur Paul McIn­tyre (Nou­veau-Bruns­wick) ne compte pas par­mi les ré­cal­ci­trants à la modernisation. « Il y a tou­jours une cer­taine ré­sis­tance pour cer­tains. Moi, je n’ai pas de ré­sis­tance : on de­vrait ef­fa­cer au­tant que pos­sible la par­ti­sa­ne­rie. J’ai l’es­prit in­dé­pen­dant et je me sens libre de vo­ter en Chambre comme je veux. »

L’avo­cat et membre du Bar­reau ca­na­dien rap­pelle que la par­ti­sa­ne­rie a per­mis d’or­ga­ni­ser ef­fi­ca­ce­ment le fonc­tion­ne­ment du Sé­nat pen­dant 150 ans. Deux par­tis ayant cha­cun un chef, un chef ad­joint et un whip en consti­tuaient la struc­ture de base.

« La pré­sence des non-af­fi­liés consti­tue un dé­fi pour la struc­ture ac­tuelle. Il faut main­te­nant leur faire de la place au ni­veau des co­mi­tés. Il va tou­jours y avoir des sé­na­teurs af­fi­liés, mais on veut le moins de par­ti­sa­ne­rie pos­sible. Je n’ai pas de pro­blème avec les no­mi­na­tions non par­ti­sanes. »

Il y en au­ra de plus en plus. La mu­ta­tion du Sé­nat a com­men­cé en 2014, lorsque Jus­tin Tru­deau a ex­clu du cau­cus par­le­men­taire les sé­na­teurs nom­més par le Par­ti li­bé­ral. De­puis son élec­tion, il nomme des in­dé­pen­dants. Sur les 105 sièges, 34 consti­tuent un groupe d’in­dé­pen­dants, 39 sont conser­va­teurs, 19 des li­bé­raux in­dé­pen­dants et 8 sont non-af­fi­liés. Cinq postes sont va­cants.

Clau­dette Tar­dif de­meure op­ti­miste : un nombre de so­lu­tions a dé­jà été éla­bo­ré en confor­mi­té avec le cadre consti­tu­tion­nel. Au­cun rè­gle­ment n’a en­core été chan­gé, pré­cise-telle, mais deux rap­ports ont été dé­po­sés, entre autres sur la ques­tion fon­da­men­tale de la re­pré­sen­ta­tion.

« Chaque sé­na­teur a un rôle à jouer et tous sont égaux. On a adop­té une pro­po­si­tion pour une re­pré­sen­ta­tion pro­por­tion­nelle des groupes aux di­vers co­mi­tés. Tout groupe de neuf sé­na­teurs ou plus qui veut s’or­ga­ni­ser comme groupe par­ti­san ou autre se­ra reconnu. Cha­cun au­ra ac­cès aux res­sources. Les non-af­fi­liés ont dé­jà re­çu du fi­nan­ce­ment. »

Pour ac­com­mo­der un Sé­nat avec un nombre crois­sant de groupes, les membres ont dé­ci­dé d’aug­men­ter de trois le nombre de membres nom­més à cha­cun des co­mi­tés. Par exemple, le Co­mi­té spé­cial com­prend main­te­nant 18 membres, au lieu des 15 au mo­ment de sa créa­tion.

« Est-ce que ça pro­gresse as­sez vite ? Pro­ba­ble­ment pas, avoue l’an­cienne doyenne du Cam­pus Saint-Jean (Edmonton). Est-ce qu’on s’en va dans la bonne di­rec­tion ? Oui. Le Sé­nat fait beau­coup d’ef­forts pour amé­lio­rer son image. Il y a plus de trans­pa­rence et de pré­sence mé­dia­tique. »

Les sé­na­teurs Elaine McCoy, Tho­mas McIn­nis (au centre) et Serge Joyal an­noncent dé­but oc­tobre la pu­bli­ca­tion d’un pre­mier rap­port sur la modernisation du Sé­nat. (Pho­to : Sé­nat du Ca­na­da)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.